Ed Sheeran | La Maroquinerie

par Mama|
Le samedi 10 mars La maroquinerie nous offre un aller/retour pour l'Angleterre, le tunnel sous la Manche en moins. C'est avant son concert, dont les 3/4 de la salle est composée de sujets de sa majesté la reine Elisabeth II, que Ed Sheeran nous offre une petite interview ambiance sofa et pause KitKat.

Le jeune homme de 21 ans se décrit simplement comme un jeune du Suffolk qui joue de la guitare. Pas de grands mots, il reste simple voir même timide face à nos questions. Ed Sheeran nous explique qu’il est très occupé entre la promo, les concerts, la tournée et n’arrive pas à se rendre compte de tout ce qui lui arrive (il a dernièrement gagné deux Brit Awards), tout est allé très vite pour lui entre la petite scène du Reading BBC Introducing stage et sa tournée européenne.

Des prévisions pour cet été? Question festival il jouera au V Festival en Angleterre, pour ce qui est de la France il faudra attendre « Le Cigale » à Paris comme nous le dit si joliment notre ginger préféré, il y sera début juillet, de quoi bien démarrer l’été. Pas de nouvel album à l’horizon non plus (son album « + » est récemment sorti en France).

Côté influences le jeune homme dit s’inspirer de tout mais un nom revient souvent dans la conversation Damien Rice. Cette folk que maîtrise si bien Ed Sheeran et ces textes si puissants, aux sujets pas souvent simples (Small bump et A team pour les plus curieux) d’où lui viennent ils ? Notre anglais s’explique:  » Quand tu as 17ans et que tu quittes tes parents pour t’installer seul tu vis plein d’expériences différentes, pas forcément heureuses, mais qui t’apprennent beaucoup. »

Quand, pour finir, on lui souhaite le meilleur pour la suite et d’un jour peut être remplir des stades, le jeune homme reste humble et nous dit qu’il se sent bien dans des petits endroits intimistes comme ce soir : « Sur la tournée on a joué que dans des grandes salles ; ici, c’est super. Ça fait plaisir de se sentir proche du public. J’ai vu la salle, j’ai adoré« .

Notre cher Ed Sheeran doit vite repartir pour effectuer ses balances pour le concert de ce soir et nous gratifie d’un hésitant « Merci je t’aime le France« .

L’interview terminée, on reprend des forces sur la terrasse de la Maroquinerie où une agréable surprise nous attend.

Pour les quelques chanceuses qui ont réussi à rentrer sur la terrasse, un concert privé acoustique d’un illustre inconnu à lieu. Il s’est installé sans bruit et a imposé le silence quand sa voix a brisé le ronronnement des discussions environnantes. L’inconnu ne le restera pas si longtemps puisque c’est lui que l’on retrouve en première partie du concert. Enfin nous pouvons mettre un nom sur cette magnifique voix, Mike, The Passenger.

Seul avec sa guitare, il réveillera toute la salle, ses chansons sont épidémiques (mention spéciale pour Holes). Elles trottent dans nos têtes comme si on les avait toujours connues. Il nous fera passer des rires aux larmes avec, tout d’abord, sa Hate song aux paroles criantes de vérité et nous fera ressentir des émotions que l’on pensait avoir enfouies au fond de nous même, avec sa magnifique reprise de Sound of silence.

C’est au tour de Ed Sheeran de monter sur scène. Lui qui était timide une heure avant est maintenant tout sourire et communique avec son public avant même d’avoir commencé. La salle presque totalement anglaise (le match de rugby le lendemain doit avoir son rôle à jouer là dedans) connait l’album par cœur et reprend dès les premières notes le titre qui ouvre le concert, Wake me up.

L’osmose est parfaite entre le public et Ed Sheeran. A peine besoin de demander le silence pour que ce dernier se fasse, on entre en communion avec lui. L’émotion est parfaite sur Small bump qu’il chantera pour une amie tout en gardant les yeux fermés.

Des Irlandaises présentes dans le public se feront remarquer et c’est le moment que le chanteur choisit pour faire un tour d’horizon des personnes présentes dans la salle. Le papa du jeune homme est là.

U.N.I et Grade 8 coups de cœur sur le dernier album arrivent assez vite dans le set. Cette dernière lui vaudra une corde cassée sur sa guitare mais ce n’est pas ce qui l’arrêtera. Il nous surprend aussi sur ces morceaux, car il maîtrise aussi bien sa guitare et l’émotion de la folk que le beatbox et sa loop machine qui nous offre un concert de qualité en réinventant chaque morceau façon Sheeran.

Le temps d’une magnifique reprise de Nina Simone, Be my husband, on sent ses nombreuses influences musicales remonter à la surface.

Comment ensuite passer à côté des deux énormes tubes que sont Lego house et A team. La salle n’en peut plus de chanter, c’est le moment que tout le monde attendait. Une fois cette chanson terminée, on se dit que Ed Sheeran a été très généreux ce soir. Il a déjà enchainé la plupart des titres de son album. Pour les insatiables, l’Anglais n’a pas dit son dernier mot et nous offre comme il dit « une petite leçon de chant ». Sur un You need me but I don’t need you de quinze minutes il fera tout un tas d’expériences musicales et nous montrera ses talents de rappeur.
C’est vers 23h que l’on quitte la salle en se disant que l’on vient d’assister au concert de ce début d’année et on regrette que la FNAC ne soit pas ouverte pour déjà se procurer notre sésame pour son concert de juillet.

Une chose est sûre, comme le dit son équipe: « nobody can resist the ginger« 

Partager !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article