Dub Invaders – Volume 2

par |
Ils sont de retours... Après une première invasion en 2009 avec leur "Volume 1", l'équipage des Dub Invaders revient à la charge pour une seconde flopée de tracks dubby, électrique et fracassant. A l'assaut des salles de concerts ou de tout endroit qui pourra accueillir des show endiablés (entre 4h et 6h, chaque DJ jouant à tour de rôle avant un finish ensemble), le High Tone Crew Sound System a encore frappé !

DI

Les six gaillards d’High Tone ont repris les commandes de leur vaisseau le 17 décembre dernier. Après la visite d’une terre inconnue en compagnie de Brain Damage en début d’année, les Dub Invaders déboulent, plein gaz, avec douze nouveaux titres condensés de dub, de roots et de flow qui n’appellent qu’une chose, danser ! Avant de partager ce voyage de 51 minutes ensemble, il convient à tout bon auditeur de ce « Volume 2″ de se mettre dans les conditions optimales requises : hors question d’écouter cet album si vous n’avez pas de basses ! Ce LP, découpé en deux faces, est à présent armé pour faire feu…

Sommés de très vite monter le son, la première track décolle la plèvre : Fabastone à l’instru, c’est Echos Ranks qui pose son flow sur un rythme cruellement entêtant. Ce Burn Dem ouvre magistralement l’album, au regard du Britannique qui est dans son jardon avec ce riddim stepper fra-ca-ssant ! Son petit frère, Burn Dub, où seul Fabastone se charge de prendre la suite, propose une version remixée reggae/dub tout aussi perforante… Et accrochez-vous, car cette ouverture a beau commencer tambours battants, ce qui suit garde le même tempo.

Le relai, désormais passé à Aku Fen, les Dub Invaders poursuivent leur marche sur Babylone… Avec un son qui se pare alors d’un dub plus saturé mais toujours aussi tapageur, le MC El Fata, avec sa voix douce et planante, poursuit les festivités sur Fight For Your Right. Mais cette marche se transforme rapidement en course contre le temps, la version seule d’Aku FenFight For Your Dub, fouette ceux qui voudraient s’opposer à l’invasion…

Ô grave erreur d’avoir tenté de résister… Led Piperz n’arrive pas seul ! Solo Banton, reggaeman que l’on ne présente plus, hausse le ton. Un reggae/dub style omniprésent, mais surtout un dubstep fin et léché qui en surprendra plus d’un… Utilisé avec parcimonie dans sa première déclinaison, on pouvait craindre le voir arroser à grandes louches dans la version remixée. Que les Dub Invaders m’emportent pour avoir douté de Led Piperz sur ce coup-là ! Sans jamais en abuser, le dubstep enveloppe d’une fine couche cette compo dub électronique à souhait, en préservant l’écho de Solo Banton en fil rouge, c »est indiscutable, encore un track taillé pour le live.

Enfin, la dernière séquence de couplage des Dub Invaders a été confiée à Roots’N Future Hi-Fi afin de ‘dubomiser’ les derniers survivants… La quatrième voix de ce LP déboule, cette fois c’est l’écossais Zeb Mc Queen qui vient jouer les entremetteurs. En mode reggae tone, celui qui oeuvre en tant que batteur dans High Tone se paie un Life and Death plutôt simple dans sa construction musicale, mais donne bien le pulse avec le côté brumeux de Zeb Mc Queen. Dans sa seconde réalisation, Life and Dub, provoque le même constat : l’enrobage plus électronique accouchant sur un reggae bien plus digital lui permet de bien maintenir le cap. Sobre, mais efficace.

Ce qui n’empêche pas de souligner que le périple est loin de s’achever : Natural High et le tant attendu Twelve n’ont encore rien montré… Normal, les deux DJ’s se partagent les clôtures de chaque session en mode strictly dub… Natural High, à travers Buzzzer par exemple, remet à l’ordre du jour les influences plus électroniques et bass music rencontrées sur « Out Back » (2010), restant ainsi dans la mouvance stepper de Fabastone. Sa seconde réalisation, Buzzzer Dub, est beaucoup plus dub, plus originelle, à l’image de la seconde face. Pourtant, elle ne se gêne pas pour être bien vrombissante. Quant à Twelve, ce dernier s’offre un bon bain de jouvence : on croirait sur le coup que la vaisseau des Dub Invaders aurait voyagé dans le passé ! Une petite séquence oldschool tendant davantage vers un ethnodub, et Twelve semble vouloir se replonger dans un certain « Bass Temperature » (2001) et l’assourdissant N°1 Station… Dans son deuxième essai, celui qui clôture finalement la galette (Road Corner Dub), ce dernier est plus décomplexé : mixant toutes les tendances qui lui passent sous la main, Twelve fera presque un condensé de sonorités qu’High Tone a déjà explorées au fil des années. Avec force et pugnacité, Twelve montre qu’il est toujours autant en forme !

Avec sa nouvelle invasion, The Dub Invaders confirme encore une fois tous les éloges adressés au crew d’High Tone. De loin le groupe référence de dub français, Dub Invaders a su piocher dans les différentes influences travaillées par les Lyonnais. Et même si High Tone, dans sa configuration traditionnelle, tend plus vers un dub plus digital, plus UK qu’à ses débuts, il démontre à nouveau qu’il n’a pas oublié la recette d’un son plus oldschool. Elle est là, la véritable maîtrise.

Dub Invaders, Volume 2, by High Tone Crew Sound System, 51 minutes, sortie le 17 décembre 2012.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article