Drift ease line

par Véronique|
Découvert sur le site myspace, Drift ease line est un groupe de rock formé par François DEVINANT et Raphaël SERGEANT, deux jeunes parisiens. Leur univers est calme et envoûtant, presque aérien. Ils ont sorti en Août 2006 leur 4ème CD, intitulé « Back to the Fiction ». Rencontre avec deux passionnés.

Je présente votre univers comme étant calme et envoûtant… est ce que cette définition vous correspond bien ?

drifteaseline Raphaël : C’est sûr que notre musique est loin d’être agressive… On ne s’est jamais vraiment posé la question de savoir si notre musique devait être violente ou pas. L’important pour nous est plutôt de suggérer des impressions, des images ou tout simplement des émotions. Il y a un côté rêveur chez nous, c’est vrai, même si certains titres comme Evident Reply sont plus directs.

François : Envoûtant je l’espère, on y travaille en tout cas et l’adjectif est flatteur. Pour ce qui est de la quiétude, il s’agit d’un état d’esprit qui nous caractérise sans doute, il est donc relativement logique de le retrouver dans notre musique, même si c’est inconscient. Il s’agit d’un beau compliment.

Quel sens donnez vous au nom de votre groupe ?

Raphaël : La question est intéressante, elle change de la rengaine : ça veut dire quoi Drift ease Line ? . Comme ça ne veut rien dire en soi, ce nom a effectivement un sens pour nous. En général, nous traduisons nous-mêmes par « ligne de fuite », ce qui ne veut pas dire grand-chose non plus. Plus généralement, ça fixe tout simplement notre ligne de conduite et notre ambition, c’est-à-dire ne jamais s’appuyer sur nos acquis, sans cesse chercher à approfondir, à travailler nos chansons sans répéter les mêmes formules et faire toujours mieux. Et derrière ce nom, il y avait peut-être la volonté inconsciente de se démarquer de la plupart des autres groupes, en revendiquant une identité toute particulière. Les gens ont du mal non seulement à comprendre la signification du nom mais même à le prononcer et souvent ils l’orthographient mal. On ne sait pas trop quoi attendre de nous, on se demande si on est vraiment un groupe de rock, c’est sans doute cela qui nous distingue.

François : C’est vrai, le nom Drift ease Line ne signifie rien puisqu’il s’agit d’un collage. Nous trouvions que Drift Line, qui doit vouloir dire « ligne de fuite », sonnait bien. En même temps, l’idée de se laisser porter avec facilité a toujours résonné en nous. Nous avons contracté le tout en faisant abstraction de la grammaire. Le nom nous plaît toujours.

Quelles sont vos influences musicales ?

Raphaël : Comme on écoute énormément de musique, c’est difficile de savoir ce qui nous influence directement. Mais en gros, la synthèse pop/electro opérée sur certains de nos morceaux puise largement chez Kraftwerk et surtout New Order, tandis que les aspects plus spécifiquement pop de notre musique s’inspire des grands groupes des années 60, comme les Beatles ou les Beach Boys -Mais pas les Doors !- et new wave comme les Smiths ou Joy Division bien sûr. Mais Radiohead reste sans conteste l’influence la plus évidente.

François : Ma sainte trilogie se résume à Radiohead, aux Beatles et à Bruce Springsteen . Cependant, je dois énormément à New Order, à Kraftwerk, à Air, aux Beastie Boys et aux Smashing Pumpkins .

Ont-elles évoluées depuis votre premier titre ?

François : Depuis Pacific Headlines, l’un de nos tous premiers titres qui date de 1998 ou 1999, nos influences en elles-mêmes n’ont pas évolué véritablement. J’écoutais déjà Radiohead, les Beatles, les Smashing Pumpkins, Kraftwerk, les Beastie Boys et Bruce Springsteen, je connaissais moins bien Air et New Order . En même temps, en l’espace de sept années, j’ai eu le temps de continuer à disséquer tout ce qui me tombait sous l’oreille et j’ai pu retenir tel ou tel son de batterie, tel ou tel arrangement de synthé, telle ou telle façon d’amener une mélodie à se superposer à une autre. Dès lors, j’ai pu ajouter à la liste de mes influences -entre autres, et c’est bien loin d’être exhaustif- les samples du Wu Tang Clan et ceux d’ Aphex Twin, la basse des albums électriques de Bob Dylan (période The Band ) ou encore les arrangements de The Notwist et de Sparklehorse .

Raphaël : Pas vraiment en effet, au sens qu’on écoutait déjà cette musique quand on a formé le groupe, c’est même elle qui nous a poussé à former notre propre groupe. Ce qui a changé en fait, c’est notre rapport à nos influences. Au début, nous singions Radiohead sans complexe. Aujourd’hui, nous essayons plutôt d’assimiler cet héritage pour trouver notre identité propre. Back to the Fiction illustre d’une certaine manière cette libération.

Trois ans se sont écoulés depuis votre dernier EP, que s’est il passé entre temps ?

Raphaël : Pas grand-chose… en fait, on était arrivé à un tournant. On avait déjà fait 3 EP, on avait formé un « vrai » groupe à quatre membres mais on n’était toujours pas satisfait. On ne se sentait pas prêt non plus à lâcher nos études pour une carrière musicale plus qu’incertaine surtout quand, comme nous, on fait une musique d’inspiration anglo-saxonne peu acceptée dans un pays comme la France. Alors on a laissé un peu le groupe en suspend. Mais notre envie de faire de la musique n’a jamais disparu. Tant que François et moi serons amis, Drift ease Line ne mourra jamais. Et Back to the Fiction a été enregistré très rapidement, sans se poser de questions, c’était quelque chose de très naturel pour nous.

L’un de vos titres, Shadow of love figure sur la compilation French Zone Vol.1, quelles sont les retombées pour vous ?

frenchzonevol1_fr Raphaël : Concrètement rien. Mais comme la compilation réunit uniquement des groupes français chantant en anglais, donc inspirés par la musique anglo-saxonne, ça nous a permis de voir qu’on n’était pas complètement isolés et que beaucoup de musiciens français ont les mêmes influences que nous. On se sent moins seul, même si la partie n’est pas gagnée pour autant.
François : 850 personnes ont téléchargé la compilation -paraît-il- Peut-être quelques « friend request ; thank you for the add » sur myspace en plus ? Nous remercions quand même très chaleureusement Sandrine et saluons bien fort son projet.

Envisagez vous enfin de vous lancer sur scène ?

François : Là, nous touchons au sujet épineux. Personnellement, je n’ai que très rarement éprouvé du plaisir à voir jouer un groupe en live. Le son est souvent horriblement fort, et ce, même dans les petites salles, et les autres me gênent et m’empêchent de voir le groupe (à moins de se rapprocher de la scène mais on se retrouve à nouveau exposé au problème du son trop fort). Je ne ressens donc pas un besoin urgent de m’exprimer à mon tour par ce vecteur, d’autant que nous avons fait par le passé quelques expérimentations scéniques qui se sont avérées fort peu satisfaisantes. Je pense être plus extrême que Raphaël dans ma prise de position. A défaut, nous imaginons depuis quelques temps un entre-deux qui serait de donner des concerts « acoustiques », à l’image de ce que Thom Yorke et Jonny Greenwood font de temps en temps avec Radiohead . Il s’agirait de réinterpréter nos morceaux pour en sortir l’essentiel -une boîte à rythme-une guitare-une voix- et non pas de les appauvrir en essayant de les rejouer à l’identique du disque.

Raphaël : Le problème c’est que nous sommes deux. Si nous faisons des concerts dans l’état actuel des choses, on ne pourrait pas vraiment faire un show rock. On essaie néanmoins de travailler les morceaux de nos albums pour la scène comme François l’a dit. Mais l’idéal serait bien entendu de former un vrai groupe avec bassiste et batteur.

En 2002, vous étiez quatre dans le groupe, cherchez vous à renouveler cette expérience ?

Raphaël : Bien sûr, la possibilité de trouver de nouveaux musiciens nous intéresse car nous pourrions expérimenter de nouvelles choses. Ils apporteraient ainsi une certaine technique qui nous fait défaut. Mais c’est François et moi qui formons le noyau dur du groupe, personne d’autre que nous ne pourra jamais revendiquer le nom de Drift ease Line . C’est nous qui écrivons les morceaux, les mélodies comme les arrangements, et aucune personnalité extérieure ne pourra nous imposer quoi que ce soit.

François : Nous formons un duo, plus qu’un groupe. En revanche, il est vrai que l’idée d’avoir des musiciens proches de nous, jouant sur nos disques et libres d’interpréter les parties que nous leur demanderions de jouer -un peu comme Air peut le faire par moments- est plaisante.

J’ai eu le plaisir d’écouter les 10 titres de votre CD, merci pour cette découverte riche et sensible. Souhaitez vous ajouter quelque chose pour convaincre les amateurs ?

François : Nous avons toujours enregistré nos disques à l’intention d’un éventuel auditoire et avons toujours souhaité que ce dernier comprenne notre musique non comme finie mais comme révélatrice de potentiel . Si seulement l’on pouvait laisser à notre disposition des moyens et un vrai studio….

Raphaël : Back to the Fiction représente une étape importante dans notre parcours musical mais ne constitue en rien un aboutissement. Avec d’autres moyens, nous sommes capables de faire beaucoup mieux. C’est ce qui nous motive l’un et l’autre et qui nous pousse sans cesse à composer : le désir de faire toujours mieux. Pour le moment, aucun de nos enregistrements ne nous paraît entièrement satisfaisant. Nous sommes des perfectionnistes. Le jour où nous serons contents de nous, sans doute arrêterons-nous le groupe, mais ce jour est encore loin.

En savoir +

MySpace:
www.myspace.com/drifteaseline

Partager !

3 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    VIOLHAINE
    le Mardi 21 novembre 2006
    VIOLHAINE a écrit :

    Bienvenue Véronique et merci pour cette interview !

  2. 2
    le Jeudi 23 novembre 2006
    Sandrine a écrit :

    Merci pour cette interview. Pour information, la compilation French Zone – Volume 1 a été téléchargée à plus de 2200 exemplaires en moins de 2 mois.

  3. 3
    le Mardi 13 novembre 2007
    Anonyme a écrit :

    new free walter ego album beatles remix
    Humeur actuelle : créativité

    freedownload walter ego album here :

    http://walterego0001.skyrock.com/

    and

    http://walterego0002.skyrock.com/

    hope you ll enjoy

Réagissez à cet article