Dominique A – Sur nos forces motrices

par |
Dominique A n’a au départ rien pour plaire. Il se traîne une réputation de chanteur déprimant, sa voix n’est pas des plus accueillantes et en plus il est chauve.

dominqueaSeulement ça fait plus de 10 ans qu’il se trimballe en solo dans le paysage musical français, avec des influences carrément rock (son premier label s’appelait Lithium ). Et pas qu’en solo d’ailleurs, puisqu’on lui doit une foule de collaborations plus ou moins intéressantes (à signaler un bon album avec le groupe Øslo Telscopic, The Dominique Ø Project, sorti en 2002). Il s’est donc construit une belle réputation auprès des « jeunes chanteurs français » qui le citent souvent comme influence. Mais lui s’en fout royalement, comme du succès dont il a une peur viscérale. Du coup c’est devenu un peu un fantôme. Il passe peu à la radio. Tout le monde le connaît, personne ne l’a écouté, mais il est là. Quelque part. Culte quoi.

Nous voilà donc avec son neuvième album, un Live, et aussi son meilleur disque. Avec un son magnifique, sans applaudissement, plus proche de Sonic Youth que d’ Yves Montand . Enregistré avec un vrai groupe de musique qui a eu l’intelligence de ne pas adhérer à la nouvelle mode de la loop-pedal (vous savez la pédale d’effets qui enregistre une boucle depuis un instrument et la ressort indéfiniment. Utilisée par Anaïs, KT Tunstall, mais aussi Emilie Loizeau, M ou Nosfell ).

Et fichtre ça fonctionne dès la première chanson,  » L’Amour « , avec clavier et saxo bien placés comme il faut. Superbe intro d’album, un rien planante, électrique. C’est là qu’il est le meilleur Dominique . Quand le rythme s’accélère un peu, que les guitares sortent, que ses errances grunge ressurgissent, d’ailleurs  » La relève  » avec son intro guitare acoustique, a du mal à se mettre en place, comme  » Tout sera comme avant « , pénible, à la limite du rock FM français.

Mais le grand moment du disque arrive sur  » Le courage des oiseaux  » où le grand chauve troque sa version éléctro minimaliste par quelque de chose de vraiment rock, entêtant, avec des relents new wave type Television . Une vraie belle chanson. Le groupe arrive à nous rentrer dans la tête ce refrain un peu « gnangnan » ( » Si seulement nous avions le courage des oiseaux qui chantent « ), mieux, on l’apprécie, on l’adore. Le genre de refrain qu’on chante faux à longueur de journées.

Dom ose des trucs avec son groupe,  » Exit  » sonne comme un grunge campagnard,  » Marina tsvetaeva  » (une poète russe) et son texte émouvant sur l’art et le chaos. Et toujours ce saxo soprano. Le groupe accélère le rythme sur  » Antonia  » et son solo de cuivre free-latino. L’album se finit par la meilleure manière au monde de finir quelque chose : par un blues.  » Empty White Blue  » chanté en anglais et jamais vulgaire comme on a l’habitude de jouer le blues. À l’acoustique et tout seul.

Ce n’est pas avec cet album que Dominique A fera changer sa réputation de mec pénible, mais il aura réussi à faire plonger l’auditeur dans une musique naviguant entre Television, Ferré, Sonic Youth, David Lynch, Truffaz et Bashung bien sûr.

En savoir +

Myspace: http://www.myspace.com/dominiquea

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fabien a 23 ans vit à Grenoble, il enchaîne différents boulots de merde dans le seul but de pouvoir se payer des CDs et des chaussures. Sa passion pour la chose rock, un genre qu'il considère avec sérieux et légèreté à la fois, frise l'autisme. Nan, c'est de l'autisme. Les mains calleuses et le dos vouté à force de fouiller dans les bacs à solde et les blogs internet.

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Stedim
    le Jeudi 20 décembre 2007
    Stedim a écrit :

     » … et en plus il est chauve.  »

    Cette stigmatisation de la déficience capillaire de l’Artiste est tout simplement intolérable ! Je suis outré !!

    Sinon, merci. Moi qui ai pas mal d’a priori sur l’énergumène A, j’ai presque eu envie de (re)jeter une oreille vers lui. ;)

  2. 2
    le Jeudi 20 décembre 2007
    Anonyme a écrit :

    Ah si il est chauve, je refuse d’écouter ce qu’il fait :) Non, plus sérieusement, le papier donne envie de s’intéresser à Monsieur A. Du bon boulot!

Réagissez à cet article