DJ :[S20]:

par Stv|
Difficile d’attraper l’oiseau nocturne qu’est :[S20]:, tellement celui-ci vole de soirées en soirées à travers tout l’hexagone. D’autant plus qu’après être un DJ et un remixeur, le voici maintenant signé chez Elektrofon Records. Malgré tout, il a accepté de se poser un instant pour cet entretien.

La première question qui m’est venue te concernant, c’est à quoi fait référence ton pseudo, j’ai trouvé comme signification possible une imprimante, un appareil photo, un bouchon de protection auditive, mais j’imagine que je suis encore loin de la réalité ?

s201 (rires) Il y a aussi un sampler et un sac de couchage qui s’appelle S20 ! En fait, je m’appelle Sylvain et je voulais absolument un diminutif avec un nombre de manière à ce que selon les pays, mon pseudo se prononce différemment. Et puis c’est un petit clin d’oeil à Front 242 et d’autres groupes avec des chiffres.

Peux-tu nous parler de ton collectif le MaxiPutesKrew ?

C’est un collectif qu’on a monté avec Burn et Divine, deux artistes electrotrash de Rouen, on s’est identifiés à des putes dans le sens où rien n’est gratuit dans le monde moderne. C’est une sorte de réaction aussi à tous les relous dans les soirées qui prennent les filles pour de la viande fraîche, nous on leur répond « Pour toucher, faut payer chéri ! »

Tu as commencé comme DJ il y a maintenant plus de 10 ans, mais tu t’es fait véritablement connaître qu’à partir de 2001.

Un peu plus tard même je dirais. En fait, j’ai commencé à me faire connaître dans le milieu dark avec l’association Clyzenn en organisant de grosses soirées dans le cadre de festivals. En 2003 j’ai été booké avec Kiki de Bpitch Control à Brest et commencé à jouer dans des soirées électro. C’est vraiment qu’à partir de 2003 par rapport au DJ que je suis actuellement. Auparavant c’était surtout dans le milieu underground gothique, industriel, dark uniquement.

Tu étais en recherche personnelle par rapport à ton style ?

Non simplement ça a été mon évolution culturelle, je me suis ouvert à d’autres choses et j’ai découvert des styles de musique qui m’ont plu et dans lequel je me suis reconnu. À un moment dans la scène électro dark, ça tournait sur des rythmes un peu trance avec des voix saturées et ça ne me convenait plus vraiment. Au final, je me suis aperçu que toute la scène electroclash avait ses racines dans la new wave et que je me sentais beaucoup plus en accord avec l’esprit léger de cette scène émergente

Comment es-tu venu à mixer ?

En 2001, j’ai vu Miss Kittin & The Hacker à l’Astropolis et là ça a été une révélation : j’aimais l’électro ! J’ai commencé à m’y intéresser, à comprendre le mixage du côté techno, décortiquer les techniques et un jour, j’ai calé.

Justement, y a-t-il des groupes, albums ou maxis qui t’ont particulièrement influencé ?

Forcement il y a le maxi Blue Monday de New Order . Je sais c’est très bateau comme réponse, mais je le réécoute toujours en me disant que c’est un des plus gros morceaux de toute l’histoire de la musique. C’était le premier tube techno dans le sens dansant du terme. Ma base c’est les Cure, New Order, Depeche Mode, après il y a plein de choses actuelles qui me plaisent beaucoup en ce moment comme Junkie XL, un groupe anglais qui était plutôt dans le Big Beat auparavant. J’écoute aussi Prodigy, Lords of Acid, Front242, Underworld .

Quel support utilises-tu pour mixer (vinyl, CD, MP3) ?

Je mixe sur CD, sur des platines Denon séparées. Mon matériel me laisse plein de possibilités et j’en suis très content. En fait maintenant avec l’évolution technique on arrive à retrouver quasiment le même touché et la même façon de jouer que sur vinyle, c’est presque similaire, en tout cas on s’en rapproche.

Et le mixe sur ordinateur, tu en penses quoi ?

Tout dépend de la manière dont c’est fait. Il y a des logiciels qui te permettent de mettre un disque numérique en vinyle sur une platine reliée à un ordinateur et te permet de jouer des mp3 mais avec une platine vinyle. Je considère clairement ça comme du vrai mixe. Après il y a des logiciels assistés où tout se cale et où il suffit de cliquer avec sa souris. Pour moi ça fait partie de la génération pousse- disque qu’il y a actuellement, c’est bien d’un côté parce que ça rend le mixe accessible, mais on aura de plus en plus de mal à faire la différence entre les gens qui travaillent vraiment et ceux qui sont aidés par des logiciels. Donc c’est à double tranchant.

Justement dans tes mixes, est-ce que tu as véritablement des morceaux fétiches ?

J’essaie de changer assez souvent mais oui j’ai clairement des incontournables que je passe assez régulièrement, notamment encore Blue Monday que j’adore jouer. Et puis après il y a un remix de Commuter du titre Eisbaër de Grauzone (premier groupe de Stefan Eicher ) que je trouve vraiment très bon. J’aime assez l’efficace, les choses connues mais pas uniquement. Par exemple j’ai été l’un des premiers à passer Yelle il y a 3 ans et maintenant c’est devenue une super star. Parfois, il y a des coups du hasard qui font que tu découvres des artistes qui deviennent énormes !

Comment fais-tu pour dénicher les dernières pépites sorties ?

Certains labels ou artistes m’envoient des CDs, soit je vais trouver ça sur Internet. C’est vrai que maintenant je ne vais plus traîner chez les disquaires, comme beaucoup de gens d’ailleurs. Je ne sors plus comme avant flâner des heures à regarder des rayons. Ça ne se passe plus vraiment comme avant.

La liste des groupes pour lesquels tu as mixé est impressionnante, je citerai Alec Empire, AQME, Clan of Xymox, Das Ich, Front 242, I AM X, ou encore Nada Surf . Comment se sont faites ces collaborations ?

Ce n’est pas des collaborations, j’ai joué en support. À la base c’est le coup du hasard, simplement à force de jouer un peu partout, il y a des programmateurs qui pensent à moi. Mon évolution fait que je suis de plus en plus demandé. Il y a des groupes qui ont plus d’importance pour moi comme Punish Yourself ou The Dead Sexy INC avec qui j’ai fait plusieurs dates et avec qui je joue régulièrement. Ça me permet d’avoir une affiliation avec leurs publics qui du coup devient un peu le mien. Je me sens très proche de Punish Yourself alors que ce n’est pas forcément le style de musique que je vais écouter chez moi mais le public qu’ils attirent, qui est très éclectique, me convient parfaitement.

As-tu des anecdotes sur un groupe ?

Une anecdote précise, pas particulièrement. Après j’ai des supers souvenirs avec pleins de gens et de groupes que ce soit dans la scène dark ou électro oui. Avec les DJs, c’est un peu différent. D’ailleurs je préfère jouer avec des lives. Il y a des groupes très inaccessibles où tu penses qu’il va y avoir un échange et où finalement chacun reste dans sa loge. Je me suis bien entendu avec les Pénélopes, les The Dead Sexy INC toujours, aussi LTNO à l’époque et le label Audiotroma à Strasbourg qui est un label industriel.

En 2006, on avait fêté l’anniv’ de Miss Z, la guitariste de Punish Yourself à l’Astropolis après nos sets respectifs, et à la recherche de champagne en backstages, je me suis retrouvé avec 5 bouteilles et Sir Alice au bras, une artiste dont j’apprécie énormément l’univers, nous avons traversé tout le site blindé de ravers à la recherche des Punish, avec nos bouteilles de champ’ sous les bras. C’était vraiment surréaliste !

Quels sont les artistes que tu apprécies actuellement ?

Junkie XL toujours et puis aussi Franz & Shape, Kiko, Commuter, Boys Noize, Motor, Millimetric, ASP, Does it offend you, Yeah !, The Kills, John Lord Fonda, Teenage Bad Girl, Xenia Beliayeva, Sebastian . Autrement j’aime beaucoup Nomenklatur qui vont sortir un nouvel album qui, à mon avis, peut vraiment marcher parce que c’est plus de l’electro-techno à tendance un peu dark et vraiment bien foutu.

Quels sont les morceaux de ta playlist du moment ?

Oh il y en a plein. Par exemple je joue Soulwax, du Sindrome, Boys Noize, Digitalism, Motormark, Burning Late x, Fortune, Beastie Boys, Justice, Eurythmics, Depeche Mode, Vive la Fete, Trans X, Madonna, Sexy Sushi, David Carretta, Mathematikal, Trashtalk, MSTRKRF .

Est ce que tu prépares ta liste de morceaux avant de commencer à mixer ou bien tu y vas au feeling ?

Généralement je laisse toujours une place au feeling, mais j’adore travailler chez moi, préparer ma set list et préparer des bootlegs aussi, donc récupérer des pistes et recréer des choses que je ne peux pas faire finalement en live. J’ai une liste qui me sert de fil conducteur mais qui est susceptible de changer. Je fais ça pour vraiment profiter de la soirée car la majorité des DJs qui font tout en live passent leur temps sur leurs platines et au final sont fermés sur eux-mêmes. Moi je préfère avoir du feeling avec le public, je fais la fête avec lui et les gens peuvent venir me parler. J’aime quand c’est la zone, que les gens montent sur scène. J’aime être près du public. J’ai été un night-clubber très tôt, je sortais dans les soirées new-wave à la fin des années 80. C’est de là que je viens, du dancefloor, du public, et je ne l’oublie pas !

Qu’est ce que ça fait d’être derrière les platines et de voir tout le monde s’éclater ?

s202Ah je me sens comme sur un petit nuage ! C’est une forme de pouvoir, un pouvoir de partage. Tu te rends compte qu’en coupant une basse ou en faisant un break tu peux déclencher une hystérie. Je suis fan de Jim Morrisson et la manière dont il domptait la scène où il disait qu’en deux mots, il pouvait provoquer une émeute. Je trouve que les DJs qui donnent beaucoup physiquement sur une scène ont un peu ce que les sorciers indiens ou africains avaient en mettant en transe leur tribu.

Y a-t-il des soirées qui t’ont marquées plus que d’autres ?

Il y a deux soirées où j’étais vraiment malade et qui m’ont vraiment marqué parce que mon mal être s’est complètement éclipsé une fois sur scène et j’ai fait des sets énormes notamment au Bataclan pour le festival Dark Omen III avec Front 242 et I AM X . Et puis il y avait aussi une autre soirée dans un tout petit bar à Tours, le Moshpit, où là c’est pareil, j’ai fait un set monstrueux et je suis tombé dans les pommes juste après !

Après, la semaine dernière, j’ai joué à Toulouse pour l’ Electro Alternativ Festival, où là j’ai carrément pris mon pied. Je suis passé après Teenage Bad Girls, Jennifer Cardini et T.Raumschmiere . Le public était encore là à 6 heures du matin, je suis rentré sur scène et ça c’est super bien passé. J’étais avec Klodia, la performeuse de Punish Yourself, notre première collaboration entre nous et il y en aura d’autres !

Y a-t-il d’autres DJs avec lesquels tu aimerais mixer particulièrement ?

J’ai eu la chance de jouer avec T.Raumschmiere deux fois que j’adore mais c’est plus avec des lives qu’avec des DJs que j’aimerais jouer comme les Happy Mondays, les Primal Scream, les Chemical Brothers . Tous ces groupes de la scène Manchester de la fin des 80/90 et qui sont toujours là.

Pour toi un DJ est-il un véritable musicien ?

Ça dépend des DJs. Pour ma part, je ne me considère pas comme un musicien, mais plus comme un cuisinier qui mélange pleins d’ingrédients et qui en fait quelque chose de bon s’il réussit. Plus un saucier qu’un cuisinier qui fait une salade composée. Alors qu’un musicien a un long travail de création et de studio. Mais j’ai des projets pour sortir des maxis, donc je vais vraiment me mettre à faire de la musique pour de bon.

Hormis tes mixes, tu élabores aussi des remixes, était-ce un processus d’évolution naturel pour toi ?

Je ne sais pas si c’était naturel ou pas. En tout cas, c’était une véritable envie. J’ai complètement craqué sur ce que fait People Theatre . Pas forcément sur ses choix musicaux, car il a une culture très Synthpop, mais sur sa façon de faire. C’est un boulimique des remixes, il travaille beaucoup et il a de l’ambition. J’avais vraiment envie de travailler avec lui et ça c’est fait super naturellement. On a fait un remix de AfterHours des Dead Sexy INC qui est sorti sur un maxi d’ Enrage Prod . Le remix s’est fait en 3 jours alors qu’on ne se connaissait pas, mais il y a une véritable symbiose. On a hâte de remettre ça, mais malheureusement on a du mal à se caler du temps de libre pour travailler sur d’autres projets.

Comment est née cette collaboration ?

On se connaissait déjà par Internet, par la suite, on s’est rencontré à plusieurs reprises. Lui avait vraiment eu un coup de coeur sur mon travail de DJ. Au cours d’une discussion, on a évoqué la possibilité de travailler ensemble et l’on a commencé à rechercher sur quel morceau on pourrait travailler ensemble. Moi j’adorais le titre AfterHours des Dead Sexy INC, je les ai appelés pour savoir s’ils étaient intéressés par un remix et ils ont dit oui et le remix a été fait comme ça.

Quel est le premier remix que tu as fait ?

s203Ah mon premier remix c’était une sorte de bootleg pour TEPR qui est musicien de Yelle actuellement avec le morceau Intergalatic des Beastie Boys . C’était il y a 5 ans. Ensuite j’ai fait un remix non-officiel du titre Euro-man de JJ Brunel, le bassiste des Stranglers . C’était mes premiers balbutiements.

Le mash-up et les bootlegs sont redevenus très à la mode notamment grâce à DJ Moule et DJ Zebra, tu en penses quoi de leur travail ?

Ils font vraiment du super bon travail, il y a des choses très bonnes. J’ai quand même l’impression qu’il y a un côté trop quantité. Ils se sentent un peu obligés de sortir des choses très régulièrement, et du coup je trouve que ça manque de sélection. DJ Moule et DJ Zebra sortent vraiment du lot. Il y a aussi Comar qui est dans le même esprit. En tout cas en France, c’est une scène bootlegs très active. C’est bien, car ça permet de ressortir des vieux titres qui n’étaient pas forcément passables en soirée. Tu imagines mal passer du AC/DC dans une soirée électro, mais si tu y rajoutes le rythme de Daft Punk en dessous, ça rend la musique accessible. Tu te rends compte que ça a un véritable impact sur le public. Mais un bon bootleg ne suffit pas, il faut aussi savoir le placer.

Quel support utilises-tu pour remixer ?

Sur Cubase essentiellement, qui est le logiciel de référence, mais je fais aussi des boucles sur Acid Loop .

Quelle est ta philosophie par rapport à un remix, doit-on garder le plus possible d’éléments du morceau original ou au contraire en garder le moins possible ?

Ça dépend du morceau ! Si c’est un morceau au format pop c’est bien de garder la mélodie, le fil rouge du morceau. Après si c’est un morceau techno ou électro, tout est possible. Certains remixes ne ressemblent pas du tout aux originaux mais gardent le même thème. Ensuite il y a les remixes classiques qui réutilisent les mêmes sons mais déplacent les parties musicales et refont les voix. Ce n’est pas vraiment une philosophie, mais ça tient au ressentiment par rapport au morceau original.

Tu viens de signer chez Elektrofon Records, quels sont tes projets musicaux à venir ?

Je vais commencer à travailler à partir de juillet dans leur studio sur mes premières productions avec Lab Insect qui est un des deux fondateurs du label avec Olivier Brucker . J’ai aussi un rôle de consultant au sein du label notamment pour faire paraître des artistes sur la prochaine compilation Elektrofon et mettre en place des soirées Elektrofon . Je ne suis pas seulement un artiste de plus signé, j’ai aussi un investissement artistique au sein du label. J’aime beaucoup l’équipe du label, ce sont des gens qui sont simples et qui proposent quelque chose de différent en dehors de toute mode.

Quelles sont tes prochaines soirées à venir ?

Le 17/1/2008 au Poste à Galène – MARSEILLE (+ 16Sinners ) – a confirmer, le 26/10/2008 à La Locomotive – PARIS (+ Dead Sexy Inc . + Soldout + … / Festival Les Divisions De La Pop ) et donc un maxi à sortir : DJ :[S20]: + LAB INSECT en fin 2007/ début 2008.

Comment t’imagines-tu dans 10 ans ?

J’en sais rien. Soit je n’aurais pas réussi à émerger et je vais me retrouver à faire de l’intérim ou au contraire je vais vivre ma vie d’artiste à 100 % et jouer un peu partout dans le monde. Si je fais ça, ce n’est pas un choix personnel, j’ai vraiment l’impression d’être sur Terre pour ça !

Bonus Track: BLIND TEST de DJ :[S20]:

DekadDive

Je ne connais pas. ( donne sa langue au chat ). Je connais le label Boredom mais pas ce groupe. C’est pas mal, entre I AM X et Clan of Xymox . C’est bien qu’il y ait cette scène en France, il y a un vrai public, des labels, des webzines et c’est plutôt positif.

Trent Reznor & Peter MurphyWarm Leatherette (reprise de The Normal )

Ce n’est pas la version originale, ce doit être la reprise de DJ Hell, mais non elle est plus lente. ( donne sa langue au chat ). J’aime beaucoup la voix de Peter Murphy . Trent est un type qui a fait une carrière énorme, c’est quelqu’un que je respecte énormément. Trent, si tu m’entends.

The B-52′sPump

( donne sa langue au chat ) J’ai même pas reconnu les voix !!! Toutes mes soirées d’ados, c’était vraiment la classe !

Grace JonesShe’s lost control (reprise de Joy Division )

Argh c’est.. (après un intense travail de mémoire) Grace Jones ! Elle est terrible, c’est vraiment une icône des 80′s. Joy Division, c’est vraiment un tournant dans la musique. Ils ont réussi à amener quelque chose d’hyper profond, de très personnel. J’aurais vraiment aimé que le groupe dure plus longtemps, mais en même temps, sans la mort de Ian Curtis, il n’y aurait probablement jamais eu New Order .

SindromeDélire Studio

( tout de suite ) C’est Sindrome . Perso j’adore le personnage et son visuel. Il a quelque chose de très anglais dans ce qu’il dégage et dans son humour. On est plusieurs à le tanner pour qu’il fasse du live.

The CureThe Only One

( Immédiatement ) Les Cure !!! On reconnaît tout de suite. C’est complètement dans la continuité des derniers albums. Ils sont dans une période très pop, mais je n’écoute plus beaucoup ces derniers temps.

Crédits Photos: Stv

Partager !

En savoir +

15 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Jeudi 28 août 2008
    Dahlia a écrit :

    Le canard en personne dans Discordance!!!! Putain la mega-classe ^^

  2. 2
    le Jeudi 28 août 2008
    Dahlia a écrit :

    Maintenant j’ajoute également que :[S20]: (le pauvre, personne n’écrit jamais son pseudo comme il devrait l’être) est le gars le plus motivé de la terre quand il s’agit de mixer et quand il envoie, le dance-floor tremble littéralement. Et c’est un gars adorable qui plus est.

  3. 3
    le Jeudi 28 août 2008
    berlool a écrit :

    yeahhhhhhhhhhhh mon S20!! Il met le feu ce type allez le voir au plus tôt :) et j dis ca pas parcke j le connais dejà sans le connaître j étais à fond sur ces mix!!! allé allé hop hop go to S20 MPower elektro ziksound!!

  4. 4
    le Jeudi 28 août 2008
    Ferdi-Nein a écrit :

    Il faut aussi préciser que ce monsieur est capable de balancer un mix cohérent dans bien de styles, Rock, Electro-Clash ou encore Indus et c’est peut-être sa plus grande qualité.
    :[S20]: c’est la life!

  5. 5
    le Jeudi 28 août 2008
    Guillotlton a écrit :

    ::rulaiz:: mec !

  6. 6
    le Jeudi 28 août 2008
    Pascal a écrit :

    Pour l’instant ce n’était qu’un nom sur des flyers, mais à rien qu’à le lire et à voir l’enthousiasme et l’énergie qu’il met dans ses mots, ça donne vraiment envie…

    On voit qu’il maitrise sacrément son sujet…

  7. 7
    le Jeudi 28 août 2008
    PlastykNymfe a écrit :

    C’te classe Chou =^^=. Ça me fait plaisir de voir ça :) . Et je plussoie extrêmement ce que les autres ont dit, sur le fait que ça soit un Dj hors pair mais également quelqu’un d’adorable et cultivé. Qui m’aura appris et fait découvrir beaucoup de choses passionnantes. En espérant qu’il aille le plus loin possible et le revoir au plus vite, xxx <3.

  8. 8
    le Dimanche 31 août 2008
    seb a écrit :

    Putain, je t’attend à Montréal quand tu veux..viens dans cette ville, y a de la place pour un gars plein de talent comme toi, laisse tomber l’hexagone..
    Je me souviens de nos soirées chez toi avec ton mur entier couvert de disque et où tu me faisais découvrir tel ou tel groupe…merci à toi de m’avoir ouvert les portes de l’electro

  9. 9
    le Dimanche 31 août 2008
    Jacques de Rippeure a écrit :

    S20, par pitié ne nous inflige pas tes photos, quand on a un physique difficile comme le tiens, on évite les gros plans. J’ai vu beaucoup d’horreurs mais s’il te plait, je ne tiens pas à me réveiller en hurlant la nuit après avoir rêvé d’horribles DJ bretons.

  10. 10
    le Dimanche 31 août 2008
    kyra a écrit :

    C’qui faut pas lire des fois….. (ceci est valable pour plusieurs commentaires, et pas que le dernier).

  11. 11
    le Lundi 1 septembre 2008
    Pascal a écrit :

    Je trouve cela assz drôle en ce qui me concerne. La prochaine fois que ce Monsieur passera dans l’est, j’en serais…

  12. 12
    le Lundi 1 septembre 2008
    Peter a écrit :

    Purée Sylvain… comment écrire ça alors que les gens ne peuvent lire les larmes sur un écran…

    Merci, vraiment !

    Peter :D

  13. 13
    le Mercredi 1 octobre 2008
    Max B a écrit :

    Excellent!

  14. 14
    le Mercredi 1 octobre 2008
    Neko a écrit :

    Bravo pour l’authenticité. Il en faut du courage pour ne pas se laisser embarquer sur les rails des tubes standardisés et de la culture de masse.

    L’art améliore le monde alors Keep On Underground spirit ! !

    PS : va voir Berlin Calling, un beau portrait de DJ avec gloire et tentations…

  15. 15
    le Jeudi 28 août 2008
    Mme Kim a écrit :

    J’ai rencontré :[S20]: en 2001 et depuis on a gardé le contact. C’est un artiste vraiment COMPLET avec une culture musicale incroyable. Ca change des pousses-disques qui ne connaissent même pas les Floyd ! On a joué ensemble en 2006 et c’est vraiment un très beau souvenir. Je ne suis pas en train de lui lancer des fleurs pour lui faire plaisir…ça, il le sait ;) ! Ce n’est pas mon genre.
    Tout ça pour dire que s’il passe dans votre région, IL FAUT ALLER LE VOIR !!!
    Quand aux programmateurs, bougez vous pour le booker !
    Et puis, comme le dis Dahlia, oui, c’est vraiment un gars adorable. « I love my pute chauve » ;) !

Réagissez à cet article