DJ Food, top chef des platines | Le Poste à Galène | Marseille | 10.05.2012

par |
Les jours s'allongent, il fait beau et chaud, il n’en faut pas moins pour que la Plaine –quartier très agréable de Marseille- soit plus que jamais animé avec ses bars débordant sur les rues, au point de devoir slalomer en voiture sur ce qu’il peut rester de la route.

C’est sous un climat déjà estival, le soleil encore parmi nous à 21h, que Le poste à Galène reçoit ce soir DJ Food dans le cadre de la 9e édition de Tighten up. Festival ramenant des artistes et labels groovy du monde entier en terre phocéenne. La venue de DJ Food était un petit événement pour tout amateur de musique électronique, et plus particulièrement de Ninja Tune, dont DJ Food est la figure de proue distillant toutes les sonorités des DJs et producteurs de musique électronique de ce label anglais : du jazz au hip-hop en passant par l’ambiant et le breakbeat.

Petits fours

A 21h, l’heure indiquée par le programme et contrairement aux habitudes marseillaises, surtout en climat estival, Ed Nodda, la première partie est déjà derrière ses platines et son mac.

Il délivra un bon set de 2h, très agréable et axé sur les 90’s, où se côtoient Hip-Hop, R&B, House, soul et scratchs. Nous ne nous étendrons pas sur les morceaux mixés même si parmi les morceaux les plus récents, on pouvait y retrouver du Africa HiTech  et du Omar & Zed Bias entre autres.

Mettons les petits plats dans les grands

Puis à l’approche des 23h, Strictly Kev vient préparer ses platines. Des bonnes platines à l’ancienne avec des vinyles qui se font malheureusement de plus en plus rares maintenant. Contrairement à ce que son nom pourrait faire penser DJ Food est un collectif lancé il y a déjà 22 ans. Depuis quelque temps, Strictly Kev est quasiment seul maitre à bord, et c’est donc lui qui aura la tâche faire danser les quelques Marseillais présents dans la salle, la majorité venant à peine d’arriver.

Le set commencera doucement avec quelques morceaux electros et notamment Four Ton Mantis d’Amon Tobin, un des producteurs les plus connus du label Ninja Tune. Quelques souvenirs de l’adolescence passée, en pleine découverte de la musique électronique, avec un de ces grands morceaux de l’époque, il y a 12 ans déjà.

And you don’t STOP !!!

La suite sera très hip-hop avec pour commencer un grand hommage au Beastie Boys dont un des 3 membres nous a quitté la semaine dernière (le 4 mai). Des tubes comme Sure Shot (je suis sûr que le « And you don’t STOP !!! » vous rappellera des bons souvenirs), Hey Ladies et So Whatcha Want se succèderont avec leurs clips respectifs passant sur l’écran. En plus d’un DJ set, un décorum VJ était mis en place en synchronisation avec la musique. Rien de bien génial toutefois : clips, cinématiques de jeux vidéo ou extraits de films correspondant toujours assez bien au morceau.

Après les Beastie Boys, se succèdent de grands classiques du hip-hop et du funk avec Grandmaster Flash, House of pain qui finiront entrecoupé par des remix Big Beat des Beatles.

Sortons l’artillerie

Une simple introduction à la suite qui va tourner à de l’electro bien plus dynamique. Transition progressive vers le Grimes (hip-hop anglais rythmé et électronique) qui ne fait qu’annoncer la vague d’UK Bass qui va suivre : Drum & Bass typiquement anglais en faisant des escapades Jungle progressive vers le dubstep, parfois même bien gras dans la pure tradition du Brostep lancé par Rusko. Dur de mettre des noms sur ces morceaux d’UK Bass mais impossible de rater le formidable remix de Voodoo people de Prodigy par Pendulum ou même le remix Drum & Bass de Harder, Better, Faster, Stronger des Daft Punk qui feront plus que bien réagir le public.

Tout est parfaitement maitrisé et naturel. Du vrai DJ Set comme on les aime avec un gros condensé de tout ce que la musique électronique anglaise a pu nous donner de meilleur ces 20 dernières années en même pas une heure.

Dégustons

Après avoir bougé comme des malades en milieu de set, la dernière partie s’entamera plus calmement avec la version rocksteady (Ska/reggae) du vieux générique de Batman des années 60 par Lyn Taitt and The Jets et l’interprétation de Seven Nation Army façon soul et reggae par Alice Russel.

Le reggae et le dancehall se feront la part du lion ensuite avec Shaggy… ah non, Insane in the brain de Prince Fatty, et des moments marrants comme avec Trippin’ at the disco de People under the stairs et du bon vieux Snoop Doggy Dogg.

Le set se terminera vers 1h du mat avec le grand Witness de Roots Manuva, qui est signé chez Big Dada, la partie hip-hop de Ninja Tune. Bref, du grand finish et DJ Food se fera très abondamment applaudir, au point de se demander s’il n’y avait pas plus de personnes que ce que la salle avait vraiment l’air de contenir. Public peu nombreux, mais totalement conquis a priori, Strictly Kev part avec un grand sourire.

Espérons que La Coka Nostra, constitué des anciens membres de House of Pain (Jump Around !!!), permettront de clôturer avec brio ce festival le 16 mai au Cabaret Aléatoire, au moins au niveau influence pour les organisateurs de ce très bon festival marseillais.

DJ FoodDJ FoodDJ FoodDJ FoodDJ FoodDJ FoodDJ FoodDJ FoodDJ FoodDJ FoodDJ FoodEd Nodda

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Passionné de musiques électroniques et synthétiques, il est toujours en quête perpétuelle de sons et de vagues de boucles synthétiques qui l'accompagnera de longues heures. Grand rêveur originaire des Bouches du Rhône (13) voguant à présent dans les îles de France, il cherche à partager ses coups de coeur par tous les moyens possibles.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article