Disco

par |
Une belle déception pour ce film, qui, sans avoir l'air d'être la comédie du siècle, avait pourtant une bande annonce plutôt alléchante.

didcoEtant originaire du Havre, où le film a été tourné, j’avoue que j’ai passé pas mal de temps à observer le décor, ce qui m’a peut-être empêché de vraiment rentrer dans l’histoire proprement dite de Disco . Cela dit, elle ne possédait pas non plus de gros rebondissements de folie: Didier Grindorge, un quadra un peu ringard (joué par Frank Dubosc ), qui vit chez sa mère et passe son temps au café, est retrouvé par Jean-François Jackson ( Gérard Depardieu ) qui a repris le Gin Fizz, une boite à la mode, et veut lancer un concours de Disco. Le premier prix est un voyage en Australie. Ça tombe bien : l’ancienne fiancée de Didier, vivant en Angleterre, n’acceptera de lui envoyer son fils Brian qu’à la condition qu’il lui offre de réelles vacances.

Il va donc tenter de relancer son groupe : les Bee Kings, avec ses deux amis ( Samuel Le Bihan et Abbes Zahmani ) et de redevenir Didier Travolta pour gagner le concours. Il va à la rencontre de France Navarre, une professeur de danse classique issue d’une famille aisée qui lui donnera à contre-coeur des cours de disco, et dont il tombera fou amoureux.

Fabien Onteniente signe ici une sorte de Camping II, où nous refait le coup du mélange des genres et des classes sociales. Un film dans lequel les riches rencontrent les moins riches, commencent par les trouver ridicules et ringards, pour au final finir dans les bras les uns des autres. Inutile d’évoquer l’image déplorable du Havre et de ses habitants, il ne s’agissait bien sûr pas d’un film touristique et la carte des clichés a été jouée à fond. À noter un énoooorme travail sur Depardieu, qu’il aurait été impossible de rendre plus kitsch.

Le scénario compte quelques longueurs, plusieurs répétitions sans grand intérêt, des gags un peu attendus, des personnages encore plus caricaturaux que dans Camping, et c’est à regret qu’une fois de plus Dubosc persiste à s’enterrer dans son rôle de beauf au grand coeur. On retrouve toujours et encore le slip kangourou et les remarques blessantes entendues par erreur. Les ficelles restent inchangées et les personnages secondaires ne sont jamais exploités. Et quant à l’intervention de Francis Lalanne, il était aisé de s’en passer.

Disco comporte tout de même quelques belles idées, ne serait-ce que pour voir Samuel Le Bihan dansant le disco dans sa combinaison à paillettes… Un bon point également pour Emmanuelle Béart, qui se montre très convaincante dans son rôle et relève heureusement le niveau de l’ensemble.

Un film dont on ressort mitigé. D’ailleurs la conversation d’après film a surtout tourné autour de la question de savoir où se trouve en réalité la rue du Grand Large (où vit Didier Travolta) plutôt que sur les qualités réelles ou supposées du scénario. Pas sûr non plus que le Gin Fizz (en réalité un club appelé Le Siècle II ), qui a conservé intacte la façade de décor du film, devienne un endroit recherché par les touristes au même titre que le beffroi de Bergues de Bienvenue chez les Chtis .

À titre d’anecdote, j’ai été invitée à la soirée d’avant première du film au Havre. Une fois sur place, j’ai appris qu’en réalité l’équipe du film avait prévu plusieurs soirées d’avant première avant celle-ci, et plus de deux heures après le moment annoncé pour leur arrivée, j’ai entrevu Frank Dubosc foncer à l’étage du club entre deux gardes du corps et Samuel Le Bihan souriant, se prendre un petit vent par l’assistance qui ne l’a même pas reconnu…

Ils ne se sont plus montrés de la soirée…

Partager !

En savoir +

Site officiel: http://www.disco-lefilm.com‘>www.disco-lefilm.com

A propos de l'auteur

Image de : Normande bientôt trentenaire, intervieweuse en pointillé, en particulier dans le domaine musical ou littéraire. Sais coudre et tricoter, jouer de la batterie et organiser des tournées. Bah oui, on peut avoir l'air cool ET broder, surtout si on en fait son gagne pain : http://www.broderieduphare.kingeshop.com

4 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Vendredi 11 avril 2008
    Antoine a écrit :

    J’étais pour ma part à l’avant première du Grand Quevilly ! L’apparition des stars fut brève mais sympathique, pas transcendante pour autant.

    J’ai cela dit apprécié le film. Je ne suis pas du tout un fan de l’humour à la Dubosc, mais j’ai trouvé que le genre développé dans Disco change du style habituel en ce que l’humour un peu (beaucoup) lourd est ici plus discret, plus naturel et touchant pourrait on même oser dire…

    L’histoire est gentille et plutôt touchante, les acteurs sympathiques, l’ensemble fait un bon moment de détente fidèle à ce que l’on peut attendre. En même temps, le projet du film était-il à la base plus ambitieux que de divertir ? Si oui raté, sinon c’est plutôt réussi.

    Une chose est certaine : on aime le style humour lourd où on ne l’aime pas. Certains adorent, d’autres s’offusquent, Dubosc lui joue un rôle, et l’ensemble des critiques (surtout négatives!) prouve qu’il le fait bien.

  2. 2
    Stedim
    le Vendredi 11 avril 2008
    Stedim a écrit :

    Moi, j’ai tout simplement une aversion pour les tentatives de hold-up sur le ciné. A tort ou à raison, je ne vois dans ce film que l’envie de refaire le gros coup de « Camping ». Je n’y peux rien : j’ai le regard négatif. Humpf.

    Même principe que pour « Bienvenue chez les ch’tis » (que je n’ai même pas encore vu), j’ai vite été écoeuré par la promo omniprésente, inévitable, lourde (encore pire quand on ne ressent pas un réel enthousiasme des acteurs pour le fim en lui-même).

  3. 3
    Stephane
    le Vendredi 11 avril 2008
    Emma a écrit :

    @ Antoine : Je suis d’accord que le but du film n’allait pas au delà du simple divertissement, et heureusement que tout le monde n’a pas le même avis dessus, sinon ça serait d’un ennuyeux !
    Je pense que si j’ai eu un regard si négatif c’est plus à cause de l’effet de répétition par rapport à « Camping », la comparaison me semble inévitable, et en rapprochant les deux films, le second donne un effet « réchauffé » assez désagréable.

    @ Stedim : Si je peux me permettre un petit avis : « Bienvenue Chez Les Ch’tis » n’a pas grand chose à voir avec « Disco », et bien qu’on ait toujours tendance (trois fois hélas) à en faire des tonnes quand il s’agit de la promo d’un film (à fortiori quand il marche très bien de lui-même et n’a pas besoin d’un tel foin) celui-ci mérite tout de même le détour. Le film bénéficie d’une bien plus grande finesse dans son humour et le développement des personnages et de l’histoire n’a vraiment rien à voir. A mon avis c’est un bon film, et tant pis pour le buzz médiatique. Même ma mère qui n’aime pas les comédies l’a apprécié, c’est dire ! (Les Ch’tis:1 – Disco:0)

  4. 4
    le Dimanche 13 avril 2008
    VIOLHAINE a écrit :

    Pour moi le score reste un 0-0, puisque je n’ai vu ni « Bienvenue… » ni « Disco ». Et que je ne compte pas le faire. Et que je m’y tiendrai.
    Na.

Réagissez à cet article