Didier Super

par |
Au vu de la réputation de Didier super, il y avait de quoi avoir les foies à l'idée d'aller le rencontrer. Surtout en repensant aux longs échanges de mails où l'on me mettait en garde sur son comportement en interview. Mais le rendez-vous était calé, du côté du Père-Lachaise, et impossible de reculer.

Je suis en avance. Ils sont en retard. Il faudra un jour dans ma vie que j’inverse ce scénario. Juste pour voir l’effet que cela procure. Je m’installe tranquillement dans les locaux où a lieu l’interview. Le manager de Didier m’invite par téléphone à me servir dans le frigo, mais étant bien élevé je ne le fais pas. Les voilà qui arrivent. On va pouvoir commencer.

Didier est calme. Il mange une clémentine et me fait de grands sourires.

Je m’excuse, je t’empêche d’aller aux soldes.

C’est en ce moment ?

Oui.

Ah bah oui alors, tu m’empêches, de toute façon, je reviens de vacances, et j’ai pu’ de sous. Enfin, on dit ça, mais on est toujours plein aux as.

Ça rapporte Didier super ?

Grâce à l’Assedic : intermittent du spectacle. Ce n’est pas grâce aux disques…

Tu as vendu combien d’albums ?

Je sais pas… Enfin je dis je sais pas, mais un truc comme 40 000/50 000 albums peut-être, en comptant tout.

Tu lisais Hara Kiri dans ta jeunesse ?

Oui, pourquoi cette question ?

Dans l’esprit, tu m’y fais penser.

À 10 ans j’avais un copain, son père les collectionnait alors on les matait en douce, mais c’était parce qu’il y avait du cul hein !

Un peu comme les pages lingeries de la Redoute.

Carrément ! Ça me rappelle qu’une fois on s’était baladé dans une maison abandonnée, tous les gamins aiment les maisons abandonnées…. enfin c’était un ancien hospice apparemment et on a trouvé une chambre habitée par un clodo, et il y avait un catalogue de la Redoute ouvert aux petites culottes.

Les pages étaient collées ?

AH ! On n’a pas ramassé, c’est toujours un peu suspicieux le sperme de clodo.

Mais tu sais que c’est une pratique ça, le fait d’être excité par la saleté, il y a des rumeurs sur des vieilles bourgeoises qui se tape des SDF.
Mais je sais que tu as des femmes de gros millionnaires russes qui payent très cher des agences pour faire la pute à Paris.

Ça les excite sûrement.

Tellement ils s’emmerdent, ça ne donne pas envie d’être millionnaire…

Peut-on rire de tout ?

Pas avec les cons… Oui je pense.

Y a-t-il des sujets que tu n’arriverais pas à tourner en dérision ?

Je sais que je n’aime pas parler de politique ou de télé. Ça fait un peu dîner de cons, ça fait un peu le con qui se moque de celui qui te prend pour un con. Donc ça me choque, mais je préfère les ignorer et puis on les voit assez. Pas parce qu’on choisit de les voir, mais parce qu’on nous les impose.

Qu’est-ce qui te fait rire ?

Pas grand-chose… En général je m’emmerde… Tu veux une clémentine ?

Oui

Le dernier truc qui m’a fait rire, bah c’est quand je suis allé en Belgique ils étaient tous outrés, car des curés belges venaient de reconnaître les histoires d’attouchements et l’Église venait de dire : « OK, on va prendre en charge les frais psychiatriques des victimes ». Et il y a un curé qui aurait dit : « On prend en charge, mais que à partir de maintenant. On ne rembourse pas ceux qui se sont fait soigner les 30 dernières années ». J’avais trouvé ça marrant.

D’ailleurs niveau religion, as-tu quelque chose en particulier contre l’Église catholique ou as-tu la même vision pour tout ce qui touche au sacré ?

Image de Didier Super Bah, la religion catholique est nécessaire pour que certains cons puissent avoir quelques points de repère pour ne pas faire n’importe quoi dans la vie. Mais c’est un code civil pour cons. Et se dire que l’on est entouré de gens qui pensent que dans le ciel, il y a un barbu qui nous regarde, qui nous juge, et qui ne se demandent même pas si des fois il ne se branlerait pas quand il y a des bonnes meufs qui passent…

Le sacré, c’est quelque chose qui dépasse les gens qui croient au sacré ?

C’est ce qui rend con. C’est sur quoi on n’a pas le droit de réfléchir. Chacun croit en ce qu’il peut en fonction de son niveau en étant sûr que c’est ça la vérité, c’est pour ça qu’on est tous un peu cons.

Pour t’avoir vu de loin en concert au Furia, je ne me suis pas approché à cause de ton public, est-ce que tu le supportes ?

Il y a une partie dont j’ai à peu près réussi à me débarrasser. Le genre 15/18 ans ; ceux-là, à partir du moment où j’ai dit que je faisais des concerts sans musique, ils se sont dit : « Pas de musique ? Mais ça ne va pas être bien ! Il ne va pas jouer le caniche ! »

Donc ils ne viennent plus.

Maintenant on a un public beaucoup plus vieux, mais surtout moins nombreux, moi ça me permet de bien bosser.
Quand tu as un public qui n’a pas bien compris pourquoi j’étais venu, c’est difficile de faire du bon boulot. Je n’ai pas d’autre mission que d’être content quand je sors de scène.

L’autre fois, à défaut de télécharger tes albums, je suis allé à la Fnac lire ta BD ; ce n’est pas un peu narcissique de faire une BD sur soi ?

C’est vrai… Mais surtout de la commercialiser. Faire cette BD, ça m’a permis d’arrêter de ressasser toujours les mêmes anecdotes aux journalistes qui posaient des questions.

Au bout d’un moment tu mets ça dans une BD et on t’emmerde plus…

C’est un bon dossier de presse quoi…

Tu penses que tu en serais la où tu en es s’il n’y avait pas eu Internet ?

Bah où j’en suis déjà ?

63 000 fans sur Facebook.

J’étais déjà intermittent avant de chanter des conneries et il n’y avait pas de sites internet. Ça aurait sûrement donné quelque chose autrement.
À la base, moi je fais du spectacle de rue. Parce que cela a cartonné sur Internet, qu’il y a eu un petit feu de paille en 2004/2005, ça s’est retrouvé en maison de disque, mais s’il n’y avait pas eu ça on n’aurait pas su et j’aurais continué le spectacle de rue et je n’aurais pas été malheureux.

T’es fier d’avoir accompli ça ? De jouer tes trucs devant autant de personnes ?

Fier, c’est un bien grand mot, en plus c’est un peu anecdotique. Tu sais des tocards qui ont rempli le Bataclan, il y en a eu et ça ne va pas s’arrêter.

Quand tu étais gosse, tu voulais être quoi ?

Rien… J’voulais être gosse. J’ai fini l’armée et il a fallu que je trouve du travail, j’ai trouvé un boulot d’emploi jeune, j’apprenais à chanter aux gamins, mais à la base j’étais embauché pour emballer les livres de la bibliothèque de la ville de Râches, un bled sans importance que si on le passait au bulldozer ça ne manquerait à personne. Et puis comme emballer ce n’est bien qu’un moment et comme il n’y avait pas de musique dans les classes, bah je venais avec la guitare et je faisais des chansons pour gosses.

Est-ce que tu te tapes des groupies ?

C’est quelque chose que j’essaie d’éviter et j’y arrive très bien.

Il y a une madame Super ?

Elle reste complètement en-dehors de mes activités professionnelles.

Ce n’est pas trop dur d’être une sorte d’homme-concept ? De ne plus réussir à trouver la limite entre la vie privée et l’image que tu donnes de toi ?

Image de Didier Super Avant c’était simple : j’avais tendance à faire le con et c’est sûr que quand je vais chez moi à Douai, dès que tu te mets à faire le con les gens te regardent, car ils te reconnaissent et du coup j’avais l’impression de bosser. Alors ça me force à essayer de me comporter différemment, de la mettre un peu en veilleuse dans le civil.

Pas trop dur ?

Ah tu vois j’y arrive bien !

Qu’est-ce qui manque à l’humour actuellement ?

Ce qui manque à l’humour de la part de ceux qui diffusent de l’humour, de la part des comiques, des radios, des télés, des salles, c’est peut-être que les gens ont un peu peur pour leurs places. Un peu un manque de couilles…

D’oser ?

On va dire ça comme ça, les gens ont peur d’aller au bout de ce qu’ils pensent, de ce qu’ils sont et préfèrent leurs carrières à leurs contenus : ça rigole sur les femmes et les portables.

Comme avec l’art abstrait ? Le fait de ne rien dénoncer ?

Bah on n’est pas obligé de dénoncer, mais désormais on met tout dans des cases, moi je sais que j’ai un producteur qui a fini par me virer, car on savait pas où me vendre. « Tu es quoi ? Humoriste ? Chanteur ? » On ne sait pas dans quel rayon te mettre et du coup ce n’est pas possible de te vendre. Et je pense que l’on met en avant des gens qui ont envie d’être vendu. Alors que des gens qui véhiculent des trucs, même pas forcement par la parole, ceux-là ils s’en foutent, car il n’y a pas forcement un CD à la clé. Eux on n’en parle pas, mais ils existent.

Un mec comme Philippe Katerine, que l’on vend comme un mec subversif ?

Je ne sais pas trop ce qu’il fait ce type-là. Je l’avais vu dans une interview et je l’avais trouvé pas trop con, comparé à d’autres, mais il a l’air de faire semblant de s’en foutre et ce n’est déjà pas trop mal après… Ce qu’il fait, je m’en fous un peu.

Une personne que tu admires ? S’il y en a ?

Oui il y en a plein, le meilleur c’est Gandhi ! Mais je dirais Andy Koffman, un beau fouteur de merde celui-là.

Une personne que tu méprises ?

Je ne me suis jamais fait la réflexion, mais sûrement un présentateur télé.

Que penses-tu de l’auto-édition ? De sortir du carcan des intermédiaires ?

Bah ce n’est pas avec de la thune que tu fais du bon boulot ! Quand tu mets trop de thunes pour faire un disque, souvent tu sors une daube. L’argent ne remplace pas les idées, donc je sais que les meilleurs trucs que j’ai pu faire n’ont pas coûté une thune. Quand tu as envie, c’est souvent qu’il y a quelque chose de vrai derrière.

Tes actualités prochaines ?

Une comédie musicale, en février, qui passera par le Bataclan. Il y aura Lille, Rouen, Valence aussi. Ce sera sur la route du retour, donc c’est cool. Je suis aussi en train d’écrire un nouveau spectacle, pour expliquer le monde aux enfants, leur dire pourquoi il n’est pas bon d’être né si récemment.

Pepsi ou Coca ?

Ah Coca, c’est vachement meilleur. Même plus que le Breizh Cola de merde.

Crédits photo : Nicolas Aubry

Partager !

En savoir +

Son site internet : http://www.didiersuper.com/

Toutes les dates de la comédie musicale Et si Didier Super était la réincarnation du Christ ? et de ses spectacles en solo sont sur : http://www.facebook.com/event.php?eid=121754357893577&index=1 et sur http://www.didiersuper.com/didiersuper.htm

A propos de l'auteur

Image de : Melchior 22 ans, aime roder en écoutant du hip-hop ou du rock, écrire des reports sur des groupes de hardcore, prendre des photos qui n'interressent personne, B2ObA, Burzum, les films de Cronenberg, les loups, George Michael et Tears For Fears ....

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Yves Tradoff
    le Mardi 1 février 2011
    Yves Tradoff a écrit :

    Et bah putain, c’est une des premières fois que je lis une interview de Didier Super aussi sérieuse. Il t’a même pas insulté une fois?

  2. 2
    Nicolas Aubry
    le Mardi 1 février 2011
    Nigaud a écrit :

    Ouep, d’ailleurs Félicitations Melchior. T’as bien mené ta barque.
    Les réponses de Didier n’ojt rien à voir avec les 2 ITW vidéo que j’ai pu voir.
    Chapiteau !

Réagissez à cet article