Dexy Corp – Fragmentation

par Arno Mothra|
Le sort est jeté : l’apocalypse adviendra cette année, et se devra de se mouvoir entre des clôtures électriques fluo, renfermant un néant aussi noir que sexy.

dexyPremier véritable album des cyberpunks français Dexy Corp_ après un EP prometteur sorti il y a trois ans, Fragmentation récompense avec classe une attente plutôt longue, en imposant un joyeux bordel où toute échappatoire semble inimaginable. À défaut d’un minable coup de poing oublié après la cicatrisation, Fragmentation démonte littéralement la tronche. Voire irrémédiablement. Puisque dans sa déferlante d’effets fracassants, le groupe n’en oublie pas pour autant d’appuyer son énergie sur des mélodies aussi efficaces qu’inattendues.

D’une violence quasi monocorde tout au long du disque, un froid sec s’impose d’emblée et sans concession, fondu dans des mélodies poussées à l’extrême (le tubesque Proselytes ), évitant une surenchère d’effets plats et désagréables. Ici, la colère est rude, sauvage, nécessaire, noyée dans un punk industriel flirtant parfois avec le métal, comme en attestent Overlord (genre d’ Atari Teenage Riot en plus malsain), Lie is life, hymne parfait des morts-vivants, l’agressif A needle in each arm qui ferait facilement passer Gimme cocaïne de Punish Yourself pour un slow FM sirupeux, et surtout Incandescent world, crade et hypnotique, assurément l’un des meilleurs titres du groupe. A mi-chemin entre les débuts de la scène gothique industrielle des années 80 et l’anticipation d’un prochain monde en paillettes noires, Fragmentation assume tous les possibles et les parallèles ; exemple fait à travers Anhédonie, dans lequel Dexy Corp_ ressuscite carrément les vieux fantômes de Skinny Puppy mixtionnés à des délires futuristes.

Si l’ambiance des morceaux est globalement similaire durant ces quatre dizaines de minutes, aucune seconde ne fait défaut tant ce concept cauchemardesque et apocalyptique est maîtrisé de bout en bout. Attention, les zombies pètent la forme et leur appétit s’avère criard. À partir de là, l’idée est très simple : si l’hermétisme ambiant et convenu de la scène industrielle française vous convient, fuyez ce disque ; au cas contraire, ruez-vous dessus. Le résultat est purement jouissif.

À déconseiller aux âmes sensibles.

Partager !

En savoir +

Dexy Corp_, Fragmentation, 12 titres

Site officiel : http://www.dexycorp.com
Myspace : http://www.myspace.com/dexycorp

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article