Destination Finale 3

par |
"Une place pour Destination Finale 3, s'il vous plaît"... Le simple fait de prononcer ces mots vous fait pouffer de rire ? Vous pensez qu'un article sur un tel film pollue ce webzine ? Et si vous révisiez votre jugement ?

destinationD’accord, on connaît la chanson…..

Dans Destination Finale , premier du nom, Alex Browning se trouve dans un avion pour Paris avec ses amis, quand il a une vision terrible : celle de leur propre crash. Sous le choc, il fait un scandale et se fait expulser manu militari du vol avec quelques uns de ses potes. Heureusement, car l’avion s’écrasera bel et bien quelques secondes après son décollage.

Heureusement ? Pas vraiment, car chacun des rescapés est, quoiqu’il advienne, destiné à mourir… Ainsi la principale innovation de ce premier volet était la mise en scène effroyable et plutôt originale du serial killer le plus impersonnel, le plus froid et le plus redoutable de tous : la Mort en personne.

Le deuxième opus remplaçait quant à lui le crash aérien par un accident autoroutier, en suivant la même trame, avec peut-être l’ironie en plus.

Faisant partie d’une saga, Destination Finale 3 n’est bien sûr pas LE film le plus original de la décennie. Et une trilogie sera d’ailleurs bien suffisante. Mais pourtant… Il vaut mieux que ce que l’on peut croire.

Wendy Kristensen, fêtant la fin de l’année scolaire dans un parc d’attractions n’est pas très chaude pour monter dans le grand huit. L’avenir lui donne raison, puisque, à peine à bord, elle a la vision d’un accident mortel. Comme le veut la tradition, la crise de nerfs de l’héroïne la sauvera, elle et ses amis.

Mais voilà leur vie était bel et bien destinée à s’arrêter…

S’ensuivra une série d’étranges accidents tous plus morbides les uns que les autres, au cours desquels Wendy découvre que les photos qu’elle a prises au parc cachent des signes et des indices sur la future mort des survivants.

Si le thème de la photo prémonitoire n’est pas vraiment nouveau, il est cependant bien exploité, rebondissements compris.

Le second degré coule à flots dans ce film, comme en témoignent les personnages caricaturaux au possible (Ex. : Ashley & Ashlyn, les deux bimbos stupides, Ian & Erin, le couple rock’n'roll cynique, Frankie Cheeks, le geek ringard et obsédé). On ne s’attache absolument pas à eux. Il est clair qu’ils vont y passer, et on n’attend que ça.

La peur face à la mort, que l’on pouvait éprouver dans le premier volet, est ici réduite à zéro et remplacée par de la pure et simple excitation. Le spectateur devient ainsi le complice sadique et jubilatoire de chacunes des inventions machiavéliques de la Mort. À chaque nouveau décès, hyperviolent et gore comme il se doit, c’est le fou rire général dans la salle.

C’est d’ailleurs ce qui fait tout l’attrait de ce film : nous faire rire avec des moyens certes radicaux mais diaboliquement efficaces.

En savoir +

Site officiel: http://www.df3-lefilm.com

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Miss Cinéma de Discordance et chroniqueuse hétéroclite since 2005. [Blog] [Twitter]

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article