Dasein Projekt, le retour

par |
Il s’est passé un peu plus de 3 mois depuis la précédente action du Dasein Projekt à Berlin. Trois mois, ponctués de projections des différents documentaires réalisés, à Paris et à Berlin. Trois mois pendant lesquels Estelle Beauvais et sa caméra se sont alimentées de nouveautés, d'artistes, de pays, d'idées...

De retour à Paris du 9 au 15 juin 2012, les artistes du Dasein Projekt ont été invités par la réalisatrice (il manque quelque chose ici, non ? « à » ?) à définir à travers leurs productions, une zone d’occupation commune — et libre, s’il est besoin de préciser — dans le cadre du festival « Paris Zone Libre » initié par la galerie Frichez-nous la paix et l’artiste Berlinois SP-38, rue Dénoyez, à Belleville.

Après des heures de collage intensif, d’une soirée d’ouverture et de 6 jours d’expocuppation, Dasein Projekt s’est retiré des murs qu’il occupait, comme une marée descendante.

Fort de plus de 250 personnes, le vernissage s’est déroulé le samedi 9 juin dans un esprit festif, pétri de curieux et de spontanéité, à l’image de ce qui sous-tend le Dasein Projekt depuis 4 ans : l’intérêt pour et la curiosité de l’Autre. Ce qu’il est possible de faire, de construire, de défier, dans un temps et un contexte impartis, avec ceux qui en font partie. Et surtout, comment transposer ce temps et ce qui le nourrit, à travers un temps filmé.

Empreints d’une centaine d’œuvres papiers, les murs intérieurs et extérieurs de Frichez-nous la paix se sont faits métaphores des mains qui se sont serrées tout au long des documentaires d’Estelle sur la scène alternative berlino-parisienne *. Miroir ou prolifération de la Dasein Map, les œuvres collées cette semaine incarnent des personnalités qui constituent cette aventure, comme entre — beaucoup d’- autres :

Maki Shimizu, artiste japonaise basée à Berlin et passée, entre autres, par Paris et Naples, symbolise cette ouverture qu’a su générer Dasein Projekt, au-delà de Paris et de Berlin… Au fil de ses nombreux voyages, Maki exerce son art avec et à travers les personnes qui habitent le lieu où elle se trouve.

Évoluant dans un environnement de liberté et de créativité illimitée, le collectif artistique berlinois 44flavours est un des acteurs essentiels du Dasein Projekt : libres de tout support, Sebastian Bagge et Julio Rölle exploitent plusieurs médias, tentant d’exprimer au mieux leur propre vision de la vie, tout en développant leurs styles individuels. Également studio de pointe, 44flavours repousse à travers le design, l’illustration graphique et la typographie, les limites entre art conceptuel et artisanat.

Sp-38, street artiste globe-trotteur basé à Berlin, est à l’origine de ce festival. Au gré de ses voyages – en Afrique, aux États-Unis, aux Philippines, au Canada… – il a développé la notion de street Art « à la campagne » en posant des affiches autant dans le milieu urbain que dans le milieu rural. Il a également généré cette zone en friche rue Dénoyez : depuis 2003, la galerie Frichez-nous la paix est ouverte au public et a accueilli des centaines d’artistes en résidence. Le “mur d’en face” est depuis devenu un espace toléré d’expression pour les peintres, graveurs, pochoiristes, affichistes de rue…

La rue, le lieu public par excellence, celui du poly-tics sauvage, de la discussion et de la rencontre.

D’étonnants et se liant naturellement, œuvres, actes et paroles se sont regroupés le temps d’une nuit, au rythme du DJ set de Peter Skonti (Voll shön), et d’une performance de Jef Guillon, à qui le Dasein Projekt doit l’ensemble de sa bande-son.

À l’intérieur, à l’extérieur, on a beaucoup pointé du doigt pendant cette exposition : à la découverte du détail, dans chaque dessin, chaque texte, chaque graphisme… Être d’accord, pas d’accord, expliquer, pourquoi, convaincre, se faire convaincre.. Chercher.
Chercher à voir, ce qu’on ne sait pas. Découvrir. Et c’est là tout l’enjeu du film que tirera Estelle de ce(s) Dasein Event(s).

À re-voir, donc.


DASEIN PROJEKT est une série de films franco-allemands réalisés et produits par Estelle Beauvais depuis 2008 – racontant la vie d’acteurs des milieux artistiques en marge à Paris et à Berlin.
DASEIN PROJEKT propose également régulièrement des évènements et des actions artistiques depuis 2009 à Paris et à Berlin, organisés grâce aux énergies émanant des systèmes collaboratifs.
DASEIN PROJEKT s’intéresse à la création alternative et à ses acteurs dissimulés en questionnant les rapports qu’entretiennent les artistes entre eux.
www.dasein-projekt.com

Crédits photo : http://www.flickr.com/photos/daseinprojekt/sets/72157629737989316/

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Jeune professionnelle de l’art contemporain, Caroline Boudehen (aka Caromaligne) travaille depuis quelques années pour des structures culturelles et artistiques, tant dans la médiation culturelle que la diffusion et la promotion d'évènements artistiques. Après un an passé à Berlin, elle se spécialise dans le milieu des galeries d’art parisiennes (Fat Galerie, Galerie Nicolas Silin, Galerie Anton Weller – Isabelle Suret) puis dans la communication culturelle (En charge des relations presse à l’agence Communic’Art). Passionnée depuis toujours par la création contemporaine et sa critique, elle rédige également des articles pour différents webzines et tient le blog Caromaligne

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article