« Daniel », nouveau compagnon de Deluxe

par |
Fin 2011, les aixois de Deluxe créaient le buzz en sortant le détonant « Polishing Penuts » sous le label Chinese Man Records. Un peu plus d’un an après, leur côte de popularité n’a cessé de croître et une véritable attente s’est développée autour de la sortie de son successeur. Annoncé dans un premier temps en 2012, le second EP de Deluxe vient enfin de pointer sa moustache : « Daniel » est parmi nous, et ce depuis lundi.

Image de

Deluxe, c’est une drôle d’histoire. Il y a ceux qui râlaient de voir encore un groupe surfant sur la vague electro/jazzy (terriblement à la mode depuis quelques années il faut le reconnaître), et ceux qui y croyaient vraiment. D’abord suivi par le label marseillais Chinese Man Records puis lancé dans le grand bain des premières parties des shows endiablés de Chinese Man,Deluxe, toujours sans le moindre LP, se débrouille désormais tout seul. Leur présence aux Solidays ou autre Dour cet été ne fait que confirmer la maturité grandissante qu’est en train d’acquérir le groupe au fil de ces derniers mois.

Forcément, l’arrivée de leur second EP « Daniel » nous pousse à jeter, à nouveau, une oreille attentive à leurs performances. A noter que « Daniel » est le maxi extrait de leur tout premier album qui doit paraître en septembre 2013. En aucun cas les morceaux de « Polishing Peanuts »   ne paraîtront parmi la setlist du futur opus ! Les aficionados de l’incontournableSuperman devront s’en contenter…

Inutile de cacher qu’il y a un peu d’excitation au moment de presser le  bouton play du lecteur de la fameuse première écoute. Un frisson parcourt l’échine, même si une première déception vient frapper l’auditoire : seulement 4 morceaux sont présents sur le maxi, dont un remix réalisé par Chinese Man. Un peu court pour 1 an et demi d’attente ! Cette sensation à part, les bonnes vibrations sont vites retrouvées : ça swingue à s’en rompre les genoux sur l’excellent track d’ouverture, Daniel, embarqué par un synthé à la sauce western qui donne le ton au MC Youthstar que nous avons déjà aperçu aux côtés de l’homme chinois. Un track qui connote parfaitement avec l’état d’esprit festif de Deluxe, mixant astucieusement jazz, electro et hip hop en mode sur-vitaminés.

Mais de là à croire que Deluxe tomberait dans la facilité de l’explosivité, c’est se faire de fausses idées. Bleed On, un cran d’intensité en moins, est nettement plus jazzy mais n’en conserve pas moins des attraits groovy. Cela serait presque trop facile pour Lilliboy qui, au chant, régale toujours autant dans ses vocalises. Avec encore plus de légèreté, aux frontières du trip hop, Pretty Flaws risque à la fois de surprendre et de faire succomber les amateurs deDeluxe. La mélodie est contenue, exit les cuivres, place à une instru teintée de soupçons de basse, de batterie effleurée, d’un synthé léché et d’un violoncelle intimiste. Sincèrement planant et franchement touchant, Pretty Flaws renferme un joyau musical jusque là bien caché dans l’univers d’un groupe qui est loin d’avoir dévoilé toutes ses facettes.

Extrait « Pretty flaws » : 

Ce qui est incontestable, c’est que ce « Daniel » surprend. Dès les premières notes, on retrouve bien cette marque de fabrique jazzy de Deluxe et pourtant, à la fin du maxi, on sent bien que le groupe a de la réserve. Comme une envie d’explorer différentes sonorités, d’éviter la facilité. Pire, on sent déjà une certaine forme de maturité s’installer. Alors, vent de fraîcheur en septembre prochain ? A voir.

En tout cas, la moustache de « Daniel » est bien taillée et ça lui donne un côté délicieusement raffinée.

Clip  »Daniel » :



Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article