Crucified Barbara & The Buffalos brisent la glace

par |
Le Brise Glace à Annecy s’est enflammé jeudi 29 Mars au soir avec la venue très spéciale de quatre belles jeunes suédoises répondant au doux nom de Crucified Barbara. Récit d’une soirée aussi ardente que les flammes de l’Enfer.

Sous la chaleur d’un début de printemps aux allures estivales, néanmoins tempérée par une bise rafraîchissante en ce début de soirée, un pan de la ville d’Annecy s’anime peu à peu. La foule s’amoncelle et le public promet d’être chauffé à blanc ce soir-là. Tenues en cuir, tatouages, piercings et coiffures extravagantes sont présents comme le veut la coutume même si quelques exceptions dévoilent un certain éclectisme.

À l’intérieur, dans la grande salle sombre du Brise Glace, le son du dernier album des Marseillais de Eths nous perfore déjà les tympans en prévention de leur future venue dans les lieux. Un rappel que ne manque pas de souligner le président du centre culturel, annonçant au passage la prochaine venue de Death In Vegas. Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à nos buffles, car les membres de The Buffalos semblent déterminés à allumer les braises dormantes. C’est à leur demande que le Brise Glace a fait venir les poupées gonflables crucifiées, alors en pleine tournée française, et ils expriment leur joie de se produire en première partie en assénant dès le départ leur stoner abrasif à un auditoire qui ne sait pas encore trop à quoi s’attendre. L’accueil du public se fait pour l’instant timide, sauf sur le devant de la scène, mais le ton ne va pas tarder à monter. Il faut dire que des vannes communicatives et d’une tournée de rhum avec quelques privilégiés naissent les premières flammes, soulevées par un The Seventies Are Gone fédérateur. Le final en eaux tortueuses dédié aux pirates et marins de tous bords achève de mettre tout le monde d’accord à l’issue d’une première partie bien rodée et des plus énergiques.

Ce qui va suivre a pour effet de remplir davantage la fosse, la salle affichant quasi complet. Derrière les rideaux, quelques accords de guitare se font entendre avant qu’une musique burlesque ne survienne en fond sonore, surprenant l’audience. Humour dites-vous ? Assurément. Dans le noir, un grand drapeau Crucified Barbara a fait son apparition au fond de la scène et Nicki Wicked reste immobile derrière ses fûts, les baguettes croisées en l’air. Elle finit par amorcer la charge, appelant ainsi Ida Evileye à la basse, Klara Force à la guitare et enfin Mia Coldheart à la guitare et au chant à faire leur entrée sur scène. Sans plus attendre, les quatre Suédoises abreuvent de leurs riffs distordus un public déjà acquis à sa cause. Les classiques Play Me Hard, Sex Action et Pain And Pleasure issus des deux premiers albums du combo fédèrent le plus grand nombre, l’audience étant très réceptive à ces refrains d’une efficacité redoutable. C’est d’ailleurs l’une des forces de Crucified Barbara, qui propose des titres courts et explosifs faits de couplets entraînants et de refrains accrocheurs, avec ce qu’il faut de solos nerveux et de breaks imposants. Pourtant, la ballade Jennyfer, toute droit sortie de l’album ‘Til Death Do Us Party, sait se faire également apprécier du public, où un pauvre malheureux monté sur la scène pour faire un slam se voit immédiatement poussé par un membre du staff suédois, sans trop se soucier de savoir où il va atterrir.

Il faut bien un interlude ambiant pour calmer les Suédoises décidément très en forme et heureuse de se produire sur les planches du Brise Glace, grands sourires et clins d’œil au public étant de rigueur. La chaleur est pesante, mais rien n’arrête les Crucified Barbara qui continuent à chauffer un auditoire déjà plutôt enflammé. Si Creatures et Bad Hangover se rappellent à nos bons souvenirs, le troisième album The Midnight Chase à sortir le 28 Mai est plusieurs fois mis en avant. En témoigne par exemple le toast que porte le groupe pour introduire le nouveau single Into The Fire et son final ravageur. Un autre toast est porté par Nicki Wicked, dédicaçant à un proche présent dans la salle l’énergique Motorfucker qui verra Klara Force et Ida Evileye monter sur la plate-forme de la batteuse en cours de morceau.

Au rayon des surprises survient également la reprise du Killed By Death de MotörheadKlara Force s’empare du chant le temps d’un titre scandé en cœur par le public. Il ne manque plus que le rappel, composé du percutant Rock ‘N’ Roll Bachelor, de l’entêtant single Losing The Game et du colossal In Distorsion We Trust issu de l’album du même nom pour enfoncer le clou. La sortie se fait sur cette même musique drolatique entendue au départ, le combo saluant l’audience entre autres pitreries comme à l’issue d’une comédie théâtrale. La scène se vide alors, laissant le public visiblement comblé par ce set de pur hard rock teinté d’une bonne dose d’heavy metal, cocktail gagnant pour une soirée réussie. Et l’on en attendait pas moins de la part des Crucified Barbara, définitivement animées par une envie indéniable d’assurer le spectacle.

Crédits photo : Laurie-Anne Thevenot

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Esprit ouvert vers le monde, aussi bien apaisé que profondément rock'n'roll, Ghost erre dans l'immensité des paysages musicaux d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article