Crossing the Rubicon – Crossing the Rubicon

par |
Rivière du Nord de l'Italie qui servit de frontière entre la Rome impériale et la Gaule cisalpine. Aucun général n'avait l'autorisation de le franchir avec une armée; ce que fit pourtant Jules César en s'écriant Alea jacta est (le sort en est jeté).

L »expression traverser le Rubicon signifie aujourd’hui, aller au-delà de ce qui est permis, s’engager sans possibilité de retour.

Demain nous étudierons Mège-Mouriès, inventeur de la margarine sous Napoléon III ! Mais trêve de plaisanteries et fiche Wikipédia car les Crossing the Rubicon ne sont pas dans l’arène pour faire les clowns. En effet, le combo parisien nous présentait il y a un an, déjà, son album éponyme et comme il vaut mieux tard que jamais, voici la bête !

Tout commence par Alea Jacta Est . Intro calme et posée mais également inquiétante, cette dernière à la capacité de nous faire trépigner d’impatience tout en nous mettant dans le bain : c’est le moment de se prendre un gros coup de basse saturée derrière les étiquettes ! Les titre sont efficaces, destructeurs : un punk-hardcore tout d’abord sans prétention mais qui saura mettre à l’amende tout les petits babylissés so hardcore qui sévissent sur la capitale.

C’est bien simple, cet album serait un homme, on aurait envie de l’épouser : le son est propre mais avec des enchaînements de riff bien crades, du hardcore mais aussi des mélodies plus poussées, une voix criée mais en place du tonnerre de Dieu, de la sueur qui sent bon le travail fignolé, pas de baisse de régime et tout cela sans le côté lourdeau que le punk peut parfois offrir : bref de quoi nous faire grimper au rideau !

Mais (parce qu’il y a un toujours un « mais »), on accroche alors très moyennement à la réal’ du clip illustrant Dynamo. Le délire aurait pu être pas trop mal, mais lorsque le visuel tombe dans la trame Karma & Nicotine d’ Aqme ou Pillbox de Bukowski, il aurait peut-être fallut s’abstenir car cela pique un peu les yeux et cela jure avec un graphisme de pochette CD particulièrement joli.

Donc tels de doux aveugles (mais sûrement pas sourds !), nous vous conseillons fortement de suivre de prêt cette formation plus que prometteuse !

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Co-responsable de la rubrique Musique sur Discordance.fr. Et même qu'une fois, je me suis faite accréditée sur un concert de Justin Bieber !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article