Coucher le premier soir ou les préoccupations modernes

par |
C’est sur une question essentielle à la survie de l’humanité que nous allons nous pencher aujourd’hui. « Qu’est-ce que le garçon va penser de moi si je couche le premier soir ? » Cette question appelle une réponse en deux temps : un, il n’y a bien qu’une fille pour se poser ce genre de questions ; deux… il n’y a bien qu’une fille pour se poser ce genre de questions.

Image de Young couple sharing a glass of red wine in restaurant, celebrat Commençons par enfoncer des portes ouvertes : cela dépend en premier lieu de l’âge de nos deux protagonistes. Appelons-les Marc et Béatrice. Marc est un jeune homme comme vous en croisez tous les jours : quelques pornos pour tromper l’ennui, toujours trois préservatifs sur lui (utile pour les soirées improvisées) et une envie irrépressible de sauter sur tout ce qui porte du mascara bas de gamme et se pavane son iPhone à la main. Globalement dénué de toute forme de bon goût en matière de femmes, Marc est donc le garçon banal par excellence. Quant à Béa (puisque nous allons devenir intimes, autant l’appeler Béa), elle est également une jeune femme comme nous en croisons tous les jours. Enfin, comme vous en croisez tous les jours. À ses copines elle raconte sa première fois ou ses multiples expériences tandis qu’elle confie sa virginité ou son unique partenaire à son journal intime.

Mais à enfoncer des portes ouvertes, nous risquons de trébucher. Certes, cela dépend de l’âge, mais pas seulement : si l’âge est important, c’est avant tout parce que les mentalités sont différentes à douze, à seize et à vingt ans. Pourquoi ? Parce que les pressions extérieures ne sont pas les mêmes selon que l’on se trouve au collège, au lycée, à la faculté ou en école. Les attentes des autres à notre égard varient et leur regard sur nos actes est donc susceptible de changer brutalement selon que ces actes rentrent ou non dans l’étroit carcan de ces attentes. De nos jours les adolescents ont des relations sexuelles de plus en plus tôt. Marc et Béa n’ont pas dix-huit ans. Ils n’en ont même pas seize. Ils en ont quinze. Ils en ont quatorze. Et à ces âges les mentalités ne sont pas les mêmes. Que va-t-on penser de moi au collège si ça se sait ?, Car ne te fais pas d’illusions, Béa, ça se saura. Si tu es suffisamment intelligente pour ne pas t’en vanter le lendemain, ton petit ami à usage unique le fera pour toi. Votre belle histoire d’amour, ce lien indestructible fait d’amour pur et de plumes de colombe n’aura duré que quelques minutes après votre première – et dernière – fois, première fois pour laquelle il avait pourtant tellement insisté, usant d’à peu près tous les arguments lui venant à l’esprit : « cela renforcera notre amour naissant », « tout le monde le fait, pourquoi pas nous ? », « il n’y a pas de quoi en faire toute une histoire », « nous deux c’est pour la vie et même au-delà »… Je connais : j’y suis passé et j’étais même plutôt doué. En soirée il suffit de quelques verres et d’un sourire charmeur pour que vous vous sentiez uniques. N’oublie jamais ça, Béa, car cela restera valable toute ta vie : ce n’est pas parce qu’il te fait te sentir unique que tu l’es à ses yeux. Il est juste plus doué que les autres, c’est tout. Une fois la chose faite, Marc se rhabillera, attrapera son téléphone et enverra une dizaine de messages à ses amis impatients de savoir comment ça s’est passé.

Image de Fclose Toilettes Alors que va-t-on penser de toi ? Tes camarades masculins te regarderont différemment à présent, tu seras passé de l’autre côté, de celui de « celles qui couchent ». Quant à tes amies, elles parleront probablement derrière ton dos en te traitant de fille facile. Mais qui a décrété qu’être une fille facile était une mauvaise chose ? Je passe la plupart de mes nuits avec de semblables demoiselles, pour la plupart majeures, et je ne les méprise pas pour autant. Comment ? Ta principale inquiétude n’était pas ce qu’on allait penser de toi au collège, mais ce que Marc allait penser de toi ? Mais rien, Béa, rien du tout. Il y a deux chances sur trois pour qu’il se fiche complètement de toi et pour qu’une fois les effets de l’alcool dissipés il ne se souvienne même plus de ton nom. Tu fus la première de la soirée à accepter, voilà tout.

S’il ne s’agit pas d’une rencontre en soirée, mais d’un premier rendez-vous, la plupart des gens bien-pensants te conseilleront de le faire attendre. Selon eux, s’il attend c’est qu’il tient à toi. Ne les écoute pas et amuse-toi. Dans le meilleur des cas, Marc et toi resterez ensemble quelques semaines. Le pire qui puisse arriver est que dès le lendemain il ne prenne plus tes appels ; puisque quasiment aucune relation ayant commencé durant l’adolescence n’est appelée à durer, pourquoi faudrait-il en avoir ? Au contraire, Béa, profite de ta jeunesse, expérimente un maximum de choses et ne te pose jamais trop de questions. Tu auras tout le temps de te les poser lorsque tu auras vingt ans et que tu auras vu ce qu’il y avait à voir.

Et justement, venons-en, aux vingt ans. Que va donc penser Frank de Béa si elle couche avec lui dès le premier soir ? S’il s’agit de moi, que du bien. S’il s’agit d’un homonyme, il va falloir développer. Imaginons que Béa et Frank se connaissent depuis plusieurs semaines. Ils sont collègues, ils ont des amis en commun, ils se sont rencontrés lors d’une soirée… Peu importe. Évidemment ils sont restés en contact via Facebook, merveilleux outil qui vous empêche d’être productif la journée et qui vous donne l’illusion d’être entouré. Quelques messages anodins au début, histoire de prendre des nouvelles, puis les notifications se sont faites de plus en plus fréquentes jusqu’à atteindre une quarantaine dans la journée. Et finalement, la question fatidique fut posée : « Ça te dirait d’aller boire un verre tel ou tel soir ? » Le rendez-vous est pris, il n’y a plus qu’à. Oui, mais il n’y a plus qu’à quoi ? Faut-il coucher avec lui, oui ou non ? Là encore, la réponse est simple : tu te poses trop de questions, jeune Béa. Il est mignon, tu sembles lui plaire et vous vous entendez bien ? Il n’en faut pas plus. Lorsque deux individus en ont envie et qu’ils en sont pleinement conscients, pourquoi ne devraient-ils pas le faire ? Comme le disait le grand Léo : « ce qu’il y a d’encombrant dans la Morale, c’est que c’est toujours la morale des autres ». C’est bien beau tout ça, mais il va me prendre pour une fille facile ! Et voilà que revient nous hanter l’hideux et terrifiant spectre de la « fille facile ». Ça n’existe pas, les « filles faciles ». Il y a celles qui sont restées persuadées que le sexe devait obligatoirement signifier quelque chose et il y a les autres. Celles qui ont compris qu’après des siècles de privation il serait temps qu’elles en profitent, elles aussi. Il n’y a pas plus de filles faciles qu’il n’y a de garçons faciles : il n’y a que des personnes désirant passer du bon temps.

Cependant il est tout à fait possible que Marc ne fasse aucun pas vers toi durant le premier rendez-vous. Peut-être se contentera-t-il de quelques verres et d’une conversation intéressante. Plusieurs raisons à cela : il sera fatigué, il devra se lever tôt le lendemain, il aura d’autres plans pour la nuit, il voudra te montrer qu’il éprouve une autre forme d’intérêt pour ta personne… Car dans la question « Que pensera-t-il de moi si je couche avec lui dès le premier soir ? » se trouve l’affirmation implicite qu’il aura l’intention de coucher avec toi. Pourtant il n’en sera peut-être rien. Il est possible que sobre et sous un éclairage différent il ne te trouve plus à son goût. Et alors tous tes efforts auront été faits en vain.

Image de seduction_verre Car oui, il est recommandé de faire quelques efforts pour le premier rendez-vous. Avant de savoir s’il convient de coucher dès le premier soir, encore faut-il en donner envie. Prenons comme exemple l’histoire de mon ami Thomas. Après plusieurs semaines passées à échanger des messages Facebook (décidément, quel fléau !), lui et Sarah s’étaient finalement rencontrés. La soirée commença relativement bien, la discussion n’avait rien de profond, mais demeurait tout de même amusante… Seul problème : la robe de la jeune femme était assez courte, à tel point qu’elle devait régulièrement tirer dessus, ce qui d’ailleurs sembla l’amuser puisqu’elle le lui fit remarquer. Par simple amusement ou pour le pousser à regarder, peut-être. Nul doute que cela plut aux hommes assis en face d’elle, mais pas à Thomas qui s’en trouva fort déçu. Elle commit de plus l’erreur de ne pas couper son portable durant leur rendez-vous, chose qui nous agace prodigieusement. Chacun ses valeurs et ses critères de sélection. Toujours est-il que bien qu’ils en aient eu envie tous les deux et qu’ils en étaient conscients avant même de se rencontrer, il ne se passa rien. Les femmes n’ont pas le monopole de la décision et la question « dois-je coucher dès le premier soir » est donc biaisée à la base. Il est vrai qu’en dehors des soirées Thomas n’est pas un garçon facile, bien au contraire. Mais pas besoin d’être difficile pour apprécier qu’une jeune femme fasse preuve d’un tant soit peu d’élégance et de féminité, qualités devenues trop rares à notre époque.

Et puisque nous en sommes aux conseils vestimentaires, terminons en précisant, en guise de conseil annexe, que les sous-vêtements ne sont pas uniquement faits pour être déchirés et jetés à travers la pièce. Ils sont également là pour le plaisir des yeux. Ainsi il m’est déjà arrivé de quitter l’appartement d’une jeune femme parce que ses sous-vêtements n’étaient pas assortis. Les détails ont leur importance, car ils révèlent justement l’importance que celle qui les porte vous accorde. Vous vous demandez s’il faut coucher dès le premier soir ? S’il y a ne serait-ce qu’une chance pour que cela arrive, prenez deux minutes supplémentaires en vous habillant et réfléchissez à ce que vous allez porter sous vos vêtements. Mais comme toutes les bonnes choses, le bon goût en la matière se perd, surtout chez la nouvelle génération. Il en est par exemple du port des bas, des corsets ou des porte-jarretelles. Et ne parlons pas de Chantal Thomass, Kiss Me Deadly ou Angels Carrying Savage Weapons, dont les noms seuls sont de douces promesses de nuits de sauvage volupté. C’est pourtant parfois ce genre de détails qui font la différence entre une nuit passable et une nuit mémorable, entre une fille que l’on a simplement « croisée un soir » et une jeune femme que l’on a envie de revoir.

En savoir +

En savoir plus ? Mais tout est dit ! Allez plutôt voir par là si j’y suis (et c’est probablement le cas):

Angels Carrying Savage Weapons (surtout pour les corsets, mais pas que) : www.angelicweapons.co.uk
Chantal Thomass :
www.chantalthomass.fr
Maya Hansen : www.mayahansen.com
Kiss Me Deadly : www.kissmedeadly.co.uk

Vous avez aimé cet article ? Partage le !

Image de
: Ne parlons pas de moi. Non, parlons plutôt de toi. Dis-moi, es-tu désirable ? Es-tu irrésistible ? Vide ces verres de vodka avec moi et on verra. Embrasse-moi, fais-moi goûter ta langue et on verra. Déshabille-toi et bois de la vodka en regardant au plus profond de moi. Alors seulement je commencerai à avoir de l’estime pour toi. Verses-en sur ton corps nu et dis-moi de boire. Écarte tes cuisses, fais couler ce liquide incolore de tes seins jusqu’à ton sexe et dis-moi de le boire. Alors peut-être je tomberai amoureux de toi, car désormais j’aurai un but : te nettoyer entièrement avec ma langue, et ça... ça prouvera que je vaux quelque chose. Je te lècherai tant et si bien que tu pourras t’en aller et en piéger un autre. Alors, ce verre... on le boit ?

35 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Samedi 23 octobre 2010
    Lou a écrit :

    Je dois avouer que cet article aurait été moins irritant s’il avait été écrit par une femme…
    Même en étant d’accord avec la plupart des choses qui y sont dites, on sent un arrière-goût désagréable, surtout dans le ton condescendant de phrases comme celle-ci : « tu te poses trop de questions, jeune Béa »… On dirait une tentative de démontrer à « celles qui sont restées persuadées que le sexe devait obligatoirement signifier quelque chose » qu’elles ont tort. Mais c’est une question de caractère, de principes, et non de faux ou de vrai.
    Je suis un peu déçue aussi de voir que même pour cette dernière catégorie de femmes, les réactions possibles ne sont que deux: accepter ou non de coucher, quand la proposition leur est faite. Pourquoi ne pas leur conseiller de manifester leur désir, et d’êtres celles qui feront la proposition ? Serait-ce parce que c’est au mâle de « chasser » et non l’inverse ?
    Enfin, ce « conseil annexe » vient se poser comme un cheveu sur la soupe. Si vos précieux conseils, Mr Frank, s’adressent à des demoiselles de 15 à 20 ans, vous ne trouvez pas que c’est un peu contradictoire de leur proposer l’achat de corsets, serre-tailles et bas chez des marques aussi… chères? Car à moins d’être fille de ministre, on a rarement 300 à 400 euros à dépenser pour un bustier Chantal Thomass à 15 ans.
    Et puis une fois qu’on l’a acheté ce bustier/corset/serre-taille, on le met tous les jours dans l’espoir d’être charmée par une jeune homme habile avec les mots ? Le fait d’avoir des sous-vêtements dépareillés, aussi jolis et chers soient-ils, arrive souvent, et non pas par négligence.
    Quand Mr Frank demande aux filles de se pomponner de la tête aux pieds pour son seul plaisir, demande macho par excellence, qu’il y repense deux fois avant d’enfiler en vitesse son caleçon DIM acheté en pack de 5 chez carrefour, et avant de s’en aller avec ses trois préservatifs en poche.

    PS: Ohlàlà, étant une femme qui manifeste son désaccord avec un mec qui parle de sexe, je sens qu’il y a des risques pour que je me fasse traiter de mal-baisée… Allez-y Mr Frank, montrez-nous combien vous êtes ouvert d’esprit…

  2. 2
    Domino
    le Samedi 23 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Non mais franchement là, faudra m’expliquer…

    J’ai quitté ce site pour une raison simple: On y parlait pas assez de musique. J’étais venu pour parler de musique et je crois que le déclencheur fut cet article sur GQ et son impact ou un truc du genre. La je me suis dis: « y a souci Domino »… Il y en avait un en effet, et j’ai preferé partir avant d’en voir d’autres.

    Chemin faisant, j’ai fondé mon webzine, qui me donne plutot satisfaction, m’a permis certaines belles rencontres et j’en passe. Je passais parfois ici, comme on passe voir ce que deviennent d’anciens collègues. Et j’avoue que depuis quelques temps, je commencais a accepter la tournure que prenait le site, c’est a dire un truc plutot généraliste tourné sur le monde d’aujourd’hui, un peu comme ces revues hypes dont la trentenaire bobo raffole. C’est pas méchant ce que je dis, c’est ce que ressens. Je commencais presque a trouver ça sympa.

    Et puis la, je me dis que, les gars, vous devriez faire attention de pas franchir certaines limites, hein Pascal? Faut pas déconner quand meme la…

    Publier un truc sur l’importance de coucher le premier soir entre un live report de Eiffel et un papelard sur The Social Network. On se moque de qui la, franchement?

    Deja que le fond du message est d’une connerie sans précédents (« les filles, couchez quoi, faites pas chier, écartez vos pattes! » ainsi que le « mettez des sous vetements assortis, ca le fait pas sinon, suivez mes conseils ») est digne de Jeune et Jolie, a quand une rubrique « se raser les parties génitales est il hype? » ou des conseils sexo pour faire grimper son mec au lit? Y aura t’il un concours pour permettre a Anastasia, parisienne hype de la vingtaine, de gagner des billets pour un skins party? J’attends ça avec réelle impatience, et elle aussi d’ailleurs.

    Le niveau sombre les mecs, franchement, et je pense qu’au lieu de vouloir toucher à tout et surtout a n’importe quoi, vous devriez vous recentrer sur de vrais papelards, pas un truc hype pour attirer un chaland qui ne fait que vous decredibiliser. A moins que votre but soit de devenir une sorte de reference hype du web. N’ai je pas vu un jour une analyse du « phenomene » Chatroulette ou bien un truc sur un mariage princier?

    Et pour terminer, j’aimerais dire que j’aimerais que mon commentaire ne soit pas censuré, supprimé ou que sais je. J’aimerais bien vous comprendre la, savoir votre but avec ce genre de « truc » qui est une bien belle aberration « journalistique ». Alors on s’assume et on répond a ses fidéles lecteurs

  3. 3
    le Lundi 25 octobre 2010
    Frank a écrit :

    @ Lou : croyez-le ou non mais je suis heureux que vous ayez commenté cet article, même si le commentaire est à mon sens un format un peu trop figé pour susciter de réels débats.

    « étant une femme qui manifeste son désaccord avec un mec qui parle de sexe, je sens qu’il y a des risques pour que je me fasse traiter de mal-baisée… »

    Pas particulièrement, non, et je ne vois pas pourquoi ce serait le cas.

    Pour ce qui est de la question du budget vous avez entièrement raison. Pour les filles de 15 ans en tout cas. Or si je me souviens bien de mon article ce paragraphe intervient juste après celui traitant des couples dans la vingtaine. Il y a donc davantage de chances pour que le budget adéquat soit présent à 23 qu’à 15 ans, nous sommes d’accord. Cependant soyons clairs, les marques citées ne l’étaient qu’à titre d’exemple, le tout étant tiré de ma propre expérience. Je suis persuadé que d’autres marques sont beaucoup plus abordables dans ce domaine, et vous êtes probablement la mieux indiquée pour nous renseigner là-dessus. Néanmoins soyons clairs, ce n’est nécessairement que le reflet de mes propres attentes, goûts et préférences.

    « Quand Mr Frank demande aux filles de se pomponner de la tête aux pieds pour son seul plaisir, demande macho par excellence, qu’il y repense deux fois avant d’enfiler en vitesse son caleçon DIM acheté en pack de 5 chez carrefour, et avant de s’en aller avec ses trois préservatifs en poche. »

    C’est là où vous faites erreurs, chère Lou. Demande macho par excellence? Pas plus que votre réflexion qui tend à me laisser penser que vous avez les mêmes attentes envers mes semblables (pour votre information je ne m’habille pas à Carrefour, même pour mes sous-vêtements…). Lorsque je demande à la jeune femme de se « pomponner », c’est tout aussi valable pour les hommes. Rien de pire qu’un homme mal habillé : c’est à mon sens un manque total de respect pour la jeune femme avec qui il a rendez-vous. N’êtes-vous pas du même avis? D’une manière générale ce que je préconise pour l’une et également valable pour l’un. Ce n’était tout simplement pas l’angle choisi pour ce papier.

    « Je suis un peu déçue aussi de voir que même pour cette dernière catégorie de femmes, les réactions possibles ne sont que deux: accepter ou non de coucher, quand la proposition leur est faite. Pourquoi ne pas leur conseiller de manifester leur désir, et d’êtres celles qui feront la proposition ? Serait-ce parce que c’est au mâle de « chasser » et non l’inverse ? »

    C’est un point tout à fait intéressant que vous abordez là : la femme doit-elle engager le jeu de séduction ? Les avis sont partagés. En ce qui me concerne ça ne me dérange pas, et au contraire j’encourage bien souvent mes amies à le faire. Le problème – et en tant que femme vous serez je pense à même de le confirmer – et que nombre d’hommes ne sont absolument pas préparés à ce cas de figure. Ils se retrouvent totalement désemparés une fois confrontés à une femme qui « sait ce qu’elle veut ». C’est une inversion des rôles qui les paralyse totalement. Encore une fois, l’angle choisi pour ce papier était clair : que faire lorsqu’IL propose ? Néanmoins, dans la mesure où je conseille globalement aux jeunes femmes de faire ce que bon leur semble il me paraît évident que faire le premier pas et manifester leur désir est inclus dans ce « faites ce que bon vous semble ».

    Mais je serais curieux de lire votre propre expérience sur ce dernier point, c’est un domaine tout à fait intéressant et malheureusement fort peu discuté. Est-ce parce que vous êtes des séductrices nées alors que la plupart des hommes doivent apprendre à le devenir ? Peut-être.

    « Je dois avouer que cet article aurait été moins irritant s’il avait été écrit par une femme…
    Même en étant d’accord avec la plupart des choses qui y sont dites »

    Vous êtes donc globalement d’accord (hormis les quelques points que vous avez soulevés) mais êtes malgré tout réticente à lire de tels articles écrits par un homme ? Rassure-moi, Lou (après toutes ces lignes parcourues ensemble de part et d’autre de ce lien éphémère qui nous réunit, permets-moi de te tutoyer le temps d’une phrase), tu n’es pas sexiste ? :)

    P.S. : la partie vous concernant s’arrête ici, la suite de ma réponse étant malheureusement bien éloignée du sujet de cet article.

    @ Domino : Je vous en prie, puisque vous avez fondé votre webzine n’hésitez pas à inclure le lien dans vos commentaires. Je serai heureux d’y faire un tour. [EDIT] Sauf erreur (auquel cas je vous prierai de m’en faire part), une petite recherche m’a permis de le trouver ; je me permets donc d’en faire part à nos lecteurs : http://metastases.over-blog.com. Vous n’avez donc pas « fondé un webzine », pour moi vous tenez un blog. Je constate par ailleurs qu’il est impossible à vos visiteurs de commenter vos articles. Devant une telle ouverture d’esprit je reste coi, bien que cela ne me surprenne pas.

    Pour le reste, je suis assez déçu de constater que la notion de commentaire demeure encore mal perçue par toute une tranche d’internautes. Lorsque l’on a des comptes internes à régler ou de vieilles rancœurs à faire remonter à la surface (comme ce qui vous a réellement poussé à quitter ce magazine pour créer votre blog), la moindre des choses est de le faire « en privé » comme on dit.

    Pour ce qui est de l’aberration journalistique, je vous répondrai que ça ne l’est pas plus que les fautes relevées ici et là dans votre commentaire. Je vais donc vous aider :

    - Une majuscule se met après un point, à moins qu’il ne s’agisse d’un nom propre ou d’un acronyme.
    - Lorsque « là » n’est pas un article, le « a » prend un accent.
    - Le « a » ne prend d’ailleurs pas un accent que dans ce cas…

    Je m’arrête là, vous aurez sans doute relevé le reste en vous relisant (oui, c’est mesquin ; mais que voulez-vous, j’ai toujours été partisan du « touche pas à mon bac à sable ou je te tape avec ma pelle et mon râteau »).

    « Et pour terminer, j’aimerais dire que j’aimerais [eh ben...] que mon commentaire ne soit pas censuré, supprimé ou que sais je. J’aimerais bien vous comprendre la, savoir votre but avec ce genre de « truc » qui est une bien belle aberration « journalistique ». Alors on s’assume et on répond a ses fidéles lecteurs »

    Censuré ? Hé ho, on n’est pas sur votre blog ici. Qui plus est vous n’êtes pas un fidèle lecteur puisque vous dites vous-même passer « parfois ici ». Un peu de cohérence, monsieur.

  4. 4
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Ridicule réponse qui prouve tout le snobisme fortement prononcé qui entoure ce site.

    Premièrement, la faculté de jouer sur les mots. Je n’ai pas fondé un webzine, mais un blog, c’est vrai, grosse nuance qui amène tellement de changements dans le problème. Quel que soit la forme qu’il prend, un webzine est un webzine, c’est tout. Ce n’est pas parce que vous semblez capable de savoir programmé un site (ce qui n’est pas forcement une preuve de crédibilité) que vous êtes plus un webzine qu’un blog, et vice versa. Mon « webzine/blog » ou E-zine comme dit dans la présentation du blog a toujours été contacté comme un webzine, lu comme un webzine, abordé comme tel par les lecteurs comme par les groupes nous ayant contactés pour des interviews ou des chroniques. Certaines événements passés me laissent même penser que niveau crédibilité de mon « webzine » (et puis merde j’insiste sur ce thème), je n’ai absolument pas de soucis a me faire la dessus. Mais bon, soit, on est pas la pour savoir qui a la plus grosse. Et je n’étais certainement pas la pour en faire la pub. Recadrons le débat.

    Concernant le point des commentaires, il n’y a ma foi pas de problème avec l’ouverture d’esprit chez. Comme dit dans la présentation du site, pour tout contact, y a un formulaire a remplir pour nous contacter. Celui qui n’est pas content de quelque chose n’aura qu’a nous contacter, plutot que de polluer le site avec des rancoeurs dont le lectorat se fout completement. Celui qui voudra nous témoigner sa profonde reconnaissance, pas la peine de mettre ca sur le site, les gens s’en foutent. Et pour ceux a qui ca ne conviendrait encore pas, il y a une page facebook ou tout dialogue est ouvert, elle est la pour ca. Je n’ai jamais eu d’ailleurs aucun problème avec les critiques qui m’ont été faites personnellement sur le site. L’ouverture est la quand on veut la trouver, non pas en jouant les esprits étriqués. Ce qui est bien le cas ici.

    J’en veux pour preuve également cette petite phrase adressée à Lou : »P.S. : la partie vous concernant s’arrête ici, la suite de ma réponse étant malheureusement bien éloignée du sujet de cet article. »

    Malheureusement bien eloignée… Mais, c’est vous qui l’éloignez tout seul mon cher! Mon commentaire portait bien sur votre « article » et n’était aucunement un règlement de comptes comme vous le présentez. J’ai expliqué le pourquoi de mon commentaire, ce qui m’avait amené a cette déception et également pourquoi votre article m’a fait sursauter. Il n’y avait pas de vieille rancune la dedans (je vis très bien sans écrire ici, ne vous en faites pas), mais une volonté de comprendre le pourquoi de ce revirement de ligne éditoriale qui est pour moi, très peu crédible et cohérente.

    Car oui, qu’on ne me parle pas de cohérence quand on écrit sur un site aussi éparpillé que celui ci. Faire cohabiter le métal avec la politique, les histoires des tètes couronnées, les tendances sexe de l’époque et la littérature, c’est quand même casse gueule. Et c’est la que j’aimerais comprendre le pourquoi du comment.

    Alors qu’on ne me parle pas de cohérence (oui je me repete, régalez vous), ni meme de mes fautes d’ortographes (il y en a plein, aidez moi!), qui ne sont que le fruit de l’impulsivité du commentaire. Ca ne changera aucunement le fond de ma question, auquel vous n’avez pas répondu en voulant jouer au plus malin, en bon partisan du « touche pas à mon bac à sable ou je te tape avec ma pelle et mon râteau »… C’est vous qui éloignez le sujet, c’est vous qui vous tirez une réelle balle dans le pied en voulant vous faire passer pour un maitre de la langue française snob et au dessus de toute critique. Répondez donc à celle qu’on vous fait et restez en la. C’est le propre d’un certain genre de personne ça, de toujours éloigner le sujet… Ca m’en rappelle des choses

  5. 5
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Et puis franchement, jouer sur le mot « parfois » pour dire « non vous n’est pas un lecteur fidèle »… C’est d’un niveau… Parce que parfois, veut forcement dire une fois, tout les 3 mois? Non, dans mon cas, parfois veut dire « au moins une fois par semaine »… Mais bon j’imagine que ce n’est pas assez pour se dire lecteur hein… Je suis meme encore sur la page facebook d’ailleurs…Mais bon

  6. 6
    Frank
    le Lundi 25 octobre 2010
    Loïc a écrit :

    « Celui qui n’est pas content de quelque chose n’aura qu’a nous contacter, plutot que de polluer le site avec des rancoeurs dont le lectorat se fout completement. »

    > N’est-ce pas un peu ce que tu es en train de faire, Domino ? De manière générale je ne comprends pas bien en quoi les commentaires viendraient polluer un site : le lecteur est libre de les lire ou pas, non ?

    Là où tu vois un revirement de ligne éditoriale je vois une évolution. Effectivement, Discordance ne se limite plus à la seule rubrique musicale. Mon Dieu, mais quelle horreur !

    « Car oui, qu’on ne me parle pas de cohérence quand on écrit sur un site aussi éparpillé que celui ci. Faire cohabiter le métal avec la politique, les histoires des tètes couronnées, les tendances sexe de l’époque et la littérature, c’est quand même casse gueule. Et c’est la que j’aimerais comprendre le pourquoi du comment. »

    > C’est casse-gueule quand on n’a pas les gens pour. Nous sommes entourés de gens compétents et motivés, les autres s’en sont allés comme des grands.

    Il n’y a pas de « pourquoi du comment », Domino… Nous avons décidé de développer des rubriques qui jusqu’à présent restaient dans l’ombre de la rubrique musicale, voilà tout. Je suis désolé que tu soies déçu par la tournure que prennent les choses mais rien ne t’empêche de continuer à lire la rubrique Musique et uniquement la rubrique Musique. Je ne comprendrai jamais les gens qui veulent à tout prix que le métal reste avec le métal, la politique avec la politique etc. A mon tour de mettre ton ouverture d’esprit en doute. A moins que ce ne soit pas ce que tu aies voulu dire ?

    Merci de nous avoir fait part de ton opinion, en tout cas. Et bonne lecture.

  7. 7
    Pascal
    le Lundi 25 octobre 2010
    Pascal a écrit :

    Hello Domino. Heureux de savoir que tu continues à nous lire malgré tout. Tu trouveras les réponses à tes questions dans notre dossier de presse. Il date un peu, mais il me semble toujours d’actualité, surtout en ce qui concerne notre projet éditorial.

    Il est accessible en bas de chaque page, mais je te redonne le lien: http://www.discordance.fr/DossierPresseDiscordance.pdf

    Tu devrais pouvoir trouver ton bonheur.

  8. 8
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Voila ma foi, une réponse un peu plus consistante et je t’en remercie d’ailleurs.

    Non, je ne pense pas polluer le site avec une question sur la ligne éditoriale. La où je pense que des commentaires polluent, c’est lorsque que ca tourne au réglèment de comptes ou à l’échange de banalité qu’on peut aisement faire ailleurs. Après effectivement, chacun est libre de les lire, et chacun son opinion sur le sujet. J’ai fais le mien sur mon webzine, vous avez fait le votre, chacun ses choix. Je sais par exemple que si je devais refaire un site seul, j’y mettrais la possibilité de faire des commentaires, mais l’idée générale y serait différente que sur Métastases.

    Et tu me parles d’Evolution, oui surement, mais l’évolution n’est pas forcement toujours positive selon les points de vue. Pour moi, gens compétents ou pas, les articles manquent de consistance parfois à les voir trop éparpillés. Ce n’est pas une question de voir les choses cloisonnés, je n’aime pas ca, mais je pense qu’a vouloir toucher trop de truc, ca devient un peu plat.

    Un exemple étant par exemple cette interview de Nick cave ou le seul truc qui en ressort est en gros « Nick Cave ne répond pas trop aux questions, il fait de l’anti promo, mais bon c’est le personnage, il est mufle c’est comme ca »… Comment se fait il alors, qu’ailleurs, j’ai pu lire des interviews ma foi plus consistante que celle ci? Doit on en conclure que l’interviewer n’était pas très bon et a voulu camoufler son manque de compétence a travers un joli texte, certes bien écrit, mais qui n’apprend rien… On pourrait se laisser aller a ce genre de pensée. Comme pour certains articles « politique » ou « societé » ici qui ne me semblent pas maitriser.

    Quand je vois cet article ci, dont la grande question est « une femme doit elle écarter les jambes ou pas? », je me demande quel genre de compétences est nécessaire pour écrire ce genre de débat et surtout quel est le rapport étroit ou lointain avec des domaines restés dans l’ombre de la musique. Ca m’a fait sursauter tout autant que certains trucs, je cherche donc a comprendre, tu me donnes un élément de réponse, vous vous « ouvrez ». Ma foi, chacun sa facon de faire, celle ci ne me convient guere et m’étant impregné de la chose, je cherche à comprendre, c’est tout…

    Merci Pascal pour ce petit lien, mais personnellement, les réponses toutes formatés du genre « ben t’as qu’a lire ca et tu comprendras tout » ca m’embete un peu. L’ouverture, ok ca j’ai bien saisi. Qu’on parle d’art en général par exemple, que ce soit musique, théatre, littérature, cinéma, ok. Mais qu’on se demande si la femme d’aujourd’hui doit coucher ou pas, si la Princesse truc muche doit se marier avec un roturier ou si Chatroulette c’est hype, je trouve que ca dépasse certaines limites du bon gout qui font basculer d’un coté de la presse (amateur ou pro) que je ne cautionne pas.

  9. 9
    le Lundi 25 octobre 2010
    Lou a écrit :

    Ahaha, qu’est-ce qu’on rigole sur Discordance…

    Cher Frank, j’ose espérer ne pas être sexiste. Mais j’en ai assez de ces hommes qui posent en grands séducteurs, et qui donnent des conseils qu’ils auraient eux-mêmes du mal à appliquer, à des filles qu’ils jugent paumées, ou dans l’erreur. Si ces mêmes conseils provenaient d’une femme j’aurais la certitude d’une expérience que l’auteur partagerait, d’un conseil amical en somme, facultatif.
    Ensuite, je ne faisais que reprendre votre propre modèle du jeune homme. Cet article s’adresse peut-être aux femmes, mais qu’en penseront les hommes qui le liront sans doute (car le sexe est un sujet qui excite autant filles et garçons) ? Les plus niais se diront qu’ils auront désormais non pas une, mais trois capotes dans leur porte-monnaie, et se sentiront fiers en demandant à leur copine de jeter à la poubelle toutes ses culottes confortables en coton qu’elle affectionne tant mais qui leur déplaisent…

    Pour ma part, je ne suis pas regardante sur les marques de sous-vêtements, je demande des hommes une bonne douche et des dessous sans trous, c’est tout. Ce que je trouvais macho, c’était l’exigence de dessous assortis, car quitter l’appartement d’une fille pour cette raison me semble d’une goujaterie…
    D’ailleurs, la seule marque abordable de sous-vêtements coquins que je connais, c’est Soleil Sucré, et c’est souvent très… kitsch… Ne parlons pas des collections d’Etam, qui parfois s’adressent plutôt aux 50-80 ans…

    Ce qui me désole c’est que vous vous montrez tellement rationnel et correct dans votre commentaire, alors que dans l’article… C’est dommage, les lecteurs et lectrices moins curieux ne profiteront pas des conseils que vous donnez à vos amies, ils, et surtout elles, s’en iront avec le sentiment qu’ils sont prudes et vulgaires à la fois…

    Cher Domino, quant à vous, j’étais d’accord avec ce qui semblait être le résumé de l’article ( « les filles, couchez quoi, faites pas chier, écartez vos pattes! » « mettez des sous-vêtements assortis, ca le fait pas sinon, suivez mes conseils »), mais pas pour le reste.
    Si quelques fautes d’orthographe peuvent être excusées à cause de l’impulsivité, comme vous dites, ce n’est pas le cas pour votre prose. On y remarque non seulement des fautes d’orthographe, mais aussi des fautes d’accord, des phrases mal construites, un abus du mot « truc »… Il n’est pas question de se faire passer pour « un maître de la langue française ». Soigner son écriture, se relire, (tout comme soigner son apparence et ses sous-vêtements)est une façon de montrer son respect envers son interlocuteur.

  10. 10
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Et te dire de t’occuper de tes affaires, Lou, c’est clair, concis et bien accordé?

    Je me mele quand meme pas de ce que tu reproches a l’article, non? Et puis ca encore, c’est systématique des snobs. La fin de ton commentaire (en gros, soigne tes vetements autant que ton écriture), ca me rappelle tout ces vieux cons qui ne donnent aucun crédit aux jeunes pour la simple et bonne raison qu’ils ont un jean troué et les cheveux de travers.

    Je suis pas à la dictée de Bernard Pivot, je suis sur Discordance, site parmi des milliers de sites qui ne n’appelle pas vraiment plus de considération que les autres. Ce n’est quand meme pas comme si j’avais écris un commentaire du type:

    « ué chanmé 7 artikl 2 ouf! Sa mfou kro la raj! keksa fou sur lcit! va tkasher payday! big up a mé pot, vné sur MAITASTAZ! »

    Alors si t’es assez bete, et j’insiste sur le mot bete, pour te bloquer sur mes trucs (oui tiens je le redis) avec mes fautes et tout, et en oublier le fond de ce que je dis, tant pis pour toi si t’as que ca a faire.

    A mon niveau, le problème reste le meme, fautes ou pas, causer lingerie et sexe ici, ca craint (ouais je parle comme un sale jeune, c’est mal)

  11. 11
    le Lundi 25 octobre 2010
    Lou a écrit :

    Ahahaha, qu’il est marrant :D

  12. 12
    le Lundi 25 octobre 2010
    mika glamour a écrit :

    et sinon,vous aimez bien le grand journal a discordance?

  13. 13
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Lou prouve tout ce que je viens de dire: les snobs sont des cons. Devant ce genre de personnes, je serais toujours heureux de porter des jeans troués, ce qu’il me reste de cheveux en bataille et de faire des fautes dans mes requisitoires. Ca voudra toujours ca.

    Sur ce, merci à Loic pour sa réponse. Et si Frank a quelque chose à rajouter qu’il n’hésite pas.

  14. 14
    le Lundi 25 octobre 2010
    Frank a écrit :

    Ne faites pas attention au désordre ambiant, chère Lou (si je meurs là-bas, souvenir qu’on oublie, souviens-t’en quelquefois aux instants de folie…),

    Nous sommes des snobs, que voulez-vous. Il faut s’y faire, lors nous sommes attachés à un certain niveau d’orthographe et de bienséance nous sommes désormais étiquetés « snobs ». Les gens ne se rendent pas compte à quel point c’est difficile au quotidien, néanmoins. Comme le disait notre maître à tous, nous les odieux snobs, « ça demande des mois d’turbin, c’est une vie de galérien ». Passons.

    « Les plus niais se diront qu’ils auront désormais non pas une, mais trois capotes dans leur porte-monnaie, et se sentiront fiers en demandant à leur copine de jeter à la poubelle toutes ses culottes confortables en coton qu’elle affectionne tant mais qui leur déplaisent… »

    De vous à moi : s’ils le font je vois d’ici la réaction de la compagne et ils n’auront que ce qu’ils méritent. Je ne parlais absolument pas du couple, dimension totalement différente si vous voulez mon avis (et croyez-moi je sais de quoi je parle). En outre même moi je n’ai pas trois capotes dans mon portefeuille. Si vous le fouillez vous n’en trouverez qu’une (bon d’accord, soyons honnête : j’en ai au moins deux autres dans chacun de mes blousons).
    Plus sérieusement je vois où vous voulez en venir : il n’est pas question de transformer l’autre en un reflet exact de ce que l’on recherche chez la femme idéale (qui de toute façon n’existe pas ; au sujet de toutes les femmes qui traversent nos vies et qui finalement ne sont que d’infimes parties de LA femme que l’on recherche parfois avec tant d’ardeur et de désespoir, je vous conseille le court-métrage qu’un ami de la rédaction m’a fait découvrir la semaine dernière et qui s’appelle « Le mensonge de Salomé » (Dailymotion)).

    Pour ce qui est des niais qui suivent aveuglément les conseils de pseudo-séducteurs, je ne saurais que trop vous inciter à suivre Discordance dans les jours à venir (mais peut-être le faites-vous déjà, auquel cas nous nous recroiserons probablement).

    « Ce que je trouvais macho, c’était l’exigence de dessous assortis, car quitter l’appartement d’une fille pour cette raison me semble d’une goujaterie… »

    J’imagine que je l’ai été, goujat. Peut-être même le suis-je encore un peu parfois. Pas par envie, ni même par égocentrisme mais tout bêtement par excès. On est excessif ou on ne l’est pas (avec tout ce que cela implique). Ce n’est peut-être pas une excuse en soi mais c’est la mienne. Je ne l’aurais certes pas fait avec n’importe qui, mais c’est tout de même un détail auquel j’accorde une grande importance. De même que j’accorde mes différents vêtements les uns avec les autres, il me paraît normal de faire de même en ce qui concerne les sous-vêtements. Mais je me doutais que cette remarque ne plairait pas.

    En revanche je serais vraiment curieux d’avoir votre avis sur le premier pas féminin : suscite-t-il comme je le disais, de votre point de vue, la peur chez la population masculine encore engoncée dans ces stéréotypes que quoiqu’on en dise la société continue de véhiculer ?

  15. 15
    le Lundi 25 octobre 2010
    Frank a écrit :

    Mon Dieu j’ai commis une erreur : « lorsQUE nous sommes attachés ». Et me voilà qui dégringole de mon piédestal. Ouch. Ça fait mal.

  16. 16
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    « Nous sommes des snobs, que voulez-vous. Il faut s’y faire, lors nous sommes attachés à un certain niveau d’orthographe et de bienséance nous sommes désormais étiquetés « snobs ». Les gens ne se rendent pas compte à quel point c’est difficile au quotidien, néanmoins. Comme le disait notre maître à tous, nous les odieux snobs, « ça demande des mois d’turbin, c’est une vie de galérien ». Passons. »

    Certain niveau de bienséance? La bienséance c’est ca? Faire fermer sa bouche à n’importe qui n’entrerait pas dans votre catégorie de bienséance? J’applaudis, vraiment. Et le problème reste que vous ne ne vous êtes toujours pas exprimé sur votre article avec moi, non. Vous préférez jouer l’intouchable, celui qui préfère passer à autre chose que de perdre son temps avec ce qu’il juge arbitrairement d’inutile comme si vous valiez mieux que ca. Je ris.

    Ma foi, je vous laisse avec votre glorieux débat sur les dessous et la séduction, que vous semblez si bien maitrisé.

  17. 17
    le Lundi 25 octobre 2010
    Dimitri a écrit :

    Je lis tout ça de façon un peu amusée je l’avoue, cette bataille sur les idées et les mots a titillé mon intérêt…

    Cependant, si on devait faire un très court résumé de l’origine de ce « désordre », cela reviendrait à dire « pourquoi ce sujet pour un webzine tel que Discordance ? ».

    Un lecteur qui tombe la première fois sur le site a sous ses yeux cette bannière : « DISCORDANCE, Musique, Livres, Cinéma, Arts, Médias, Société ». C’est clair non ? Discordance ne compte pas se cantonner qu’à la Musique, même si cette thématique a toujours eu une place plus importante que le reste.

    Alors pas la peine de monter sur ses grands chevaux ou crier au scandale.

  18. 18
    Julia
    le Lundi 25 octobre 2010
    Julia a écrit :

    Domino, pour ta remarque sur les articles manquant de consistance, il me semble au contraire que plusieurs (et même de nombreux) articles récents proposent une approche fouillée de leur sujet…

  19. 19
    le Lundi 25 octobre 2010
    Lou a écrit :

    Oui, notre débat est glorieux. Je ne me sens pas du tout coupable de traiter de sujets de tous les jours, de ces choses qui font une vie, et non pas de savoir si tel webzine s’est vendu ou non car il traite d’autre chose que de musique…

    Enfin, faudrait se décider, Domino. D’une part vous demandez à Frank d’ajouter quelque chose s’il en a l’envie, et après vous n’êtes pas satisfait de sa réponse! En plus personne ne vous ferme la bouche, c’est quoi cette histoire ? Vous êtes hors sujet et pourtant on vous répond quand même! Vous nous accusez d’être négligents tout en nous reprochant notre bienséance…
    Enfin, Domino, que voulez-vous ?

    Frank, la question du premier pas féminin est bien trop compliquée pour en discuter sur un commentaire. En gros, il y a ceux qui sont agréablement surpris, et puis, les autres, qui sont incapables de fonctionner et de qui je ne me préoccupe pas…

  20. 20
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    J’ai noté

    « les articles manquent de consistance parfois »

    Lire un truc completement, ca vous arrive?

    C’est dingue ca, y avait un article sur Rammstein sur ce site ou je sais plus quoi, j’avais posté un commentaire, on m’a répondu correctement et voila le débat était clos. C’est un coup sur 2 qu’on risque de créer la guerre ici? Et qu’on me dise pas que je cherche la merde, pourquoi on m’a répondu bien une fois et la on fait des caisses de ce que je dis, pointant des conneries du doigts, tout ca sous le couvert d’un « niveau de bienséance »? Faut pas abuser

    Et pour répondre à Dimitri, certes il y a marqué:

    « Musique, Livres, Cinéma, Arts, Médias, Société »

    Ce qui veut dire que le site est ouvert et ca laisse meme presager une certaine qualité dans le contenu. Mais parler de Chatroulette, de la princesse de Pologne et surtout des dessous féminins, pour moi ca vole malheureusement pas plus haut qu’Entrevue, qui parle aussi de plein de choses si on va par la hein…

  21. 21
    le Lundi 25 octobre 2010
    Eymeric a écrit :

    Je n’ai pas tout lu le débat mais une chose me fait particulièrement bondir:

    « Publier un truc sur l’importance de coucher le premier soir entre un live report de Eiffel et un papelard sur The Social Network. On se moque de qui la, franchement? »

    Je pense qu’il n’y a qu’en France que l’on est assez conservateur pour faire une hiérarchisation entre culture élitiste et populaire au point de ne voir aucun travail (et je parle pour mon cas: universitaire) approfondi sur des phénomènes mainstream. Cela me fait penser à ces plaintes répétées sur la décadence de la langue française alors qu’une langue n’est qu’un moyen de communication en perpétuelle évolution, qui intègre des néologismes et des anglicismes par exemple…
    Je pense que l’on tombe d’ailleurs d’accord là dessus car je lis: « E-zine quotidien tenu en ligne par Domino, Métastases Webzine répertorie les actualités des courants underground et mainstream, sans compromis, à travers des news, des chroniques, des interviews, des concours et des vidéos. »
    Si tu vas en Suède, comme j’y suis allé, et d’où vient mon « truc sur un mariage princier », tu trouveras au programme de certain cours (comme ceux des Cultural studies) des études sur le phénomène Twilight et sur l’architecture des centres commerciaux (qui ont donné même lieu à des mémoires et articles de recherche). Les suédois rigolent d’ailleurs bien quand on leur parle de l’Académie Française et de ses tentatives de remplacer mail par courriel, comme un sursaut de conservatisme. Mais là encore nous sommes d’accord, puisque apparemment tu t’insurges sur mes « sympathies » monarchiques. Je suppose que par là même tu dois t’insurger contre l’Académie Française qui est une survivante de l’Ancien Régime.

    Sans aller jusqu’à l’ « extrême » anglo-saxon, je pense que ce qui est de qualité dans une chronique, et peut-être ce qui fait l’identité du site (on m’arrêtera si je dis n’importe quoi), ce n’est pas uniquement l’oeuvre que l’on critique mais aussi la façon dont on l’aborde et le ton. Sur un sujet à propos de Chatroulette, on peut à la fois faire du Entrevues (ou du Gala pour mon article incriminé) mais aussi une étude plus profonde, presque « sociologique », du phénomène. A condition bien sûr d’y porter un regard dans lequel on laisse sa rancoeur contre la culture de la « France d’en bas » comme on l’entend souvent dans la bouche des bonnes gens, des bobos trentenaires si l’on veut. A l’inverse on peut aussi faire du « J’aime » sur un film de F.W Murnau, ce qui est à peut près aussi stérile qu’un article people bien que cela porte sur une œuvre du patrimoine.

    C’est, à mon sens, ce genre d’études que je viens de décrire, qui manque beaucoup dans les journaux dits « sérieux » et que des médias plus alternatifs peuvent se permettre d’entreprendre, sans éluder sa mission de prescripteurs ou de dénicheurs d’œuvres alternatives.
    Pour le reste, on peut aimer ou pas ce que fait Frank mais je trouve dommage de tourner à la dispute sur des points où tout le monde est d’accord…

  22. 22
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Mais quelle réponse de Frank, Lou? Tu parles de « je suis snob oui, j’ai un certain standing a tenir, passons ». C’est pas une réponse ça.

    Je ne suis pas hors sujet, je demande pourquoi parles t’on de dessous sexe sur ce site comme si on était dans une réunion sex toys. Je suis en droit de me poser des questions. Ce que je veux, c’est des réponses sur une question simple:

    « Pourquoi parles t’on de fesses ici? »

    Loic m’a donné une part de réponse, Pascal aussi,merci à eux, mais j’aurais aimé que cela soit plus poussé, et stop basta, les remarques sur mon orthographe ou je ne sais quoi, c’est du superflu hautement hors sujet.

  23. 23
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    C’est quand meme dingue cette manie d’aller chercher des trucs inutiles. Qu’est ce que mon webzine vient foutre la dedans? Je suis pas venu ici en disant « mon webzine est mieux vous faites de la merde » non? Alors pourquoi deux personnes m’en parle comme si j’avais avancé mon travail en détenteur d’une grande vérité.

    Je donne un point de vue, il n’y a rien de conservateur la dedans. Et je ne sais pas comment on peut en arriver a la conclusion que je m’insurge contre l’Académie Francaise tiens! Ni contre les sympathies monarchiques d’Eymeric! Je me fiche des monarchies, je me demande juste pourquoi on en parle ici.

    Je ne fais pas de hierarchisation entre culture populaire et élitiste. Sur mon webzine, on peut y trouver des chroniques de groupes underground, tout comme de machines a fric impropable. Mais la cohérence (selon moi, et que je ne comprends pas ici) est de ne pas avoir glissé un sujet du style « Le string est il passé de mode » au milieu, ou bien « Albert de Monaco doit il épouser Charlene malgré ses deux enfants hors mariage »…. C’est tout, stop. J’en parlerais peut etre au bistrot, mais pas sur mon webzine.

    C’est en effet dommage de se rentrer dedans pour ca, mais pour eviter ca, j’aimerais qu’on evite de prendre certains raccourcis malhabiles, c’est tout.

  24. 24
    le Lundi 25 octobre 2010
    Lou a écrit :

    On parle de fesses ici parce qu’on le peut, tout simplement
    Mais il ne s’agit pas de fesses, plutôt de relation hommes-femmes…

    Mais je dois vous faire remarquer, Domino, cette phrase:

    « Ma foi, je vous laisse avec votre glorieux débat sur les dessous et la séduction, que vous semblez si bien maitrisé. »

    Je croyais que vous nous aviez laissé nous vautrer dans le stupre, pourquoi perdez-vous votre temps à continuer à nous lire ?

  25. 25
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Oui enfin relation hommes femmes, ca vole pas tres haut de comparer le prix des lingeries et le nombre de capotes des mecs dans leurs blousons. Et toi t’as des capotes dans tes blousons Lou?

    Sur ce, je ferais remarquer que je vous laisse, Frank et toi (oui je te tutoie, ton ton m’exaspère, je vais pas me gener), débattre. Je réponds à Loic, à Eymeric, aux autres voila. Donc maintenant, merci de ne plus perdre de temps a me lire non plus, tu regardes les commentaires et quand tu vois mon nom tu le passes. Merci

  26. 26
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Non pas du tout Laura, c’est pas l’auteur de la chronique qui pose probleme pour moi. C’est pas le sexe qui me choque. C’est la place du sujet ici, tout simplement.

  27. 27
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Sa ariv

    Le sexe fait partie de notre societé, ok cool, d’accord.

    Mais a coté de certains sujets d’ici, je trouve que ca fait tache. Se poser la question si les filles doivent coucher ou pas, juste a coté de certains articles de qualité (comme il y en d’autres mauvais, c’est partout pareil) ici, ca fait tache voila. Je ne sais pas si tout le monde sur le site approuve d’ailleurs.

  28. 28
    le Lundi 25 octobre 2010
    Lou a écrit :

    Domino, vraiment, mais pour qui tu te prends ??

    Fini le vouvoiement, fini la gentillesse. Je te lis si je veux, et je te réponds si ça m’amuse, ce n’est pas toi qui vas me l’interdire! Ce n’est pas à toi de donner des ordres, que tu aies fait partie de Discordance ou non!
    Visiblement, tu voudrais toujours avoir le dernier mot, et ça t’exaspère que je puisse avoir l’intelligence de te répondre. En plus, ta frustration est plus qu’évidente quand l’auteur de l’article décide de ne plus te répondre.

    Vraiment, en matière de liberté d’expression, tu es aussi répressif qu’un dictateur…

  29. 29
    Loïc
    le Lundi 25 octobre 2010
    Loïc a écrit :

    @ Lou : Il paraît assez compliqué de maintenir le débat, cependant je suis assez intéressé par l’un de vos précédents commentaires sur les hommes qui acceptent le premier pas féminin et ceux qui ne savent pas réagir. En tant que responsable de la rubrique Société je m’entretiendrais volontiers avec vous sur la question dans le cadre d’un article appelé à paraître prochainement sur les relations hommes-femmes. Si nous faire partager votre avis et votre expérience (courte ou longue, d’ailleurs, ça n’a pas d’importance) vous intéresse : loic [at] discordance.fr.

    Pour le reste je vais être franc : ce débat commence sérieusement à m’agacer. Je pensais avoir été clair, Domino : nous nous trouvons dans la rubrique Société et je suis intimement convaincu que cela recouvre de nombreux domaines. Comme tu l’as probablement vu j’ai moi-même écrit des articles assez fouillés sur quelques domaines de cette rubrique ou d’autres et ça ne m’empêche pas de travailler activement à l’apparition d’articles comme celui que tu n’apprécies pas dans ma rubrique. Je comprends que ça ne te plaise pas, j’ai bien noté tes critiques, mais à présent il est temps d’arrêter de te montrer désagréable avec Lou ou d’autres. Il n’y a rien d’autre à te répondre que ce que nous t’avons déjà dit. Si cela ne te suffit pas, tu m’en vois sincèrement désolé mais je clos le débat sur l’intérêt de tels articles dans ma rubrique. Si tu veux m’en parler davantage, utilise l’adresse que j’ai écrite plus haut : elle est là pour ça. J’appelle par la même occasion les autres commentateurs à ne plus réagir à ce genre d’interventions lorsqu’elles s’éternisent au détriment d’un débat qui aurait pu être intéressant.

    Domino, si tu as quelque chose à apporter sur le premier pas fait par les femmes ou sur la perception par la société des femmes qui couchent le premier soir (par exemple), je t’en prie. Sinon abstiens-toi.

  30. 30
    Domino
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Mais Lou, si tu me lis, pourquoi ne posterais je pas si je veux pour répondre à d’autres gens que toi? La frustration n’a rien a voir la dedans, mais pour répondre un mot cher à Mr Love, la « bienséance » aurait voulu que Frank me donne son point de vue sur la question au lieu de relever mes fautes d’orthographe et les aspirations de mon site. J’ai pas a etre frustré, un débat se fait, c’est intéressant.

    Voila, autre chose a dire, on peut continuer?

  31. 31
    Loïc
    le Lundi 25 octobre 2010
    Loïc a écrit :

    @ Laura : c’est précisément pour cette raison que j’en appelais à Lou et en fait à toute femme que ça intéresse (tu vas donc y avoir droit, veinarde). Les hommes sont-ils dépassés par quelque chose qu’ils n’ont pas su voir venir ?

  32. 32
    le Lundi 25 octobre 2010
    Domino a écrit :

    Et donc pour terminer, puisque Loic me le demande et je le respecte, je répondrais à Laura en disant que oui, peut etre, y a de ca dans le probleme. La cohérence aussi, la crédibilité de ce genre de truc qui d’ailleurs n’est pas vraiment une étude la, mais plutot un espece de « billet d’humeur » d’un mec dragueur qui dit qu’il aimerait bien que les filles soient plus faciles et pomponnées.

    J’appelle pas ca une étude car finalement ce papier n’apporte rien a la question (si toutefois on la trouve intéressante). A la limite y aurait des interrogations de plusieurs personnes, filles, mecs, avec opposition de point de vue dans l’article, ca aurait pu ressembler a un article. La ca ne ressemble a rien.

    Mon avis sur la question? J’ai franchement pas envie de débattre de ca, c’est un débat selon moi stérile et sans fin. Y a des filles faciles, d’autres pas, des filles qui draguent, d’autres pas, des mecs qui savent y réagir, d’autres pas, qui sucent, d’autres pas. Ca n’a absolument aucun interet pour moi de rentrer la dedans, ca serait comme se demander qui est le plus fort entre les Pokémons et les Digimons.

    Bref, pour moi cet article n’a non seulement pas sa place ici, car il decredibilise fortement le site (fallait voir les reactions de certains de mes proches, lecteurs de Discordance plus que de Métastases, vous avez pas que des partisans sur ce coup la, mais bon vous vous en foutez je pense), mais n’a non plus aucun interet. Et comme Loic qui donne l’adresse pour parler de ce brulant sujet sur Discordance, si vous avez quelque chose a me dire, retrouvez moi sur Métastases, y a un formulaire pour ca. (Lou, je t’attends)

    Dominiquement, Domino (j’aime mon humour)

  33. 33
    le Lundi 25 octobre 2010
    Lestat a écrit :

    Hé ben, pour son premier article, Franck explose le nombre de commentaires. Belle performance!

    Le sexe fait vendre, ahaha.

  34. 34
    le Mardi 26 octobre 2010
    isatagada a écrit :

    Parler de sexe oui mais pour ma part, ce ne sera pas avec Franck ^^
    Dommage pour Discordance.
    Mais-ce-n’est-que-mon-avis-que-je-partage …

  35. 35
    le Vendredi 5 novembre 2010
    Stedim a écrit :

    « J’ai quitté ce site pour une raison simple: On y parlait pas assez de musique. J’étais venu pour parler de musique et je crois que le déclencheur fut cet article sur GQ et son impact ou un truc du genre. »

    Yippee Kayay! Sauf erreur, c’est moi qui ai commis l’article en question ! Je comprends ici qu’il a directement contribué à tirer vers le haut le niveau général de l’équipe rédactionnelle de l’époque. J’en tire une fierté monstre.

Réagissez à cet article