Coming Soon au Café de la Danse

par Dorothée Andrieu|
C’est en ce lundi soir pluvieux que je me rends au Café de la Danse pour voir Coming Soon, groupe folk rock atypique originaire d’Annecy composé de 7 jeunes gens de 15 à 27 ans. Pour la petite histoire, certains d’entre eux ont participé à la B.O. du film américain Juno sous le nom d’Antsy Pants avec Kimya Dawson des Moldy Peaches.

csphoto2Arrivée sur place, pensant avoir le temps avant le début de leur set, quelle n’est pas ma surprise de voir Howard Hugues (le plus grand et le plus âgé) et Alex Banjo (gratteux à lunettes) sur scène avec The Wave Picture, trio anglais faisant la première partie. Ils les accompagnent au chant et à la guitare et donnent tout simplement l’impression de s’amuser avec un groupe qu’ils apprécient, et c’est communicatif. Le public a l’air ravi, surtout quand arrive Leo Bear Creek (batteur des Coming soon et aussi le plus jeune) avec son tambourin pour une reprise de The Wave Picture : Strange fruit for David .

S’ensuit un titre du groupe seul avec deux jeunes filles aux choeurs (dont Clémence Freschard, dulcinée d’ André d’ Herman Düne, alias Stanley Brinks pour son dernier projet) puis une dernière chanson avec à nouveau plusieurs membres de Coming Soon . C’est assez surprenant de voir un groupe « taper le boeuf » ainsi avec sa première partie, et ça fait plutôt plaisir, nous montrant des musiciens ne se prenant pas la tête et appréciant juste le fait d’être là et de jouer et partager en toute simplicité.

Le changement de plateau permet d’observer un peu la salle et c’est plutôt bien rempli, surtout que le groupe a déjà joué au Café de la Danse la veille. Les gens sont pour la plupart assis (configuration de la salle oblige) mais en bas, à peine les lumières rallumées, un mouvement de jeunes gens s’avance rapidement pour se placer debout aux premiers rangs. Preuve que l’ambiance risque d’être au beau fixe et que le groupe compte déjà une base de fans bien établie.

Après une vingtaine de minutes c’est reparti, voici le groupe au complet maintenant, mais étrangement ils ne sont pas sept mais six sur scène (il manque Mary Salomé qui joue habituellement de la clarinette). Ils commencent par une nouvelle chanson, Black Betty, puis enchaînent Private Tortures avec le bassiste Billy Jet Pilot au chant (qui porte un t-shirt the Wave Picture, très corporate comme soirée.), et Broken Heart malgré un petit problème de retour pour Howard Hugues qui entend la voix de son frère Billy et non la sienne. Car oui Howard et Billy sont frères, et ce sont bien des surnoms. Caroline van Pelt est au xylophone pendant que Léo à la batterie et Howard se partagent le chant, avant que tout le monde sur scène ne se mette à faire les choeurs.

Car c’est un peu ça le principe de Coming Soon en live : tout le monde chante à tour de rôle et change d’instruments et de place, ce qui nous fait un joyeux bordel sur scène mais très gai et frais, et le plaisir est communicatif.

Le très grand Howard commence à bouger et s’agiter puis jette son chapeau de cowboy qui accentuait encore sa grande taille. Le public bouge la tête, ça sautille, quelques-uns dansent.

Howard récupère son chapeau pour attaquer un nouveau morceau, puis arrive l’excellent Jack Nicholson style chanté par Leo . Tout le monde se met à frapper des mains et se laisse entraîner par la joyeuse mélodie. Ben Lupus, guitariste, passe ensuite au chant pour What you’ve left behind sur laquelle on a vu revenir les clarinettes et pu apprécier un solo de guitare, puis Howard reprend sa place pour Home from the Blues .

csphoto Clémence Freschard les rejoint pour chanter sur le morceau suivant, puis nous avons droit à une petite explication sur le titre des deux soirées au Café de la Danse : Late Season Gathering . C’est une sorte de réunion après l’été, alors qu’il fait froid, qu’il pleut et que c’est la crise, où ils ont pu inviter tous les gens qu’ils voulaient pour deux soirées musicales.

Puis viennent encore quelques nouveaux morceaux, le concert de la veille ayant été filmé, le groupe a voulu prendre plus de risques en testant pas mal de nouvelles compositions. Dave de The Wave Picture fait un passage sur scène pour accompagner un titre à la guitare. Puis Howard se met à chanter à capella et descend dans la fosse au milieu du public, monte les marches pour rejoindre les gens assis et tout ça sans s’arrêter de chanter. Plutôt sympathique comme interlude. Leo Bear Creek laisse ensuite sa batterie à Ben Lupus pour passer au chant et au ukulélé afin d’interpréter le single Big Boy . Ce gamin de 15 ans a un charisme étonnant pour son âge, et une voix encore enfantine avec pourtant un grain reconnaissable tout de suite.

Au tour de Ben de chanter ensuite sur Music from the Ceiling . Le clarinettiste arrive, ainsi que Clémence et une autre jeune fille pour faire les choeurs. Morceau suivant, Alex Banjo est au micro. Puis Stanley Brinks et Clémence Freschard remontent sur scène pour une chanson qu’ils ont écrite avec les Coming Soon à Berlin. Billy et Ben font une pause clope et dansent pendant que s’instaure une sorte de dialogue chanté entre Howard, Clémence et Stanley . Ils chantent chacun leur tour, et miment les paroles pendant que la salle applaudit en rythme. Les Coming Soon seuls sur scène annoncent ensuite leur dernière chanson, sur laquelle Caroline passe du mélodica à la trompette et Howard reprend le chant.

Le rappel se compose de 3 morceaux, le premier avec notamment Leo au chant, Alex à la batterie, Caroline à la flûte traversière et Howard qui saute partout et balance encore son chapeau.

Pour le deuxième, Leo reprend sa place à la batterie mais chante avec Alex qui lui a repris sa guitare.

csphoto3Enfin le troisième morceau s’appelle Don’t send me to the French, et Howard le dédie à sa femme qui est dans l’assistance. Freschard vient chanter, et Stanley reprend la clarinette. Après un bref salut et quelques mercis, la salle se rallume. Mais ce n’est pas encore fini ! Le groupe revient sur scène et nous explique qu’après 22H30 on ne peut plus faire de bruit au café de la danse. Ils vont donc nous gratifier d’un morceau a capella avec tous les invités présents pour ce Late Season Gathering . Howard commence à redescendre au milieu du public et tout le groupe le suit en file indienne, avance en chantant au milieu de la foule et grimpe les marches pour arriver en haut des gradins. La salle est debout et applaudit, et cette fois c’est vraiment la fin.

Ce groupe est une magnifique découverte, ils touchent à tout avec une déconcertante facilité et une assurance sûrement due à l’insouciance de leur jeune âge (en tout cas c’est l’impression qu’ils donnent, comme si monter sur scène était tout à fait naturel). C’est plein de fraîcheur et de spontanéité, avec des morceaux forts sympathiques. Les voix sont toutes différentes mais elles se marient parfaitement et le groupe a en live un côté Arcade Fire low-fi, même si le set manque peut-être encore un peu de maturité.

Pour résumer Coming Soon c’est une joyeuse bande qui ne se prend pas la tête, qui a de chouettes compos avec des mélodies qui trottent dans la tête et des voix charmantes. C’est frais, spontané, et ça dégage une bonne humeur communicative. Leur album New Grids est sorti début février 2008, ils ont également fait la première partie de Dionysos au Zénith de Paris le 3 novembre dernier, et ils seront au festival des Inrocks à l’Olympia le 12 novembre prochain.

Crédits photo: Oliver Peel sur la date de la veille ( Flickr: http://www.flickr.com/photos/oliverpeel/ et à lire également son live report du concert de la veille http://meinzuhausemeinblog.blogspot.com/2008/10/coming-soon-paris-261008.html en allemand dans le texte)

Partager !

En savoir +

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article