Chat – Folie Douce

par |
Pour capter l’attention de l’auditeur aujourd’hui, il faut savoir lui raconter une histoire, trouver les mots qui camperont l’univers de l’artiste. Le simple nom de Chat, s’il permet de plus au chroniqueur toutes sortes de pirouettes stylistiques, porte déjà en lui une certaine imagerie : velours, mystère, griffe… dont la jeune fille joue évidemment.

Les treize titres de son premier album, Folie Douce, reposent essentiellement sur un duo piano-voix et des textes évoquant certaines de ses turpitudes quotidiennes et de ses excentricités (« J’ai embrassé une fille » sur Harmony ) . On pourrait s’exaspérer de ces minauderies, mais certains morceaux surprennent par un ton plus rock et sombre ( L’insouciance, Mon Corps ) qui nous a donné envie d’en savoir plus sur Chat .

Ton premier album sort en février, quel a été ton parcours jusqu’ici ?

l_02093e26267647d9b48e47872b32c836Je suis pianiste à l’origine et la musique classique a été ma première formation. J’ai fait le conservatoire et, il y a quatre ans, je suis partie au Conservatoire de Genève où j’ai pris des cours d’improvisation. Je me suis alors ouverte sur des choses que je ne connaissais pas, créer ma propre musique m’a énormément plu.
J’ai commencé à écrire des instrumentaux. Ça faisait un moment aussi que j’écrivais des textes, des poèmes, et c’est à cette époque que j’ai commencé à mettre des mots sur la musique que je composais.
Au bout de mon année à Genève, j’ai décidé d’arrêter le conservatoire et je suis partie à Londres, où j’ai composé de plus en plus de morceaux. J’étais dans un quartier où il y avait beaucoup de concerts. J’ai créé ma page Myspace et commencé à envoyer quelques maquettes.

Je suis rentrée à Paris il y a trois ans et j’ai rencontré par des amis communs un ingénieur du son, Henri Blanc -Francard, qui à cette époque habitait en colocation avec Joseph Chédid (le frère de Mathieu Chédid, ndlr), ils bossaient un peu ensemble. Joseph a écouté mes morceaux, ça lui plaisait beaucoup. Moi, c’était la première fois que je mettais les pieds dans un studio, que je rencontrais des musiciens qui n’étaient pas issus du classique. On a eu envie d’enregistrer des morceaux dans le studio où travaillait Henri, et de faire des arrangements. J’ai commencé à rencontrer des directeurs artistiques dont George Fernandez  chez Capitol. On a parlé d’album, je l’ai présenté à Joseph et Henri . Ça s’est bien passé, et on a pu enregistrer mon disque il y a six mois.

Tu parlais de Myspace, est ce que tu penses que ça a réellement un atout pour toi ?

Ça a été vraiment important. Au moment où j’ai créé ma page, c’était le tout début de Myspace. Des gens m’ont appelée pour des premières parties, la chanteuse Rose a craqué sur mes morceaux.c’est comme ça que ça a circulé et que j’ai rencontré les maisons de disques.

L’album s’intitule Folie Douce : est-ce un fil rouge que tu as choisi pour les textes des chansons?

Quand j’ai écrit les morceaux, ça correspondait plus à des humeurs. Mais au fur et à mesure, il s’est trouvé que Folie Douce, le nom de l’un des derniers morceaux que j’ai composés avant que l’on n’enregistre, reflétait bien l’univers du disque. Ce fil rouge a été inconscient, je l’ai découvert une fois que les morceaux étaient composés. Ça reflète bien la contradiction entre la douceur, des choses intimes et la folie, le côté plus noir et écorché des morceaux, qui n’apparait pas forcément au premier abord, mais qui est au moins autant présent que l’aspect plus doux.

Comment s’est passé l’enregistrement au Labo M?

cover_album_chat_-_folie_douce-2-2C’est un studio dans une maison de campagne, celle de Joseph et ses trois frères et soeurs. Quand s’est posée la question de l’enregistrement, on avait fait des essais dans un gros studio, mais on avait aussi envie de prendre le temps de trouver les arrangements, de se mettre à l’écart. La maison à la campagne est isolée et elle a une vraie âme, un côté rassurant.

On était en équipe réduite : Joseph  qui faisait la batterie et pas mal d’instruments, Henri qui faisait le son et Pierre Cohen . C’était important pour nous de partir un peu loin, de se trouver en petit comité pour s’exprimer librement sans contraintes d’horaires. C’était une aventure aussi bien humaine que musicale.

Tes chansons ont-elles trouvé une nouvelle dimension à travers le travail de Joseph ?

Quand j’ai composé les morceaux, c’était piano-voix mais j’avais toujours eu envie de m’entourer d’autres musiciens. Pendant l’enregistrement, j’étais avec des musiciens qui ne venaient pas du même monde que moi, et qui étaient plus autodidactes. Chacun s’est exprimé, il y a quelque chose qui s’est créé et dans lequel je me retrouve parfaitement.

J’ai assisté à ton concert au Museum Café dans le cadre du festival des Bars en Trans à Rennes en décembre dernier. Le son live est vraiment plus rock que sur l’album, qu’est-ce qui t’a fait aller vers ça ?

Les concerts électriques se font avec Joseph à la batterie et Pierre Juarez à la basse. Comme l’album a été enregistré il y a six mois, depuis on l’a pas mal joué, sans se mettre de limites. J’aime ce côté plus électrique, car je fais aussi beaucoup de concerts acoustiques dans des appartements, et j’aime montrer plusieurs facettes des morceaux. On aime rendre les morceaux vivants, les jouer très instinctivement, comme on les sent sur le moment.

A propos de ces concerts en appartement : comment est venue l’idée et comment faire si l’on est intéressé pour t’inviter?

J’ai mis une annonce au départ sur mon Myspace en expliquant que je cherchais des lieux pour jouer, ça a aussi marché aussi par le bouche à oreille, par des amis. J’annonce les dates sur mon Myspace, et c’est ouvert à tous les gens qui ont envie de découvrir les morceaux. Il leur suffit de me renvoyer un email en précisant la date qui leur plait, avec leurs coordonnées, et on leur renvoie un texto le jour du concert avec l’adresse et l’heure. On demande simplement aux gens de ramener un petit truc à boire. Ça fait toujours des soirées très agréables et chaleureuses, des amis musiciens passent et participent aux morceaux. Les gens dans l’appart ‘ sont autant acteurs que nous de la soirée.

Y-a-t-il une chanteuse qui t’intéresse particulièrement sur la scène française ?

J’écoute beaucoup d’artistes anglo-saxons, mais, en France, j’adore Camille . Je suis pas très variété, donc des gens comme elle, comme Mathieu Boogaerts, Keren Ann, me touchent particulièrement, ils ont un univers bien à eux.

Qu’est ce que tu écoutes en ce moment ?

Dans les disques sortis récemment : le nouveau Antony and the Johnsons, Of Montreal, Mathieu Boogaerts .

Que peut-on te souhaiter en 2009 ?

Beaucoup de concerts !

Partager !

En savoir +

4 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Nicolas Brunet
    le Mardi 10 février 2009
    nico a écrit :

    Elle a des bons gouts musicaux :)

  2. 2
    le Jeudi 12 février 2009
    LGB a écrit :

    le disque est super, chat a beaucoup de talent, et joseph chédid, qui avait déjà réalisé le dernier album de thierry stremler est vraiment ultra doué malgrès son jeune âge… La relève est assurée…

  3. 3
    le Vendredi 20 février 2009
    Joel a écrit :

    L’album est mortel, je l’ai acheté hier ! je le recommande vraiment!

  4. 4
    le Vendredi 23 octobre 2009
    azzedine a écrit :

    vive le belle vida

Réagissez à cet article