Cercueil – Jumping War

par |
Le deuxième album du Nicolas et Pénélope sort en mars. Le duo, tout juste sorti de la Marmite, une structure d'accompagnement artistique du Nord-Pas de Calais, s'est adjoint les services du batteur de Gomm, Olivier Durteste. Le résultat est magnétique.

Le volcan est entré en éruption,les volutes de fumée ne couvrent plus les étincelles qui s’échappent du cratère. L’électricité et la fusion se disputent la vedette, essaient d’attirer l’attention du minéral qui recouvre les environs. Le paysage est bichromique mais de cette explosion d’énergie émergent peu à peu des motifs d’une rare beauté.
Avec la pochette de erostrate, réalisée par Pénélope, on ne s’attend pas à écouter un album. Il s’agit plutôt de l’effeuiller, de gratter les couches de peinture pour analyser les craquelures du tableau sonore et de remonter à l’origine du son, quelques lieues sous la terre.

Pas de grands éclats, erostrate est furtif, effleure la surface des choses pour en révéler la sensibilité.Le début de l’album installe l’atmosphère : la voix de Pénélope, grave et légèrement traînante, danse sur le rythme lancinant de Boredom’s Magnetic eyes. Ambiance cold wave, les sons résonnent sur les parois du casque. Malgré un rythme rapide, After Dark crée une sensation de malaise. Slave Wave a davantage les atours d’une chansons pop avec une guitare très incisive et un orgue rêveur.

Jumping War est le morceau qui marque la fin de la première partie de l’album, qui s’élève ensuite pour gagner en apesanteur et en sonorités électroniques et ambient. Le morceau prend son temps pour s’installer puis guitare et sons synthétiques se répondent en un curieux ballet.

Partager !

En savoir +

Cercueil, erostrate (Le son du maquis / Harmonia Mundi), sortie en mars 2011.

Et en tournée en février :

19/02  La Cave aux poètes, Roubaix
24/02  La machine du Moulin Rouge, Paris
26/02  Le Cargö, Caen

A propos de l'auteur

Image de : Depuis 2004, Julia parcourt les festivals et les salles de concerts en quête de sensations musicales fortes et affiche un net penchant pour la scène indépendante montréalaise, le folk, l'électro et le rock. Malgré une enfance biberonnée à la culture populaire des années 90, sa bibliothèque ITunes n'affiche presque rien entre 1985 et 2000. Repêchée trois fois par le vote du public, Julia anime désormais la rubrique Musique avec Pascal et Laura. "Discordance m'a sauvée". Mon blog / Twitter

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article