Cage the elephant – Nouveau casino

par |
Ils ont débarqué en janvier dernier avec leur Thank you Happy Birthday, un opus très attendu après la bombe qu'ils avaient activé en produisant leur album éponyme en 2009. Ils étaient en concert au Nouveau Casino jeudi dernier à Paris dans le cadre des soirées Custom, une belle occasion de voir l'un des groupes rock les plus prometteurs de cette nouvelle décennie.

Que cela soit clair, le chanteur de Cage the Elephant, Matt Schultz, est un grand malade. C’est tous cheveux dehors qu’il débarque sur la scène du Nouveau Casino, le micro collé dans la main. 2024 ouvre le concert : le ton est donné, le show s’annonce électrique et le public est déjà sens dessus dessous. Il n’aura pas fallu attendre très longtemps pour que Matt lui-même se jette dans la fosse dès les premiers riffs de In One Ear, le deuxième tube du groupe. Tel un chiot fougueux sautant dans l’eau, le chanteur-cascadeur plonge la tête la première dans la fosse, sous les yeux ébahis du public.

Véritable pile électrique, Matt Schultz est incapable de se tenir tranquille. Les nouveaux morceaux tels que Aberdeen, Indie Kidz ou l’entêtant Always Something s’enchaînent, laissant peu de répit à la fosse qui s’agite toujours plus. Pourtant, nous aurons le droit à un véritable moment de douceur avec Rubber Ball, une ballade surprenante qui montre un chanteur bourré de sensibilité et de sincérité. Malgré ses phases d’épilepsie musicale et sa drôle de façon de chanter dans son micro à travers son t.shirt. Matt Schultz est un puis d’émotion à lui tout seul : on ne peut qu’être captivé par ce garçon étrange et fascinant.

La setlist n’aurait su être complète sans le rock’n'roll Back Against The Wall, troisième single issu du premier album, et le très attendu Ain’t No Rest For The Wicked, titre révélation du groupe. Ça pogote, ça slamme, ça chante, ça sent la fin du concert, mais Cage The Elephant comble son public jusqu’au bout. Le groupe reviendra pour un rappel de deux chansons, Shake me Down, le tout nouveau single, et Sabertooth Tiger, une petite perle grunge qui finit d’achever les premiers rangs hystériques. C’est à genoux, porté à bout de bras par le public que Matt Schultz termine sa performance, un concert épique à rentrer encore une fois dans les anales du live. Le public était prévenu, essayer de faire rentrer un éléphant dans une cage : ça secoue.

Crédits photo : Phil A

Cage The Elephant @ Nouveau Cas' - 16-06-2011Cage The Elephant @ Nouveau Cas' - 16-06-2011Cage The Elephant @ Nouveau Cas' - 16-06-2011Cage The Elephant @ Nouveau Cas' - 16-06-2011Cage The Elephant @ Nouveau Cas' - 16-06-2011Cage The Elephant @ Nouveau Cas' - 16-06-2011Cage The Elephant @ Nouveau Cas' - 16-06-2011Cage The Elephant @ Nouveau Cas' - 16-06-2011Cage The Elephant @ Nouveau Cas' - 16-06-2011Cage The Elephant @ Nouveau Cas' - 16-06-2011Cage The Elephant @ Nouveau Cas' - 16-06-2011

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : J'aime le Rock, le vrai, pas le trop bruyant ni le trop mou, des Brian Jonestown Massacre aux Yeah Yeah Yeah's en passant par Marilyn Manson ou NIN. Je passe une grande partie de mon temps dans la pénombre des salles de concert pour essayer inconsciemment de découvrir The Next Big Hit !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article