Bye Horus – Archipels

par |
Déjà cinq ans d’existence pour Bye Horus, « le projet musical des espaces célestes ». Après un EP et deux albums, c’est en ces contrées oniriques que nous emmène une nouvelle fois Archipels, le second EP de la formation.

Image de Les premières notes retentissent dans les airs que déjà, l’habitué des mélodies feutrées du jeune trio se retrouve dans un univers qu’il a appris à connaître, à percevoir et à aimer. Quant à celui qui n’a pas eu l’occasion de goûter à ces mélopées aériennes, il sera propulsé dans un monde où il est toujours permis de rêver.

Une fois de plus, il n’est nullement ici question d’emprunter des chemins alambiqués pour donner vie aux émotions. Les harmonies parlent d’elles-mêmes, la cadence s’accélère puis ralentit, et le format globalement long des morceaux sert surtout à explorer les libertés offertes par ces paysages musicaux, comme en attestent Ave Coloniale ! et Les Ilots Chers A Notre Cœur. Car Bye Horus c’est avant tout des récits de voyage, voyages tant émotionnels que matériels, où l’éloignement et les questionnements que celui-ci implique nourrissent l’espoir d’être à nouveau avec ceux que l’on aime. Un espoir qui finalement puise ses ressources dans la poésie, parfois enfantine, de ces instants magiques qui rythment la vie, à l’image du fleuve limpide que représente Noémi Simko Mange Le Soleil. Une musique qui s’exprime sous sa forme la plus apaisée et la plus apaisante sur le trajet Hawaii Budapest, complétant le périple d’une quiétude émerveillée.

Ainsi, Bye Horus poursuit sa route, ne bouleversant pas ses fondements pour autant. Et c’est aussi cela qui fait que le charme opère derechef, puisqu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’une aventure humaine, sincère et sans prétention aucune. Une manière de rappeler que si une apparente mélancolie suinte par moments, c’est pour mieux mettre en lumière un espoir qui jamais ne s’éteint.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Esprit ouvert vers le monde, aussi bien apaisé que profondément rock'n'roll, Ghost erre dans l'immensité des paysages musicaux d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article