Brooklyn

par |
Si à la première écoute on est tenté de se dire « Voilà encore des Anglais nés, non pas avec une cuillère en argent dans la bouche mais, une guitare à la main », il s’agit là pourtant de grenouilles bien de chez nous qui nous offrent un premier album détonnant....

artioscad-plotTout commence par Clandestine, qui, vous l’aurez compris, offre son nom à l’album. Et pour cause, avec son refrain accrocheur et ses riffs estivaux, ce titre est LA révélation du moment. S’ensuit alors Heart Lies voué à être une sorte d’OVNI musical des plus plaisant avec son intro à la 30 Seconds to Mars et une voix à la Brian Molko (Placebo) encadrés néanmoins par un refrain rythmé vraiment efficace et on chantonne gaiement les « Papala papa lala » situés à la fin du morceau.

Le lien est donc tout trouvé avec Volcanology (le premier single), qui semble tout droit sorti d’une comédie musicale, non sans nous rappeler la scène de la danse du parapluie de Dancer in the Dark . Cependant je reste dubitative sur Only Changing . La mélodie à la Jingle Bell est t’elle vraiment voulue ? Un choix pas vraiment judicieux, mais heureusement que Stay Around sauve la mise en sonnant le réveil de nos écoutilles tout comme Lonely Days un joli clin d’oeil à la période de gloire des Beatles avec ses choeurs sur les refrains.

Arrive alors From Tomorrow qui nous donne des envies de retourner à l’époque où on courrait en culotte courte et où on shootait dans les cailloux, relayé avec la présence exceptionnelle du piano et de son refrain so english (décidemment !). Alors pourquoi associer ce titre à A Car & A Tree, la chanson la plus lente de l’album qui n’apporte pas grand-chose hormis peut-être la mise en évidence du neuvième titre : Flowers For The Dead . Avec ses temps très marqués et malgré une mélodie peu accrocheuse, cette piste valorise incroyablement la voix de Ben qui nous prend par la main vers Goodbye London : le coup de coeur de l’album de part ses paroles, sa musique, ses couplets et son refrain. Rien n’est à jeter en dehors de l’Eurostar ! On la chante les yeux fermés en reprenant les « sha la la la » !

Passons alors sur Many Times (sans commentaire), pour nous retrouver autour d’un feu de bois sur une plage accompagnés d’une guitare sèche pour Clean, rejoint par le reste de la formation musicale pour le final. Le morceau quasi suicidaire et morbide s’essoufflera alors sur le chant des petits oiseaux et sur la piste cachée que je vous laisse découvrir par vous-même pour plus de plaisir dans les délires du groupe !

Au final Clandestine est LA sortie rock de cette fin d’année que je ne qualifierais que d’un seul mot : I..N.D.I.S.P.E.N.S.A.B.L.E !

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Co-responsable de la rubrique Musique sur Discordance.fr. Et même qu'une fois, je me suis faite accréditée sur un concert de Justin Bieber !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article