Boxe Boxe de Mourad Merzouki – Compagnie Käfig

par |
Dimanche 31 octobre, la salle Jean Vilar du Théâtre National de Chaillot est moins remplie qu'à l'habitude. Chacun choisit sa place, ceux qui aiment les vues d'ensemble iront se percher dans les rangs les plus hauts, d'autres hésiteront et, perdus face au choix, resteront au milieu. Nous choisissons les rangs plus intimistes, à l'orée de la scène, pour être près du ring de Boxe Boxe.

Image de Compagnie Käfig CCN de Créteil et du Val-de-Marne Mourad Merzouk Qu’est-ce que le public va voir dans cette création? « De la danse, bien sûr, de la danse hip hop, mais pas seulement. Le public va voyager dans cet univers qu’est la boxe, mais on est loin du combat que l’on voit à la télévision, tout est plein de poésie, plein d’énergie, parfois avec de l’humour, parfois avec de la force », répond Mourad Merzouki, interrogé sur son travail lors de la biennale de la Danse à Lyon.

Esthète du mouvement corporel, dans les premiers temps via le hip hop, Mourad Merzouki a créé la Compagnie Käfig en 1996. Aujourd’hui, il dépasse ses domaine de compétence, prend un risque, en travaillant la performance et l’humour, le jeu et le défi, le hip hop et les instruments à corde, Schubert et Gorecki : c’est une « fenêtre ouverte sur le monde », qui caractérise le travail du chorégraphe.

Mais pourquoi Boxe Boxe? « Parce que j’ai été boxeur et que je trouve qu’il y a plein de similitudes entre la boxe et la danse. Le boxeur est danseur, le danseur est aussi boxeur. Il faut que l’on se prépare avant une première pour danser, il faut que l’on se prépare avant une compétition, et tous ces liens là, je m’en suis amusé pour n’en faire qu’un seul et même spectacle« , dira-t-il lors du même entretien.

Ainsi, sous son oeil averti, le danseur devient boxeur le temps d’une représentation. Seul, il affronte le ring. Seul, il affronte l’entraînement. Seul, il affronte son adversaire. Et le danseur, habituellement enfermé dans la solitude des comptes, du rythme, du souffle, de la fatigue, se confronte à la compétition et se fond dans ce double rôle.

La troupe, entourée par le Quatuor Debussy, est doublement encerclée : par le ring et par les cordes des joueurs. La force de Mourad Merzouki est sans doute d’avoir réussi à mettre en scène la présence des musiciens avec les danseurs et de lier subtilement l’art classique, la violence de la boxe et la beauté des gestes chorégraphiques.

Mourad Merzouki résume ainsi son travail : « De la boxe à la danse, comme une pirouette à l’image d’un Chaplin faisant d’un combat de rue une véritable chorégraphie empreinte d’humour. » Chapeau bas…Image de Compagnie Käfig CCN de Créteil et du Val-de-Marne Mourad Merzouk

Partager !

En savoir +

Théâtre National de Chaillot

29 octobre > 6 novembre 2010
Salle Jean Vilar

Horaires : 20h30
dimanche 15h30
Relâche : lundi
Durée : 1h10

Crédits photo : Michel Cavalca

Pièce chorégraphique avec la participation du Quatuor Debussy

Direction artistique et chorégraphie : Mourad Merzouki

Conception musicale : Quatuor Debussy et AS’N

Scénographie : Benjamin Lebreton avec la collaboration de Mourad Merzouki

Interprétation : Rémi Autechaud, Guillaume Chan Ton , Aurélien Desobry, Magali Duclos, Frédéric Lataste, David Rodrigues, Teddy Verardo, Steven Valade

Interprétation musicale : Quatuor Debussy : Christophe Collette, Vincent Deprecq, Dorian Lamotte, Seok Woo Yoon

La Compagnie Käfig / CCN de Créteil et du Val-de-Marne est subventionnée par la DRAC Ile-de-France, le Conseil Général du Val-de-Marne et la ville de Créteil. Elle reçoit le soutien de la Fondation BNP Paribas et l’aide de Culturesfrance pour ses tournées internationales

A propos de l'auteur

Image de : Née en 1985, Marine vit à Paris. Après avoir pensé à devenir avocate, magistrat ou danseuse étoile, elle décide in fine de rester dans l'univers suranné des livres qui ont formé son imaginaire. Elle a longtemps pratiqué la danse contemporaine, avant de trouver sa place sur les sièges élimés des théâtres. Écriture, spectacle vivant, danse : voici les mots clés qui l'ont poussée à devenir chroniqueuse pour Discordance.

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Jeudi 11 novembre 2010
    Battaglia a écrit :

    Exelent boxe boxe , je suis un ancien denceur des années 90  » années Sedney » de Paris ,moi je participait en Alsace avec Pedro …Renaud , bref c est sûre que c est vraiment de l’art …et force, merci

Réagissez à cet article