Bonnie & Clyde

par |
Le Bronx, Brooklyn, Harlem, le Queen's. Plongez dans les quartiers mal fâmés de New-York et redécouvrez la triste et célèbre histoire de Bonnie & Clyde à l'Alhambra. Un polar musical bienvenu pour ces fêtes de fin d'année.

bonnie_clydeavignonAlvarez ( Gilles Vajou ), parrain de la mafia New-Yorkaise, règne en maître sur son territoire et sa famille contrôle tous types de trafics. Les choses s’emballent avec la venue d’une mystérieuse voleuse de diamants. Alvarez, voulant récupérer son bien, envoie Clyde Barrow ( Fabian Richard ) pour régler l’affaire. mais la belle inconnue s’appelle Bonnie Parker ( Cécilia Cara ). Les deux jeunes gens tombent immédiatement et éperdument amoureux. Dès lors, rien ne sera plus jamais pareil à New-York.

Ce polar musical s’attaque donc à un gros morceau, tant il est vrai que l’histoire des deux gangsters fait parti intégrante de notre culture.
Le spectacle s’ouvre sur une chanson au refrain inquiétant ( Le Bronx, Brooklyn, Harlem, Le Queen’s ), avec un éclairage sombre ; rendant la tension directement palpable. De plus, le très bon décor (un vieil immeuble en brique, un grillage avec pour toute signalisation « Don’t even think of parking here ») ainsi que les costumes des acteurs nous plongent immédiatement dans l’atmosphère mafieuse du New-York des années 30.

La pièce a un rythme soutenu, et les chansons – bonnes, avec des textes percutants – viennent ponctuer les moments les plus intenses, sans tomber dans l’excès ou la caricature pour autant. Il faut souligner que les musiciens prennent également tous part à la pièce : Fabien Hilly joue Cosmo, patron d’un club miteux servant de couverture pour les trafics en tout genre, Raphaël Bankou (qui est également écrivain et compositeur du spectacle!) incarne le lieutenant Jakowsi, et Sabrina Boudaoud est Dina, serveuse pour Alvarez mais rêvant un jour d’intégrer la famille.

Il est un peu dommage que les chorégraphies, pas vraiment renversantes, les cascades et scènes de combat, prévisibles et un peu surjouées, ne viennent pas plus soutenir ce rythme appuyé. Mais la prestation des acteurs pour les parties à textes, la performance des musiciens et chanteurs lors des chansons nous replonge vite dans cet univers à la tension palpable.

On est en mesure d’attendre plus de l’adaptation d’un mythe tel que Bonnie & Clyde … Au final, ce polar musical nous permet de nous évader une heure et demi pour le New-York des années 30, ses clubs de musique et son lot de gangster ; sans prétention ni démesure, et de passer un bon moment.

Partager !

En savoir +

Bonnie & Clyde, du 22 décembre 2009 au 17 janvier 2010
Théâtre l’Alhambra
21 rue Yves Toudic
75010 Paris

Renseignements : 01.40.20.40.25 /
http://www.bonnieandclydelepolar.com/

Mise en scène : Antoine Lelandais
Auteur – compositeur : Raphaël Bancou
Avec : Fabian Richard, Cécilia Cara, Raphaël Bancou, Antoine Lelandais, Gilles Vajou, Magali Bonfils, Christine Bonnard, Sabrina Boudaoud, Fabien Hily

A propos de l'auteur

Image de : Martin Jeanjean est né en 1988 à Fontainebleau. Après être passé par le piano et la clarinette, il tombe amoureux de sa guitare, qu'il ne lâchera plus jamais, même après la Fin des Temps. Passionné d'art et de scène, il devient chroniqueur de théâtre pour Discordance, parce-que c'est franchement super cool. Egalement poète, il publie dans les revues "Borborygmes" et "Verso", et compte gratifier cette époque des poèmes qu'elle mérite; ce qui, croyez-le, n'est pas une mince affaire!

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article