Blackpool @ Le Backstage

par |
Les jeudis soirs au Backstage ne sont plus à présenter. Mais pour ceux qui auraient échappé jusqu’à présent à ces soirées parisiennes, il s’agit de rendez-vous rock ou pop qui proposent souvent de bien belles affiches pour nous faire danser toute la soirée.

blackpool-backstage-osullivan-paris-05-02-2009-2Pour débuter la soirée, les Clermontois de Kissinmas nous présentent leur nouvelle formation, plus restreinte qu’à l’accoutumée. Vient ensuite GOS et son set efficace, rempli de tubes potentiels. Ce groupe plus que prometteur – ils nous annoncent qu’ils ont enregistrés Taratata la veille dans la catégorie « jeunes talents » – a donc bien chauffé l’assistance avant le set de Blackpool .

23h. L’intro électro de Holes – et son riff entêtant – se fait entendre et progressivement le groupe se met en place. Et dès le début, les cinq membres de Blackpool nous embarquent dans leur univers complètement fou, à la croisée du gros rock qui fait sauter partout et de l’électro percutante. La forte personnalité du chanteur – Alex – nous amène définitivement dans leur monde. Le groupe enchaîne alors avec 2 kids – morceau qui prouve qu’il est possible d’allier la rythmique du duo basse / batterie à la mélodie d’une voix et d’un clavier psychédélique. Pas de répit avec une chanson « en hommage aux Franz Ferdinand » ( FFIYA ) et là aussi c’est un tube en devenir. Facile de comprendre alors pourquoi le Royaume-Uni est pour eux une terre de références (jusqu’au nom du groupe) : il est clair que Blackpool s’inscrit dans la lignée de ces groupes ayant un set travaillé et une véritable énergie scénique.

blackpool-backstage-osullivan-paris-05-02-2009-4Le concert prendra une jolie teinte pop avec le titre Ann, plus mélancolique, montrant ainsi une nouvelle facette du groupe. Là encore, c’est une réussite. Au point que Blackpool tente alors l’exercice difficile de la reprise. Et cette prise de risque est d’autant plus à saluer qu’il s’agit d’une cover en français (alors que tout le set se fait dans la langue de notre bon vieux Alex Kapranos ) d’un titre tirant davantage vers la variété que le rock’n'roll. Amoureux Solitaires de Lio . C’est un pari très risqué, mais. incroyablement bien réussi ! Le morceau a été complètement remanié et quiconque ne connaîtrait pas la version originale se dirait qu’il s’agit d’un morceau français hyper énergique et efficace ! La phase « pop » reprend avec On a roof, véritable coup de coeur personnel : on y sent une certaine nostalgie, mais le clavier est là pour nous ramener le sourire (s’il y a des chansons qui mettent de bonne humeur, celle-là en fait définitivement partie).

À peine le temps de s’en remettre qu’on est reparti dans la phase « électro » avec Human Bin, nous donnant alors cette incroyable envie de danser. Et ce n’est pas avec le 1er mai que cela passera. Un titre absolument incroyable qui s’il commence comme une machine de guerre indie pop à faire dodeliner toutes les têtes, ce 1er mai prend – dans sa deuxième moitié – un tournant beaucoup plus électro, rappelant alors la furie de certains morceaux des Foals . Ils nous offrent alors Pumpkins pour la fin du set, savoureux mélange d’électro-rock indé comme on les apprécie tant depuis le début.

45 minutes de bonheur donc, malgré un set tardif (les absents auront donc eu tort de quitter la salle pour cause de « dernier métro »), et assurément, un groupe à revoir rapidement ! Car en plus de leur efficacité scénique, les « French F**kers » (dixit leur album) sont aussi très généreux avec leur public.

Crédits photo : Nicolas Brunet (http://www.nicolasbrunet.fr)

Partager !

En savoir +

6 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 17 février 2009
    Flo a écrit :

    j’aime vraiment bcp tes reports de live :-)

  2. 2
    Nicolas Brunet
    le Mardi 17 février 2009
    nico a écrit :

    J’avais pas pu resté jusqu’à la fin du set. Dommage car apparemment il était plutôt bon.

    C’est pour quand le prochain ? :)

  3. 3
    le Mardi 17 février 2009
    isatagada a écrit :

    Donc en plus du reste tu écris bien ? Wahhhhhhhhhhhhh :-)
    Bisous !
    (ps : le nom de domaine a été acheté et wwww.blackpool.fr existe désormais ^^)

  4. 4
    le Mardi 17 février 2009
    the drumer a écrit :

    La prochaine fois comme à Nevers on fait monter sur scène !

  5. 5
    le Mardi 17 février 2009
    Eva a écrit :

    Et bien ça ne fait qu’une raison de plus a ajouter à la déjà longue liste des raisons pour lesquelles je DOIS habiter Paris ;)
    (même si Nevers, où ils ont joué à domicile, fut une réussite éclatante!!)
    Cheers et bravo vous tous (musiciens, manageuse, chroniqueuse, photographe…)!!
    Long live Blackpool ;)

  6. 6
    le Mardi 17 février 2009
    Philippe a écrit :

    Je viens d’écouter plusieurs titres sur MySpace… Je me suis crû téléporté à la grande période Madchester. Putain, c’est bon… très bon. Bon reportage sur le vif du set, bonne musique, bein… j’ai bien fait de passer.

Réagissez à cet article