Björk à Nîmes – 23.08.07

par |
Remember ... 4 jours après les Smashing Pumpkins à Colmar, cet été-là, il y avait Björk à Nîmes. Soit seulement 96 heures mais 670 kilomètres séparant deux artistes de mon Top 10... voire Top 5 !

Avant-propos

photo_034-2Les Arènes de Nîmes. Existe-t-il en France une grande salle plus appropriée pour une soirée de rêve ?

On se souvient de Björk à Bercy en 2003. Tournée Greatest Hits , concert de masse avec des fans hystériques nostalgiques d’ Homogenic . Une Björk froide, distante. A l’image du lieu. Rien à voir avec cette tournée Volta . Non, rien à voir avec CE concert. Car j’aime à croire que, cette nuit-là, il s’est passé quelque chose de spécial.

Fin du mois d’août, il semblerait que Nîmes soit le seul lieu en France où il fait 30 degrés. Le ciel est clément. Loin de la folie parisienne, on n’est pas obligé d’arriver à 13h pour être bien placé. Conditions parfaites.

Introduction

Première partie en attendant que le jour se couche. M.I.A. (à prononcer  » aime – aïe – ey « ). Deux chanteuses, un DJ. Et plein de chorégraphies hilarantes. Lors du concert de l’avant-veille, la jolie Sri Lankaise s’était fait huer par des fanatiques mal embouchés, racontent les forumeurs de bjork.fr : On s’en fout ! On veut Björk !

Affront que nous avons évité le 23, malgré un manque évident de bonne volonté. Parce que, M.I.A., même si on n’en ferait pas une overdose en album, honnêtement, en live, ça impressionne.

Développement

bjork_logoTombée du jour, la scène se métamorphose doucement, comme animée par les olas dont l’honore le public. On met en place des drapeaux, aux couleurs vives, illustrés d’animaux inattendus : grenouille, poisson. Des écrans sont posés à même le sol.

Et avec la nuit, arrive l’attendue. Ou plutôt, sa section cuivres, que l’on entendra à peine jouer, couvertes par les hurlements.

Depuis avril dernier alors que la chanteuse commençait ses shows avec Earth Intruders, l’effet de surprise s’était étiolé. Mais Björk n’est pas du genre à se reposer sur ses lauriers.

Ainsi donc, les premières notes entendues ce soir-là furent celles d’un morceau islandais classique, joué par les Wonderbrass arrivant seules sur scène : Brennið Þið Vitar .

Suivi de. Innocence .

Nouvelle setlist, nouvelle tenue, on est loin des tournées répétitives et programmées.

Et après le second single, tout s’enchaîne à une vitesse folle. Hunter et la Spider Björk . Unravel, tant espéré. Unison, plein d’émotion. Hope, à la hauteur de sa réputation : agréable mais sans plus. Jóga, passage obligé de sentiments en barre. The Pleasure is all mine, quel plaisir d’entendre du Medúlla, qui n’avait en 2003 pas fait l’objet d’une tournée, parce qu’entièrement vocal ! Hidden Place, divisant le public : les Wonderbrass sont-elles faites pour les choeurs ? La meilleure version à ce jour de Pagan Poetry, inimaginable : merci, Damian, pour les beats puissants qui ont dû faire trembler les vitres des Nîmois pendant 5 min 15 !

Tout comme les bruits de pas de Earth Intruders, soulignés par ceux des fans dans les gradins des Arènes. Une Army of me toujours aussi enragée et un I miss You comme au bon vieux temps (manquait juste les percussions !). La surprise d’un Vökuro au clavecin, suivi par un Wanderlust saturé d’émotion.

Et le final ! Quel final !

bjork-2Si l’enchaînement du léger Hyperballad et du bourrin Pluto a pu faire grincer des dents, il a bien fallu reconnaître que le tout, poursuivi en rappel par Oceania et Declare Independance, était un putain de final ! Point barre. Lumières vertes et confettis argentés, voilà comment on a dit au revoir.

Au revoir aux musiciens, plus qu’à la hauteur. Le retour de Mark Bell sur une tournée de Björk, un Damian Taylor survolté, mettant le feu même lorsqu’il n’y avait pas lieu ! Jónas Sen, toujours prêt à valser et les Wonderbrass, participant à la réorchestration quasi complète des morceaux, transformant Oceania en marche aux tonalités plus chaudes.

Et puis à Björk, dansant, faisant chanter le public (du jamais vu !), sur Pagan Poetry, Hyperballad, Declare Independance …, assurant de multiples pitreries… méconnaissable. On pouvait s’attendre à tout d’elle, mais une telle complicité…

Chaleureuse, visiblement heureuse d’être là… Comme tout le monde ce soir-là.

Conclusion

Dans cette setlist, assez peu de morceaux de Volta, finalement. (Seulement 5 sur… seulement 10 !) Mais on se surprend à ne pas le regretter. Un peu plus de 3 mois après a sortie de ladite galette, en effet, ne restait d’elle qu’un léger goût amer de déception.

Trop court, trop inégal, Volta ne mérite les annales que pour quelques morceaux, comme Earth Intruders, Innocence, Wanderlust ou Declare Independance . Pas pour rien, donc, que ces 4 chansons soient des singles, sortis, confirmés ou annoncés. Et qu’elles figurent en bonne place sur la setlist.

Quoiqu’il en soit, l’énergie ambiante dans les Arènes était indescriptible. S’il y avait UN concert de la tournée à faire, je pense, sans exagérer, que c’était celui-là.

Annexes

A. Set-List :

1. Brennið Þið Vitar

2. Innocence

3. Hunter

4. Unravel

5. Unison

6. Hope

7. Jóga

8. The Pleasure Is All Mine

9. Hidden Place

10. Pagan Poetry

11. Earth Intruders

12. Army Of Me

13. I Miss You

14. Vökuró

15. Wanderlust

16. Hyperballad

17. Pluto

Rappel : 18. Oceania, 19. Declare Independence

B. Musiciens

Mark Bell (machines)

Chris Corsano (batteur)

Jónas Sen (pianiste)

Damian Taylor (programmeur)

Wonderbrass (cuivres)

C. La tournée continue

26.10.2007 – TIM Festival (Brésil)

28.10.2007 – TIM Festival (Brésil)

31.10.2007 – TIM Festival (Brésil)

04.11.2007 – Teatro Gran Rex (Argentine )

07.11.2007 – Teatro Gran Rex (Argentine )

10.11.2007 – San Carlos de Apoquindo Stadium (Chili)

08.12.2007 – Huentitan Canyon (Mexique)

12.12.2007 – Nokia Theatre (USA)

15.12.2007 – Palms Casino Resort (USA)

Crédits photos : Delphine T., VIOLHAINE

—–

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Miss Cinéma de Discordance et chroniqueuse hétéroclite since 2005. [Blog] [Twitter]

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Samedi 20 octobre 2007
    kyra a écrit :

    et 2 jours avant (26/08) la grande prêtresse aux pieds nus donnait un show mémorable dans le domaine de St Cloud, clôturant magistralement le festival de Rock en Seine …

    à ce propos, la suite de mon papier est en cours, mais je ne m’attarderai pas autant sur sa prestation :)

    Merci pour ce compte-rendu détaillé et passionnant.

  2. 2
    VIOLHAINE
    le Dimanche 21 octobre 2007
    VIOLHAINE a écrit :

    2 jours avant ???
    HAAAA mais non ! Nîmes c’était le 23 /08/07 !
    C’est quoi cette faute de frappe !!!
    Mais merci, kyra ! Et j’ai hâte de voir ce que tu diras de Rock en Seine, même succintement !
    ;)

Réagissez à cet article