Bertrand Cantat au théâtre : un parcours semé d’embûches

par |
La question ne s'était pas posée, en France, lorsque Bertrand Cantat était venu timidement pousser la chansonnette au côté du groupe Eiffel, trois ans après sa libération conditionnelle. Peut-être car il fait dorénavant parti de ces colosses de la chanson française. Pourtant, de l'autre côté de l'Atlantique, ce n'est pas la même chanson. Loin de là.

Nous nous souvenons tous de l’émotion qu’avait suscitée le retour de Bertrand Cantat, ancien frontman de Noir Désir, auprès de ses fans de la première heure. Une sorte de renaissance musicale au côté de ses amis d’Eiffel aux « Rendez-vous de Terres Neuves » en octobre 2010 ; comme si le temps s’était arrêté pour plus de deux mille spectateurs retenant leur souffle, émus et surpris.

Et puis plus rien.

C’est sans compter sur l’initiative du Théâtre du Nouveau Monde, situé à Montréal, qui a gentiment convié Bertrand Cantat à réapprivoiser la scène en mai 2012 dans le cadre de la composition musicale, tout d’abord, mais également au sein des chœurs d’une trilogie « Sophocléenne», des Femmes, mise en scène par son ami Wajdi Mouawad !

Cependant, le passé de Cantat le rattrape au galop. Ayant été condamné en 2003 par le tribunal de Vilnius (Lituanie) pour le décès tragique de sa compagne, Marie Trintignant, le sujet de son retour sur scène crée la polémique dans tout le pays ; ainsi que sur la toile où de nombreux commentaires virulents fleurissent :

« Son œuvre tombe au niveau de celles de Charles Manson ou de Bobby Beausoleil (Lucifer rising…) c’est comme ça quand on tue quelqu’un et qu’on n’a pas de génie, seulement un bref talent souvent imposé pas les médias et quelques rêveurs sans oreilles. » lisepa

« Cet animal est responsable de ses gestes. L’alcool n’est pas une excuse, il n’avait qu’à pas boire. Quand un minable s’en prend à quelqu’un de plus faible (physiquement ou mentalement) c’est à la société de le punir » jeune étudiant

On ne peut alors que souligner les amalgames et la vulgarisation du dossier puisque le chanteur n’a pas été condamné pour assassinat prémédité, mais pour « meurtre commis en cas d’intention indirecte indéterminée » autant dire « un gros bordel ».

Le chanteur pourrait même avoir la loi canadienne contre lui puisque selon la loi sur l’immigration et la protection des réfugiés : « Emportent interdiction de territoire pour grande criminalité les faits suivants [...] b) être déclaré coupable, à l’extérieur du Canada, d’une infraction qui, commise au Canada, constituerait une infraction à une loi fédérale punissable d’un emprisonnement maximal d’au moins dix ans; » (la perpétuité étant possible pour un homicide involontaire)

De son côté, la directrice du théâtre, Lorraine Pintal, se défend de tout coup de pub et indique : «Je n’ai pas pris cette décision à la légère, j’étais bien consciente que cela allait provoquer des remous. Je sais que Wajdi veut l’aider à vivre sa réinsertion sociale». En effet, au Canada existe la notion de « pardon » qui offre aux condamnés ayant purgé leur peine et prouvé qu’ils respectent (dorénavant) la loi, le retrait de leur dossier judiciaire du système classique de la police canadienne et sa mise de côté. Une mesure mise en place pour facilité la réhabilitation des anciens détenus donc, puisque le site la Commission des libérations conditionnelles du Canada souligne « La Loi canadienne sur les droits de la personne interdit toute discrimination envers les personnes qui ont obtenu un pardon, qu’il s’agisse de la prestation de services à ces personnes ou de leur admissibilité à un emploi dans un organisme fédéral. »

Une mesure qui, même si inapplicable ici puisque Bertrand Cantat est ressortissant français, pourrait faire croire une mentalité nationale pro réhabilitation, mais qui semble vaine pour quelqu’un de connu et de reconnu comme lui.

« Bertrand Cantat peut-il continuer d’être un artiste ? » s’interroge Stéphane Laporte, chroniqueur québécois. Pourtant les fans de Chris Brown ne se posaient pas plus la question que cela, le jour où le rappeur molesta sa petite amie, Rihanna, pour s’en sortir avec en tout et pour tout six mois de travaux d’intérêt général. Idem concernant l’engouement actuel pour Charlie Sheen pourtant inculpé pour avoir mis un couteau sous la gorge de sa femme le jour de Noël, qui surfe sur sa notoriété de bad boy, sortant ligne de t-shirt et autres boules à neige !

À l’inverse de tout ce battage, le théâtre reçoit des lettres de soutien en grande quantité, mais se demande quelle attitude adopter : continuer au nez et à la barbe des détracteurs ? Retirer Cantat de la scène, mais le laisser à la composition ? Tout annuler ?

Le chanteur reste discret sur le sujet, mais malgré un talent indéniable et ayant officiellement purgé sa peine en 2010 (après quatre ans d’emprisonnement suivi d’une liberté conditionnelle), Bertrand Cantat n’est pas au bout de ses peines.

En attendant, la pièce sera présentée au Festival d’Avignon (20 au 25 juillet) AVEC Bertrand Cantat. Parallèlement, Jean-Louis Trintignant, père de Marie, après avoir appris la présence de celui qui fut la cause du décès de sa fille, annule sa participation au dit festival.

[Update du 8 avril 2011] : Bertrand Cantat annule sa présence au Festival d’Avignon, a annoncé le communiqué de presse de la compagnie de théâtre de Wajdi Mouawad : « Pour des raisons personnelles et par respect pour la douleur de la famille Trintignant, Bertrand Cantat a choisi de ne pas participer au Festival d’Avignon. Cette décision ne remet pas en cause, pour l’instant, sa participation au spectacle à Montréal. » Pendant ce temps, le Canada étant en pleines élections fédérales, chaque parti politique va de son commentaire sur la légitimité ou non de la participation de Cantat au sein de la pièce de théâtre sur leur sol. Affaire donc à suivre.

[Update du 10 avril 2011] : Suite à la vague de protestation concernant la venue de Bertrand Cantat sur le sol canadien, l’ex-chanteur de Noir Désir ne se produira finalement pas sur la scène de Montréal et d’Ottawa. Nous verrons alors bien où le vent le portera.

Illustration : Capture d’écran/Danser sous la tempête

Partager !

En savoir +

Fiche de l’évènement sur le site du TNM : http://www.tnm.qc.ca/saison-2011-2012/Des-femmes/Des-femmes.html

Jugement de la Cour d’Appel de Toulouse concernant la libération conditionnelle de Bertrand Cantat : http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/cantat2.pdf

A propos de l'auteur

Image de : Co-responsable de la rubrique Musique sur Discordance.fr. Et même qu'une fois, je me suis faite accréditée sur un concert de Justin Bieber !

3 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Dimitri L
    le Vendredi 8 avril 2011
    Dimitri a écrit :

    J’allais venir rafraîchir l’article… Bertrand Cantat a effectivement annulé.

    Attention à ne pas tomber dans le folklorique, on dirait qu’il joue au chat et à la souris. « X » vient alors « Y » annule… Ce manège risque de durer longtemps.

  2. 2
    le Vendredi 22 avril 2011
    Marie a écrit :

    merci de ne pas tout mettre dans le même sac non plus hein, ok B.Cantat a purgé sa peine et être artiste est son métier mais contrairement à lui Chris Brown ou Sharlie Sheen n’ont pas provoqué la mort de qui que ce soit !!!!!!
    Incomparable compte tenu du contexte, des personnes et de leur personnalité!;)

  3. 3
    Laura
    le Mardi 26 avril 2011
    Laura a écrit :

    A une ou deux bagues prêt, Chris Brown aurait pu tout autant tuer Rihanna, encore mineure (20 ans au moment des faits). La « chance » aura voulu qu’il enlève tout son attirail bling-bling avant de molester la jeune fille.

    « Chris Brown sera poursuivi par la justice pour coups et blessures et sera condamné à 180 jours de travaux d’intérêt général, ses avocats lui évitant la peine de prison de 5 ans qu’il encourait. »
    3 mois de jardinage contre 5 ans de prison ferme : joli deal pour Chris Brown !

Réagissez à cet article