Bensé

par |
Dans la musique, la première qualité après le talent, c’est la patience. Et pour preuve qu’il ne faut jamais baisser les bras, le succès grandissant d’un Bensé qui, après dix ans de vagabondage entre les premières scènes de son Nice natal et son arrivée à la capitale, trouve enfin la reconnaissance qui lui est due.

bense-2Un album sorti le 20 mai dernier et qui s’écoule comme des petits pains, le prix Premières des Francofolies qui lui permettra de faire la première partie de Tryo sur quelques dates en automne prochain et une grosse tournée qui s’annonce sous les meilleurs hospices. Bensé semble avoir choisi un super jet pour assurer son envol. Une fève miraculeuse se cacherait t-elle sur ce premier album ? Écoutons et jugeons.

Honneur à la guitare pour un chanteur qui assume des influences comme Nino Ferrer, Maxime Le Forestier et bien sûr Georges Brassens . Une forte base à la sèche, qui ne laisse aucune place à l’électrique, mais qui partage bien volontiers son trône avec sa frangine la basse. Un harmonica qui donne des accents de jazz manouche et qui semble nous nous ramener tout le soleil de la Méditerranée ( Angela ). Mais Bensé ne se contente pas de cette base pop-folk et fait intervenir discrètement les bons vieux classiques grâce à la participation décalée d’ Elodie, tromboniste et violoncelliste de talent ( Moshé, Ma veuve ).

Détail assez sympathique, le bassiste de Bensé, Jill de Jill is Lucky, n’est autre que son petit frère. Le titre Mon frère s’illustre d’ailleurs par une vraie déclaration, sans d’autre accessoire qu’une guitare nous faire partager cet amour fraternel timide mais d’une grande force.

Mais où caler l’étiquette de chanteur à texte au milieu de ces musiques déjà bien riches ? Partout et le plus naturellement du monde, à l’instar de n’importe quels vers de bonne poésie. Bensé assume sa folle envie de vivre, comme cela lui chante sans n’avoir de comptes à rendre à personne ( Au grand jamais ) vivant avec ses hauts, ses bas et toute la palette intermédiaire ( Dans ma soucoupe ). Comme tirés par un petit fil magique, vous sentirez vos zygomatiques se soulever au fur et à mesure de l’écoute de l’album. Cinquante minutes exactement, ponctuées de petits soleils et d’un optimisme indéfectible, pour se délasser et laisser de côté toutes les prises de tête du quotidien.

Un chanteur, auteur, compositeur et musicien de talent, mais qui a également eu la bonne idée de s’entourer de deux acolytes de talent : Rose pour le morceau Petite et Tété pour Dans ma soucoupe . La première est à savourer, la tête posée sur une épaule câline, en écoutant battre le coeur de votre partenaire et en laissant vos batteries se recharger. Douce voix que celle de la merveilleuse Rose répondant parfaitement à la suavité de celle de Bensé . La deuxième pourrait être la bande sonore idéale de la pire journée de votre vie. Entendre la voix caressante de nos deux compères répéter « J’ai tout perdu, je n’ai plus rien, je suis foutu, je m’en fous bien ! » cela devrait vous aider à relativiser.

Une musique qui ne remue certes pas ciel et terre, mais qui déploie un éventail de sons allant de la ballade douce et presque mélancolique ( Mon frère ) au morceau emporté et franchouillard ( Buvons ) en passant par le genre de mélodies entêtantes qui ne vous lâchent pas de la journée ( Petite, Au grand jamais ).

Laissez-vous faire, le charme de Bensé opère tout seul.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : J'ai atterri à Paris à mes 18 ans pour ma licence en art du spectacle chorégraphique. La danse, ou plutôt les danses sont en effet ma passion, aussi bien dans la pratique que sous leur aspect théorique. J'aime observer, analyser, comparer et essayer de comprendre, mais étant danseuse et comédienne avant tout, je sais aussi qu'il n'y a aucune vérité de jugement au niveau de l'art, il n'y a que des points de vue. Je reviens juste d'une année sabbatique qui m'a conduit entre San Francisco et Los Angeles et je m'apprête donc à continuer mes études avec un master en études théâtrales (le but étant d'intégrer un master pro en journalisme culturel l'année prochaine).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article