Ben Harper à la Cigale

par |
En cette soirée du 20 avril, nous avions le choix entre une manifestation de Tamouls en Gare du Nord, et un concert de découverte du nouvel album de Ben Harper, à la Cigale. Bizarrement, nous avons opté pour la seconde proposition.

ben4-miniPour pénétrer le sanctuaire de la Cigale, il fallait faire partie des abonnés à la newsletter du site web de Ben Harper, et accessoirement avoir le clic rapide.
Les couples font légion dans la salle, soit parce que deux places maximum étaient autorisées par achat, soit parce que l’auteur de Waiting On An Angel et de Diamonds In The Inside a signé des bandes-son parfaites pour idylle romantique. Mais pas que. En neuf albums naviguant entre soul, folk, blues et rock, Ben Harper a su se renouveler et cultive toujours ce goût de l’éclectisme : un album reggae ferait partie de ses futurs plans.

Délaissant The Innocent Criminals qui officiaient sur le précédent album, c’est avec de nouveaux musiciens, les  Relentless 7, qu’il entame cette tournée dont seulement une autre date est prévue en France, au Printemps de Bourges.
Le son se voulant avant tout rock, le choix des musiciens est excellent : composé de Jason Mozersky à la guitare, Jesse Ingalls à la basse et au clavier et de l’infatigable batteur Jordan Richardson, le combo apporte une superbe énergie au show. Celui qui se doit d’être le clou du spectacle, Ben Harper, trône sur scène au milieu d’un parterre de tapis avec sa guitare sur les genoux. Assis, tranquille, il n’a pourtant aucun mal à nous en mettre plein la vue, atteignant des summums de coolitude. En digne héritier de Jimmy Hendrix, il fait miauler ou feuler sa guitare en slide.

Dès l’introduction du show, la messe est dite : Better Way prend ses atours les plus rock et Ben force déjà sur sa voix pour lui donner cet aspect délicieusement éraillé. Le public est aux anges et tape des mains avec ferveur tout au long du concert, même quand il serait plus approprié de se plonger en douceur dans les morceaux. Ben Harper reste peu loquace, malgré les interjections du public : « God bless you, Ben ! ».
Peu de classiques seront joués ce soir, le concert étant dédié à la découverte de White Lies For Dark Times soit : une jolie ballade avec guitare acoustique ( Skin Thin ), Ben qui s’énerve enfin un peu avec ses maracas ( Boots Like These ) sur un air qui fleure bon la côte sud des États-Unis, ou une escapade groovy ( Keep It Together ).

On appréciera quand même une jolie version d’ Another Lonely Day au rappel, morceau qui donnerait des frissons à une porte de prison. Pour pimenter un peu la set list, le groupe se livre à une reprise de Queen, Under Pressure . Mouais, ça frôle le hors-sujet.

Bien que le concert aura totalement joué la carte du « plus fort, plus rock », il lui a manqué la petite touche soul qui aurait fait vibrer la Cigale. À vérifier sur la galette qui paraitra le 27 avril.

Setlist : Better Way / Number With No Name / Shimmer And Shime /Lay There & Hate Me / Why Must You Dress / Shin Thin / Fly One Time / Keep It Together / The Word Suicide / Boots Like These / Lonely Day / FaithfullyRemain / Under Pressure (Queen) / Up To You Now

Crédits photo : Nicolas Brunet (http://www.nicolasbrunet.fr)

Partager !

En savoir +

Le site de Ben Harper : www.ben-harper.com

A propos de l'auteur

Image de : Depuis 2004, Julia parcourt les festivals et les salles de concerts en quête de sensations musicales fortes et affiche un net penchant pour la scène indépendante montréalaise, le folk, l'électro et le rock. Malgré une enfance biberonnée à la culture populaire des années 90, sa bibliothèque ITunes n'affiche presque rien entre 1985 et 2000. Repêchée trois fois par le vote du public, Julia anime désormais la rubrique Musique avec Pascal et Laura. "Discordance m'a sauvée". Mon blog / Twitter

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article