BB Brunes au Zénith

par |
En longeant la longue allée qui mène au Zénith, un vigile nous interpelle : « Le concert débute dans cinq minutes ». C'est la panique parmi les gens qui m'entourent et qui commencent à s'offrir un sprint. Les gens ? Que dis-je : les enfants, les gamines suivis de prêt par leurs parents. Ce soir, le public a quatorze ans et je ne crois pas en avoir plus : BB Brunes are on the stage.

bb2C’est officiel, le concert est sold-out et c’est rassurant de voir des têtes connues dans la zone réservée aux photographes, les oreilles détruites par les cris stridents des jeunes filles en fleur en train de se faire écrabouiller par les barrières de sécurité mais tellement excitées de voir leur BB idoles en chaire et en os !

Autant dire qu’il n’y aurait pas eu besoin de première partie pour chauffer le public mais les Sheraff arrivent sur la scène. Un style qui musicalement ne colle pas vraiment, sorte de grunge pour garçons propres sur eux. Gentillet sans plus. Entracte. Les techniciens prennent leur temps et les « B,B. B,B » se font plus qu’entendre. De quoi finir définitivement sourde avant même le début des hostilités.

Tout le petit monde est à son poste : Adrien, Félix, Karim ainsi que Bérald le petit nouveau dorénavant totalement intégré au groupe. Le concert débute par un BB Baise Moi survolté ! Les morceaux s’enchaînent avec une grâce des plus rock’n'roll : Sixty Eight, Perdu Cette Nuit et la fameuse Le Gang qui transforme les mamans accompagnatrices en véritables groupies elles aussi ! Tout le monde y trouve son compte. La set-list est impressionnante et tous les titres de l’album passeront sous le doigt de nos quatre garçons dans le vent (tiens donc..) et même plus, puisqu’on notera quelques reprises comme celle d’ I bet you look good on the dancefloor des Arctic Monkeys .

bb1C’est alors les premières notes d’ Houna qui retentissent et son fameux « Des plus belles jambes et de la place pour trois » repris en coeur par le public ! Des soutiens-gorge volent dont un bien rembourré qui finira porté par Adrien . Après quelques minutes de franche rigolade, le chanteur tombera même le T-shirt et provoquera par la même occasion une nouvelle flambée d’hystérie parmi la foule !

C’est au tour de J’Ecoute les Cramps qui, j’avoue, est ma préférée : toute en subtilité, en sensualité et en sexualité, le tout sur un rythme effréné, un vrai régal ! Rideau. C’est le moment du rappel. Seul Adrien revient sur scène avec pour unique accompagnement sa guitare et sa cigarette (ainsi que sa forte alcoolémie ?). Après quelques accords Félix débarque à son tour pour arroser gaiement son camarade avec la plupart des bouteilles d’eau présentes sous sa main experte. Le Zénith se transforme alors en vraie piscine sur les morceaux suivants. Une dernière étreinte musicale sur Dynamite, façon magique de quitter la salle sur ces notes. ces mots.

On tire une dernière taffe. On se rhabille à la va vite. Ce soir, les rues de Paris nous appartiennent.

Set List :

BB Baise / Sixty Eight / Perdu Cette Nuit / Le Gang / Seul ou Accompagné / Brune BB / Summer Day / So Far So Long / Blonde Comme Moi / Bouche Bée / Confusions Printanières / Dis Moi / Mr Hyde / Le Ska / Cavalier Noir / I bet you look good on the dance floor / Houna / Pas Comme Ça / J’Ecoute les Cramps / Chanson Cachée / Fire – My Generation – New York / Dynamite

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Co-responsable de la rubrique Musique sur Discordance.fr. Et même qu'une fois, je me suis faite accréditée sur un concert de Justin Bieber !

4 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Dimanche 16 novembre 2008
    c4n4r a écrit :

    Je vais passer pour un mec trop pas ouvert aux nouvelles vagues et tout et tout mais je trouve franchement que ce groupe est une calamité.
    Ce groupe n’invente absolument rien, est pauvre dans ses instrus, les textes sont faussement provocants et pour finir ce n’est surement pas l’humilité qui risque d’étouffer ces 4 gaillards.
    Je déteste vraiment cette nouvelle vague de pseudo rock branchouillard parisien, j’espère vraiment que cette mode passera rapidement, en attendant je retourne me remettre un bon dyfunctional by choice!

  2. 2
    le Dimanche 16 novembre 2008
    Dahlia a écrit :

    On peut trouver franchement pire que les BB Brunes qui sont à mon sens les moins tête à claques de toute cette clique de BabyRockers… (ce qui ne veut pas dire non plus qu’ils sont les meilleurs)

    Tiens regarde un peu ce superbe post de chez Fluctuat Musique, là pour le coup, ils ont réussi à dégotter la timbale!

    http://musique.fluctuat.net/blog/31993–j-me-ferais-bien-une-plasticines-.html

  3. 3
    le Lundi 17 novembre 2008
    c4n4r a écrit :

    Ah oui je pense bien qu’il doit y avoir pire que les BB brunes. D’ailleurs ce n’est pas tant le groupe que je déteste mais plutot cette nouvelle vague baby rockeur bougeois bohème des beaux cartiers. quand on pense que quelques années plus tard on écoutait Luke et déportivo à la radio…

  4. 4
    le Samedi 22 novembre 2008
    Vincy a écrit :

    J’aime beaucoup ton emploi de « cartiers » à la place « quartiers » : cela résume bien la situation ! :)

    Pour expliquer un peu mon parcours, au commencement je suis une pro Dagoba et autres groupes portés sur l’efficacité qu’on pourrait qualifier de « simple et précise dans ta face », donc les BB Brunes si j’avais pu les lapider sur la place publique je l’aurais fait avec plaisir.

    Cependant un jour j’ai pris mon mal en patience, je me suis poser et j’ai écouté, au final gros coup de coeur question paroles et mélodies notamment sur Dynamite qui chamboule mon petit ventre (à moins que ca soit le repas d’hier soir qui ne passe pas !).

    Forcément il ne faut pas partir réfractaire dès le début mais ouvert à l’hypothèse de voir plus loin que le bout de son nez.

    Après, question humilité, ce sont quatre têtes à claques, c’est clair et net mais je compte pas me mettre en collocation avec eux donc no problem.

    Voilou les p’tits loups, en espérant réussi à vous expliquer pourquoi j’ai choisi de faire cette chronique longtemps après avoir fêté mon quatorzième anniversaire !

Réagissez à cet article