Bang Gang

par |
En 1998, cet islandais venait de sortir un premier album sobrement intitulé « You ». Accompagné de la voix magnifique de Esther Kalia Casey (membre du groupe à l'époque) ce premier essai au son atmosphérique mais au rythme presque dub ne passe pas inaperçu et emmène notre artiste loin de son grand nord.

banggang_photoDix ans plus tard, c’est accompagné d’une toute autre formation que Bang Gang est de retour en France pour la sortie de son dernier album, Gosts From The Past, plus rock mais toujours aussi susurré. Un concert à l’ambiance intime et décalée, en totale harmonie avec des musiciens à brushing et pantalons slim qui investiront cependant la scène du Showcase une Heineken à la main.

Si un mauvais son peut très vite venir gâcher la meilleure des prestations, le problème viendra ici plutôt des éclairages. Bardi Johannson qui a déjà l’air fantomatique au naturel, est ici violemment éclairé par un spot agressif qui ne fait qu’accentuer son teint blafard et son regard vide. De derrière ses lunette le chanteur semble en effet bien lointain, complètement absorbé par les jolis néons roses et bleus qui décorent tout le plafond de la salle. Le reste du groupe devra se contenter de mini veilleuses enfumées et de rapides balayages de spots.

Musicalement on se retrouve dans une ambiance posée, où le rock donne envie de secouer mollement la tête, porté par ces ondes doucereuses. Mais le show ne débutera vraiment qu’au troisième morceau, lorsque les Bang Gang arrêtent de jouer les animateurs pop-rock pour midinettes pour rentrer dans leur véritable rôle de rockeurs aux guitares électriques et métalliques. Exit les mélodies raie sur le côté, les enceintes vont enfin pouvoir servir à quelque chose.

Bardi Johannson a l’air de bien contrôler la situation de ce qui se passe tant sur scène que dans la fosse. Le public ne tarde pas à reprendre en choeur les roucoulements suaves du chanteur qui semble savourer chacun des accords résonant sur les pierres apparentes de cette salle creusée sous un pont. Malgré un français cahoteux, il n’hésite pas à faire de nombreuses remarques à l’assistance et devant les hurlements d’une partie de ses fans, il ne peut s’empêcher de s’étonner : « Vous bourrés ? Pour moi si vous criez comme ça, c’est vous bourrés. »

Les musiciens quant à eux s’amusent à échanger leurs instruments à l’instar du clavier qui n’hésite pas à s’empoigner d’une guitare pour des solos ravageurs ou à pousser la chansonnette quasiment seul sur scène. Au fil du set, l’ambiance ira grandissante, d’ailleurs les guitares des Bang Gang n’ont pas l’air d’avoir l’habitude de se faire gratter aussi violemment. La belle demoiselle de notre chanteur en perdra d’ailleurs une corde avant que le bassiste ne lui redonne ses six cheveux de métal en un temps record.

Bref un concert des plus sympathique avec une fin comme on les aime, qui monte en pression et qui laisse les jambes encore toutes électriques de ce moment rock. Moi qui ne connaissais absolument pas le groupe, j’avoue repartir réellement convaincue. Le genre de musique à garder pour les soirées à deux, balancées et calmes au début pour révéler un final ravageur.

Crédits photo : Morgan Cugerone (http://www.ipositives.net/)

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : J'ai atterri à Paris à mes 18 ans pour ma licence en art du spectacle chorégraphique. La danse, ou plutôt les danses sont en effet ma passion, aussi bien dans la pratique que sous leur aspect théorique. J'aime observer, analyser, comparer et essayer de comprendre, mais étant danseuse et comédienne avant tout, je sais aussi qu'il n'y a aucune vérité de jugement au niveau de l'art, il n'y a que des points de vue. Je reviens juste d'une année sabbatique qui m'a conduit entre San Francisco et Los Angeles et je m'apprête donc à continuer mes études avec un master en études théâtrales (le but étant d'intégrer un master pro en journalisme culturel l'année prochaine).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article