Babylon Circus – La Belle Etoile

par |
Babylon Circus, un acteur incontournable de la scène festive française. Son absence pendant plus de 5 ans s'est faite ressentir, comme si le maître en son genre avait décidé de tirer sa révérence définitivement. Mais lorsque fin 2008 la bande déjantée cuivrée annonça son retour pour le printemps 2009, on trépignait d'impatience à l'idée de se délecter de la nouvelle galette, intitulée La Belle Étoile .

cover_babylon Babylon Circus est un collectif à l’oeuvre depuis 10 ans. Avec seulement quatre albums à leur actif, ils se sont forgés une réputation digne de ce nom. Comme quoi la qualité n’attend pas le nombre des albums, et la notoriété acquise par le groupe a atteint des proportions inespérées. Force est de constater qu’aujourd’hui la machine infernale de Babylon Circus continue d’amasser encore et toujours plus de monde. La tournée symbolisant le grand retour en 2009 bat actuellement tous les records.

Les neuf membres brûlants n’ont pas perdu leur fougue, loin de là, et ils savent encore l’exploiter à merveille. La composition du nouvel opus La Belle Etoile en est la preuve. La première écoute reflète le chemin parcouru par l’ensemble du groupe, cinq années passées à travailler autour du Babylon Circus Experience auront été bénéfiques pour la qualité du travail fourni. Musicalement, l’étiquette « ska/fanfare » peut être décollée, car Babylon Circus n’hésite pas à explorer d’autres pistes.
Les cuivres sont toujours présents mais plus en retrait par rapport aux guitares. Rock, alternatif et chanson française se mêlent au milieu d’un ska beaucoup plus atténué, mais tout en restant dans le même état d’esprit.

Ne me faites cependant pas dire que Babylon Circus tourne le dos à ses origines ! Le côté critique et fanfare est toujours présent : il prend toute son ampleur sur le morceau La Cigarette qui se la joue très Carpe Diem. Ce morceau est d’ailleurs une reprise des Barbarins Fourchus .
On retrouve la finesse et la dérision sur les faits de société actuels racontées à la sauce Babylon Circus avec le très réussi Le Fils Caché du Pape . Cette compo co-écrite avec Mickaël Fumon (Mickey 3d) attaque directement les derniers propos de Benoit XVI concernant l’usage du préservatif. La poésie se mélange au trombone et aux cuivres percutants de façon très mélodieuse et entraînante.
Marions Nous Au Soleil dénonce de façon festive les dérives de la société de consommation liées au rêve américain avec un featuring de Karina Zeniani . Chaque morceau y va du sien !

On s’imagine déjà en train de sauter sur des titres tels que Nina, L’envol ou Sista, tout droit sortis des débuts du groupe, avec des airs de basse et de reggae sur Sista qui en feront craquer plus d’un !
Mais là où l’album se démarque le plus des précédents, c’est sur certaines pistes comme Des Fois ou Sur La Tête qui s’affirment comme de véritables parades acoustiques, où les rythmiques de guitares et de claviers sont d’une stabilité déconcertante. Oui, Babylon se teste sur la chanson française… on aime comme ils manient les mots, avec légèreté, facilité, un peu à la façon de La Rue Kétanou .

La Belle Etoile étonne, c’est le premier mot que nous avons à la bouche. Cette nouvelle galette est soignée, et surtout nous propose des rythmiques et mélodies très variées. Babylon n’hésite pas à élargir son champ d’utilisation d’instruments et de styles. Un tournant musical indéniable, mais Babylon Circus s’est renouvelé positivement. Là est l’essentiel.
Que le groupe s’hasarde même sur des soupçons électroniques ou des claviers plus dominants, cela ne nous choquera même pas.

Babylon Circus a grandi, La Belle Étoile est partie pour briller un bon moment.

Babylon Circus, La Belle Etoile, 13 titres, 39 minutes, 9 Mars 2009.

Partager !

En savoir +

http://www.myspace.com/babyloncircus » href= »http://www.myspace.com/babyloncircus »>Site Officiel->http://www.babyloncircus.com] / [Myspace

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article