Azul

par |
Peut-on changer ce qui est écrit dans les étoiles ? Le destin existe-t-il ? Daniel Sanchez Arévalo essaie d'y répondre dans son premier film "Azul" où gravitent des personnages attachants et écorchés qui tentent d'atteindre une vie meilleure.

Avec son film, dont le titre original est Azul oscuro casi negro, Daniel Sanchez Arévalo nous présente de manière imagée l’avenir « bleu nuit presque noir » de personnages authentiques et attachants. Jorge s’occupe à plein temps de son père paralysé et grabataire. Pour gagner sa vie, il est concierge dans un immeuble, mais il rêve d’ascension sociale et prépare en cours du soir un master en gestion. Antonio, son frère, va bientôt sortir de prison. Il y laisse sa petite amie Paula, qui lui demande de lui faire un enfant avant qu’il ne soit libéré. Son meilleur ami Israël découvre un lourd secret familial qui lui fera prendre conscience de son homosexualité. Quant à Natalia, son amie d’enfance, elle revient d’un séjour à l’étranger ce qui marque son entrée dans la vie active.

Tous ces personnages ont un point commun : ils sont piégés dans une bulle qui les empêche de réaliser leurs rêves. Une bulle transparente et fine qu’eux seuls sont capables de percer. En lutte permamente contre leur destinée, ils prendront peu à peu conscience qu’ils ne pourront pas tout obtenir et qu’il leur faudra faire des choix. Au fil de l’histoire, nos héros se rendront compte qu’ils sont les seuls à pouvoir briser leurs chaînes, qu’ils ne sont pas dépendants les uns des autres et qu’ils sont libres de penser et d’agir pour atteindre la vie qu’ils souhaitent.

Cette brochette d’acteurs déjà réputés en Espagne comme Marta Etura (Paula) et Antonia de la Torre, récemment vu dans Volver de Pedro Almodovar, dégage une atmosphère satirique, légère et dynamique. Le spectateur se surprendra à sourire de situations cocasses telles que les scènes sur le toit de l’immeuble entre amis, les relations chargées d’amour et mêlées de haine entre un père et son fils, ou encore les relations amoureuses dans le milieu carcéral.

Un film social qui touchera chacun au plus profond de son âme, en mettant en relief cette palette de sentiments que tout individu ressent lorsqu’il se trouve à un tournant de sa vie: amour, haine, passion, doute, peur et espoir.

Avec son premier film Daniel Sanchez Arévalo fait une entrée fracassante dans la cour des grands. Nous ne pouvons que présager pour ce jeune réalisateur un avenir bleu sans nuage.


Partager !

En savoir +

Myspace: http://www.myspace.com/azul_lefilm » href= »http://www.myspace.com/azul_lefilm »>http://www.myspace.com/azul_lefilm

A propos de l'auteur

Image de : Après une courte et intense carrière dans le monde du marketing, Anne-Laure s'est lancé dans la grande aventure! En 2009, elle intègre l'Institut des Métiers de la Communication Audiovisuelle en Avignon, et sait à présent manier avec dextérité caméras, appareils photos, microphones et bancs de montage en tous genres. Elle apporte son soutien journalistique à la rédaction de radio Raje en Avignon en réalisant interviews et chroniques. Discordance, elle l'a vu naître et grandir, faire ses premiers pas sur la toile, et participe de manière épisodique à son contenu rédactionnel. Bref, vous l'aurez compris, Anne-Laure touche à tout, l'image, le son, l'écriture, mais elle aime aussi les éclairs au café, qu'on lui raconte des histoires d'amour, le Japon, l'accordéon, les abricots, les sorties en raquettes, les jeux de société, les voyages (pas organisés), les apéros entre amis, le clafoutis aux cerises et le bon vin.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article