Au Revoir Simone – Still Night still light

par |
Au Revoir Simone est né à Brooklyn en 2003, sous l'impulsion de deux amies et voisines d'enfance, Heather D'Angelo et Erika Forster, auxquelles s'est jointe par la suite Annie Hart, rencontrée par Erika dans un train les conduisant du Vermont à New York. Le nom ? En bonnes fans du Pee Wee de Tim Burton, elles en ont extrait une des répliques du personnage principal : Au revoir, Simone !, crie-t-il dans son pur accent américain à la serveuse française qui prend son bus pour rentrer à Paris.

au-revoir-simone-still-night-still-light_logo_image01Dès lors, le concept était simple : autour de quelques tasses de thé, 3 claviers, 3 voix, une boîte à rythmes. Elles pouvaient commencer leurs compos.

Leur debut album, Verses of Comfort, Assurance & Salvation, est sorti en 2005 aux États-Unis, en Europe et au Japon. Mais c’est bien leur deuxième opus, The Bird of music, qui les a fait émerger en 2007 dans les consciences d’un public amateur de douce électro-indie-pop.

2009, de l’eau a coulé sous les ponts, leur 3ème album est attendu. Still Night Still Light, titre à double sens – voire quadruple, « still » pouvant signifier tour à tour « encore » ou « immobile » – ajoute une pointe de mystère à la pochette, qui, étrangement sombre pour leur univers, titille nos tympans avides.

Et on entre cette fois dans leur univers progressivement, l’intro durant une minute et vingt secondes, les loops se succédant comme si elles entraient sur scène à tour de rôle, chauffant la salle attentive.
Puis on plonge dans une mare de petits sons bricolés, rendus admirablement homogènes et harmonieux grâce aux voix qui se posent dessus, mélodieuses et tendres. Comme une berceuse. Leur synth pop éthérée se fait légère comme un petit vent frais pendant une journée caniculaire d’été.
Les paroles se pointent avec délicatesse et parcimonie, laissant parfois sans jalousie la place à l’orchestration, allant même jusqu’à se limiter à un mantra, comme une litanie :  » Only you can make you happy « .
La boîte à rythmes, manipulée par Heather, rend la chanson Anywhere you looked un brin psyché, tandis qu’elle confère à Tell me un léger ton mélancolique qui vient finir l’album avec ravissement.

au-revoir-simone-still-night-still-light_logo_imageSur fond de musique de jeu vidéo girly, tout au long de l’écoute, on s’imagine être comme elles, une bande de trois copines artistes infusant des paroles Romantiques à souhait. (Romantique, comme dans Lamartine, pas comme dans larmoyant). A ce sujet, Shadows ou Knight of Wands, par exemple, sont de véritables bijoux ( » I’m moving on / I hope you’re coming with me. « ).
Peut-être est-ce à cause de ça que nombre d’artistes hippie style nous viennent à l’esprit quand on les écoute : Sarah Kay, et toutes ces photos des 60s-70s-80s où des jeunes filles avec un chapeau de paille sourient dans un champ, baignées par la lumière descendante du soleil estival. Vous voyez lesquelles ?

Dans un registre jamais éloigné, chacune des photos où les musiciennes d’ Au Revoir Simone apparaissent sont des gravures de mode. Annie, Erika et Heather, ou les parfaites New-Yorkaises rétro-stylées. Toutes jolies, grandes et minces, toutes aux longs cheveux châtain et aux yeux plutôt pâles. Un petit côté west coast trop sage peut-être ? C’est sans doute là le prix de la poésie rêveuse. D’être toujours trop mièvre pour certains. Mais ne leur en déplaise, Still Night Still Light est bien plus que ça. Il explore une palette de nuances tranquillement variée, sans se renier, sans tricher et sans se faire violence. Au Revoir Simone c’est – aussi – cela : la beauté tranquille.

Partager !

En savoir +

Still Night Still Light, Cooperative Music, Avril 2009

Tracklist : 01. Another likely Story / 02. Shadows / 03. All or Nothing / 04. Knight of Wands / 05. The last One / 06. Trace a Line / 07. Only you can make you happy / 08. Take me as I am / 09. Anywhere you looked / 10. Organized Scenery / 11. Here we are / 12. Tell me

A propos de l'auteur

Image de : Miss Cinéma de Discordance et chroniqueuse hétéroclite since 2005. [Blog] [Twitter]

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article