Arman Méliès

par |
Extraterrestre mélancolique mais toujours juste, Arman Méliès fait partie de ses artistes que l'on ne peut séparer de l'image paranormale qui les entoure. Après la sortie de son dernier album, Casino, notre chanteur est maintenant sur les planches pour une tournée tout en spleen et en pop rock.

Paris, Divan du Monde

meliesLa première partie de la soirée se résumera à un brun endormi aux chansons toutes plus sombres les unes que les autres, et au nom de scène énigmatique : A.R.T. Le public est assis par terre et a vraiment l’air prêt à piquer du nez sous peu. Notre chanteur (ou plutôt murmureur dépressif) essaie tout de même de donner un peu de piquant à sa prestation en tentant une reprise et en lançant aux quelques spectateurs encore vivant « J’offre une bière à celui qui trouve quel est le morceau original ». Une offre qui restera sans réponse de la part du public…

Mais il faut bien avouer que l’accompagnement musical de ses textes noirs n’est pas très clair non plus. Pendant de longues minutes, seul deux accords serviront d’accompagnement à ses chansons. Jusqu’à ce que soudainement, le hard rockeur qui sommeillait en luidécidât brusquement de se réveiller. Le voilà donc qui, à l’aide de cette merveilleuse invention qu’est la pédale enregistreuse, essaie de nous exploser les tympans à coups de riffs ravageurs, superposant les accords jusqu’à ne plus rien distinguer du tout. Une première partie surprenante donc, mais pas vraiment convaincante; un avant-goût de la prestation d’ Arman Méliès ?

Heureusement dès son arrivée sur scène, il est clair que le niveau n’est pas le même. Déjà l’artiste n’hésite pas à réveiller son monde : « Euh… pour les personnes qui sont assises devant il serait aimable que vous vous leviez pour que les autres puissent se rapprocher ». Une bonne chose de faite… En plus de la configuration classique, basse-guitare-batterie, on retrouve également quelques cuivres pour accompagner toutes ces cordes prêtent à frémir. Le spectacle peut commencer.

melies2Le rock d’ Arman Méliès a plutôt des airs de pops eighties que de métal débridé. Pourtant ce sont bien des thèmes d’écorchés vifs, que ressassent les paroles du chanteur. Solitude, rêve et mensonges sont tournés dans tous les sens, mais sans que jamais la poésie ne se perde derrière la mélancolie.

Perdues dans cette atmosphère lunaire, les raisons du choix d’ Alain Bashung d’avoir fait appel à lui pour deux des chansons de son dernier album, sont à présent évidentes. Tout comme lui, Méliès semble également débarquer d’une autre planète.

Alternant guitare sèche et électrique, il arrive tout de même à faire danser son public, jouant avec les notes comme il manipule les mots. Le mystère dont nous entoure cette voix grave résonne par ailleurs parfaitement avec les cuivres, véritables rayons de soleil dans le brouillard. Notre poète solitaire semble également avoir trouver son padawan, nous régalant de deux duos sur lesquels le jeune Joseph D’Anvers contrebalance la voix mûre de notre rockeur averti par des envolées inattendues.

Un concert simple d’où l’on ressort avec une envie de couette molletonnée et d’oreiller comme seuls compagnons, le temps de se réadapter à la présence humaine. À conseiller à tous les romantiques ascendant baroque.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : J'ai atterri à Paris à mes 18 ans pour ma licence en art du spectacle chorégraphique. La danse, ou plutôt les danses sont en effet ma passion, aussi bien dans la pratique que sous leur aspect théorique. J'aime observer, analyser, comparer et essayer de comprendre, mais étant danseuse et comédienne avant tout, je sais aussi qu'il n'y a aucune vérité de jugement au niveau de l'art, il n'y a que des points de vue. Je reviens juste d'une année sabbatique qui m'a conduit entre San Francisco et Los Angeles et je m'apprête donc à continuer mes études avec un master en études théâtrales (le but étant d'intégrer un master pro en journalisme culturel l'année prochaine).

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Stedim
    le Samedi 14 juin 2008
    Stedim a écrit :

    Et que pensez-vous du fait qu’AM soit silencieusement le guitariste « live » de Julien Doré sur actuellement tous les plateaux télé ?

  2. 2
    Pascal
    le Dimanche 15 juin 2008
    Pascal a écrit :

    Que Julien Doré a du goût et qu’il sait bien s’entourer :)

Réagissez à cet article