AqME – En l’honneur de Jupiter

par |
Groupe incontournable de la scène métal française, AqME est de retour avec son cinquième album studio, En l'honneur de Jupiter .

41hw9r7cwpl-_sl500_aa240__copieEnregistré en Suède sous la houlette de Daniel Bergstrand, producteur avec lequel les Parisiens avaient déjà collaboré sur Hérésie, ce nouvel opus tend davantage vers le heavy que le neo métal initial de la formation. Si AqME a toujours divisé l’opinion, adulé par les uns dénigré par les autres, le combo parviendra certainement à mettre tout le monde d’accord avec ce disque musicalement (quasi) irréprochable.

Cette nouvelle force, AqME la doit sans aucun doute à son guitariste, Julien Hekking ( Lazy, Grymt ), petit dernier au sein du groupe et qui remplace Ben, lequel se consacre désormais exclusivement à son projet Die on Monday . Plus acéré, le jeu de guitare de Julien redonne une fraîcheur et un grand coup de fouet aux compositions du combo. Même s’il faut laisser passer l’intro (très efficace s’il en est) de Tout le monde est malheureux pour rentrer dans le vif du sujet, le disque se fait incisif à souhait !

La basse de Charlotte est plus discrète qu’à l’accoutumée tandis qu’ Étienne et sa double pédale font des étincelles. Le tout porté par le chant écorché de Thomas qui semble ici avoir gagné en confiance et en maîtrise de sa voix, tant en puissance dans les passages hurlés, qu’en intensité dans les instants plus mélodiques (comme sur Vivre à nouveau ). Uppe pa berget, titre entièrement acoustique qui clôt l’album, surprend (dans le bon sens du terme) et offre un épilogue magistral à un disque déjà très riche. AqME est bien là et au meilleur de sa forme !

Certes, le combo n’a jamais été réputé pour sa joie de vivre communicative, mais le fait est qu’avec ce disque, la formation explore encore plus son côté torturé. Les titres des morceaux résument l’essentiel : Tout le monde est malheureux, Macabre Moderne ou encore Le Chaos . Sombre, noire, lugubre, pessimiste, la liste des synonymes pourrait être très plus longue pour qualifier l’ambiance générale qui émane d’ En l’honneur de Jupiter .

Une atmosphère qui colle cependant parfaitement aux compositions acérées du disque, sans jamais tomber dans le cliché de l’éternel ado torturé.
Avec ses dix ans de carrière derrière lui, AqME est parvenu à se forger sa propre identité. Inspiré, enragé, le groupe n’a jamais sonné aussi juste.

Partager !

En savoir +

Site officiel : www.aqme.com
Myspace : www.myspace.com/aqme

A propos de l'auteur

Image de : Fraîchement débarquée dans la vie active après des études de communication, j'assouvis ma passion pour la musique en jouant les apprenties journalistes et en écumant les salles de concerts parisiennes à la recherche de nouvelles sensations ! Et même si ma guitare commence à prendre la poussière, un jour j'arriverais peut-être moi aussi à faire quelques chose de mes dix doigts.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article