Angus and Julia Stone – Down the way

par |
Après deux années passées tout autour du globe, cette fratrie made in Australie nous propose un album musical et conçu comme un bracelet porte-bonheur, joli et attachant, mais qu’on risque vite d’oublier à son poignet…

Image de Angus and Julia Stone - Down the way Si vous avez aimé leur précédent opus A book like this, vous ne serez point déçu avec cette nouvelle livraison. Angus et Julia retrouvent le même song wrtiting mélodieux, mêlant pop et folk.

Enregistré aux quatre coins de la Planète avec les moyens du bord (d’où quelques bruits de fond pas désagréables), ce disque est enveloppé d’un voile diffus de mélancolie ensoleillée et de tendre rêverie. Ici l’amour apparaît puis disparaît, les arcs-en-ciel remplissent le cœur, et l’être cher est la seule étoile dans l’univers…

Mais tout ce beau monde shiny and new est parsemé de lieux communs, et manque de tripes et d’émotions brutes. Malgré tout, cet album est un objet sensible à multiples facettes qui nous emporte sur le chemin de la douce nostalgie. La voix d’Angus est efficace, surtout quand il la pousse tel un Jeff Buckley, à la fois suave et joliment flegmatique. Celle de Julia est plus classique bien que légèrement cassée (en mode Cocorosie…), et du coup peut rendre certains morceaux assez ennuyeux (And the boys par exemple). Mais ce qui est tout à fait appréciable c’est qu’ici il n’y a pas de duo forcé frère/sœur et chacun a pu naturellement trouver sa place sur les différents titres.

La plupart des chansons, qui donnent toutes l’impression d’avoir été écrites en bord de mer, bénéficient d’une jolie structure mêlant cordes et guitare acoustique. Notons une très belle envolée lyrique sur la complainte amoureuse de Walk it off et ce quelque chose d’organique, comme sur Holdon avec ses battements de cœur ou les halètements de Walk it off. Mais Down the way comporte également quelques ratages des plus ennuyeux avec des morceaux (Hush, ou I’m not yours) qui manquent cruellement de personnalité.

Angus et Julia Stone réussissent leur pari du doux album à écouter au bord de l’eau, avec le soleil caressant notre visage. Un disque de circonstance donc… Mais par son absence de risque et de supplément d’âme, il peut aussi finir tout sec et tout jauni sur un transat en plein mois d’août. À vous de choisir…

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Discordance girl et jeune intermittente du spectacle, je suis rock, et je suis roll ! Keith, Jim, et Courtney se sont penchés sur mon berceau, et je les ai dans la peau… Mais point de snobisme de ma part, une mélodie pop bien sentie trouve, aussi, grâce à mes oreilles. Let’s Rock !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article