Andy Scisco – The sky between us

par Alban Martin|
Un petit moment dedétente à partager avec vous, sous le “sky” grisailleux de Paris cet été. Connaissez-vous Andy Scisco ? Voilà un artiste qui sait redonner le moral et colorer le ciel quand ce dernier est caché par des petits nuages…

sciscoD’abord ce gars là a une vraie histoire : né à Kinshasa en 1974 au Zaïre, d’une mère suédoise et d’un père italien, ses douze premières années l’emmènent sur 3 continents et 6 pays différents. Autant dire qu’une telle expérience ne peut que décupler ses sens et surtout sa sensibilité.

Repéré par G. De Palmas dont il fera les premières parties en 2005, il connaît une mise sur orbite grâce au label indé Lost Records, avec ce premier album: The sky between us . Et quelle entrée en matière… Dès la pemière chanson ( You and I begin ), ma préférée, Andy nous peint, à l’aide de vibrations bien à lui, un tableau qui ne peut laisser de marbre. Une guitare accoustique, une voix profonde avec beaucoup de relief et de chaleur, des paroles crystal clear qui vous transpercent, comme lorsqu’il chante  » Now you stand, in your skin, in the cold, cause you won’t let me in, I am back deep within, where you and I begin  »

Je confesse avoir éprouvé la même émotion à l’écoute de ce morceau, entendu en live au Réservoir en novembre dernier, la main de mon amie serrée dans la poche de mon jean, et le frisson du premier baiser revenu par surprise avec ces quelques notes.

Le second titre, Giving you away, joue sur un registre différent, plus léger, plus enjoué aussi, même si les paroles ne s’y prêtent pas forcément, c’est assez original comme ressenti !

Après, souvent, je m’arrête sur Imaginary man : ce titre évoque bien l’impression qu’il donne, celui de la légèreté d’un dimanche matin, un café chaud et un bon journal. Quand le poids du monde et de l’apesanteur est oublié, l’espace d’un instant. Le rythme est frais, la voix d’ Andy aide l’esprit à sortir du corps, pour aller dans les endroits les plus improbables.

L’album défile, les notes se mêlent, et à nouveau lorsque le lecteur CD arrive à One and none, j’arrête mes pensées là où elles étaient, car le fil de la musique me rattrape, et reprend les rênes : on ne peut qu’être guidé par ce titre, triste mais tellement bon ! Les premiers enchaînements sont déchirants.

Le dernier sur la playlist a trouver un écho particulier est le titre The middle . Rafraîchissant, telle une balade du 21ème siècle, c’est également un morceau rock très années 60. Un classique de classique avec une modernité retrouvée !

Andy Scisco, c’est d’ailleurs un peu ça : un classique en un album ! Un son qu’on aime à retrouver, dès la première écoute !

En savoir +

Site officiel: http://www.andyscisco.com/

Myspace: http://www.myspace.com/andyscisco

Partager !

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 28 août 2007
    kyra a écrit :

    C’est effectivement sympa comme zique, rafraichissant. Merci Alban.

    Et pour rebondir sur le commentaire de nimp sur « Myspace sucks », une application directe, simple et toute conne montrant l’intérêt de cette gigantesque plate-forme (qui est aussi « a big big shit factory », je te l’accorde): j’ai pu écouter 2 titres d’Andy Scisco en même temps que je parcourais la chronique d’Alban. Rien à foutre de tout le reste à cet instant précis. Juste le plaisir de la découverte. Juste de l’acoustique. Mais ça ne veut pas dire pour autant que je vais lancer une requête au gars en question pour gonfler sa liste de fans et/ou lui témoigner mon amour immense et inconditionnel pour sa personne via un message privé ou un commentaire baveux sur son profil.

    C’est tout. Rien à foutre du folklore myspacien, et de l’ego_trip planétaire que cela engendre dans les chaumières. Si j’ouvre ma gueule, c’est qu’un truc m’anime. Libre aux autres d’interpréter ce que je raconte comme bon leur semble, moi je suis déjà loin et seule l’émotion reste.

    Tchuss.

  2. 2
    Stephane
    le Mercredi 29 août 2007
    emma a écrit :

    Merci Alban pour la découverte. Pour ma part, j’aime beaucoup ! De toute façon, quelqu’un qui écoute Ben Folds ne peut pas être totalement mauvais ~:o)

    Je crois que je vais surveiller les dates de concert de ce (charmant) monsieur…

Réagissez à cet article