All Angels Gone

par |
La musique d'ambiance est un domaine explorable à l'infini. Des sursauts de rage au milieu d'un étang de mélancolie, une tension palpable qui se renverse sous des vibrations câlines. Les images créées par la musique sont en constante mutation. Pas besoin alors de développer une imagination rocambolesque à l'écoute de Quietly de All Angels Gone, tant leur musique s'illustre toute seul à l'instar d'un livre d'images.

angels_logo_imageLes intros sont en effet souvent coulantes sous les cordes si doucement caressées du (ou des) violoncelle(s), à peine piquées par les accords vifs du piano. Mais c’est souvent le calme qui cache la tempête, celle qui explose lorsque guitaristes et batteur décident de rentrer dans la partie. Les voix de nos deux chanteurs jouent d’ailleurs parfaitement le jeu des notes infinies qui s’étirent sous une douleur indescriptible. L’androgénie de la voix de Vincent atteint alors son paroxysme pour le morceau Wave, gardant des notes extrêmement haut perchées, sous la batterie qui s’affole et le guitariste qui en arriverait presque à brûler ses cordes – vu la vitesse à laquelle il les gratte.

Bien évidemment, ce genre de formation se contente rarement d’une distribution mono-artistique, les musiciens jonglant régulièrement entre deux domaines. Vincent, en plus de chanter, dégaine parfois sa guitare de derrière son piano pour des morceaux comme Amalgame . Olivier délaisse-lui son violoncelle pour voler la basse de Julien qui se retrouve alors à accompagner Franck à la guitare, pendant qu’au milieu de tous ces trocs Pauline nous enveloppe de sa voix cristalline et tapote doucement les lames d’acier de son glockenspiel. Mais le vrai pluralisme artistique de nos musiciens vient profondément de tous les différents sons qu’ils sont capables de tirer d’un seul instrument. Stephen H. est l’occasion pour Franck de sortir lui aussi sont archet, frottant les cordes de sa guitare pendant que les violoncellistes préfèrent enchaîner sur des pizzicatos. L’archet semblait alors peut-être trop gentillet pour Julien, qui mène à la baguette les cordes de la belle électrique, laissant couiner ses dernières sous des plaintes stridentes. Le sort des cymbales n’est alors pas plus épargné pour la chanson Others as a Mirror, le batteur frottant sadiquement ces dernières avec juste la pointe de sa baguette, créant alors un fracas continu et insupportable alors que notre pauvre Pauline lance sa jolie voix au-dessus de tout ce vacarme.

Que du bonheur ! L’apogée de la fausse note pointera alors son nez sous le jeu du violoncelle, le musicien laissant glisser ses doigts à la verticale sur les cordes en même temps qu’il frotte celles-ci avec son archet. Car c’est ce genre de groupe qui fait réaliser qu’il faut une grande technique pour faire du beau avec du strident, du grinçant, voire du bruyant.

angels_logo_image_02 All Angels Gone en écoute dans son lit les jours de pluie, c’est bien. Mais en live à la Maroquinerie les nuits de pleine lune, c’est mieux. C’est pourquoi ils ont eu la brillante idée de sortir un DVD de ce concert. Gros plan sur les doigts survoltés de nos surdoués de la corde, chansons qui s’étirent sans problème sur quinze minutes, effet des trombinoscopes, images aussi torturées que psychédéliques projetées sur l’écran du fond de scène. Cinquante minutes qui ne vous laissent qu’une envie : aller les voir en concert ! Le DVD vous fera en plus découvrir un court métrage pour lequel le groupe a composé la musique, le clip du morceau Amalgame et bien évidemment quelques images volées de répét, de concert et de vie de groupe.

Dans la bonne lignée des Godspeed ou Sigur Rós, All Angels Gone mérite sa place sur la scène d’un rock indé lyrique, torturé et mélancolique. Leur premier opus nous avait transportés avec ses cinq chansons, espérons que le prochain nous permettra de redonner une nouvelle définition au mélodique, de redorer le blason à des vibrations bien loin des carcans esthétiques classiques.

Partager !

En savoir +

Quietly, oneHotRecord, sortie avril 2005
DVD – Live Maroquinerie, oneHotRecord, sortie mai 2008

Site officiel : www.allangelsgone.com
Myspace : www.myspace.com/allangelsgone
Last.fm : www.lastfm.fr/music/All+Angels+Gone

A propos de l'auteur

Image de : J'ai atterri à Paris à mes 18 ans pour ma licence en art du spectacle chorégraphique. La danse, ou plutôt les danses sont en effet ma passion, aussi bien dans la pratique que sous leur aspect théorique. J'aime observer, analyser, comparer et essayer de comprendre, mais étant danseuse et comédienne avant tout, je sais aussi qu'il n'y a aucune vérité de jugement au niveau de l'art, il n'y a que des points de vue. Je reviens juste d'une année sabbatique qui m'a conduit entre San Francisco et Los Angeles et je m'apprête donc à continuer mes études avec un master en études théâtrales (le but étant d'intégrer un master pro en journalisme culturel l'année prochaine).

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 19 mai 2009
    Hana a écrit :

    je découvre votre webzine, et déjà je suis très agréablement surprise, All Angels Gone est un de ces groupes qui méritent d’etre mieux reconnus dans l’hexagone, et pis c’est un peu la fierté française en matière de nouveau post-rock! ^^
    c’est un comble de voir qu’ils ont plus de mal à se faire des auditeurs en France qu’à l’étranger et que par conséquent ils ont pas les moyens d’aller justement à l’étranger régulièrement. bref, bravo discordance/myriam

    hana.

Réagissez à cet article