Agnès Bihl – Demandez le programme

par |
Comment qualifier en un mot "Demandez le programme", le dernier album d’Agnès Bihl ? Ne cherchez pas, c’est impossible. L’univers de l’artiste est bien trop vaste pour être ainsi réduit, et n’utiliser qu’un seul mot serait une injustice faite à tous ceux qu’elle sait si bien distiller au gré de ses chansons.

Image de bihl Tantôt légère, tantôt grave, Agnès Bihl nous prouve une fois de plus qu’elle ne peut être rangée dans une case. Et c’est tant mieux.

L’album commence sur une chanson faussement joyeuse qui lui a d’ailleurs donné son nom : Demandez le programme . C’est en forgeant qu’on devient chômeur / quand on est un cadre jetable / 55 ans sur le compteur / 55 ans c’est pas rentable . Hop, le ton est donné ! La suite sera un enchaînement de mélodies soignées, mais pas trop, il ne faudrait pas qu’elles prennent le pas sur les textes. Et c’est vrai que ce serait dommage. Pour son troisième album, Agnès Bihl nous livre 14 chansons parfois émouvantes, parfois franchement hilarantes, mais qui ont quasiment toujours quelque chose à dire. Oui, j’ai bien dit quasiment. Car il faut bien avouer que certains titres laissent perplexe, comme I’m a poor lonesome callgirl (composé par Alexis HK ) qui semble n’être qu’un prétexte pour faire des jeux de mots. Mais là je chipote.

Bien qu’il puisse se dégager une impression de déjà entendu pour ceux qui connaissent déjà les deux premiers albums de la demoiselle, il serait bien hypocrite de bouder son plaisir pour autant. Au fil des textes ressurgit la plume de celle qui avait écrit L’Enceinte Vierge et qui a su se creuser son trou au milieu des artistes dits de la nouvelle génération . Même Charles Aznavour a craqué pour la demoiselle et lui a offert ses premières parties au Palais des Congrès.

Mais de quoi parle exactement, cet album ? De la vie, la vraie, celle que l’on vit, celle que l’on ne voit pas mais aussi celle que l’on (se) cache au quotidien. Ainsi Touche pas à mon corps, magnifique chanson sur l’inceste du point de vue d’une petite fille, vous fera à coup sûr monter les larmes aux yeux pendant 3 minutes 25. Notons également Mais où est donc Ornicar dont voici un extrait : tout corps plongé dans un liquide / finit toujours par se noyer / ça évitera de l’expulser . Plusieurs thèmes se suivent (mais ne se ressemblent pas) tout au long de ces 14 chansons : l’obsession de la minceur ( 0% ), la rupture ( Jamais + Jamais ), le handicap suite à un accident de voiture ( La Petite Sirène ), etc…

Les textes d’ Agnès Bihl n’ont donc rien perdu de leur tranchant depuis La Terre est blonde et Merci maman merci papa ; elle n’a pas oublié où il faut taper pour que cela fasse mal, et il faut bien dire que du mal comme ça on en redemande.

Morceaux favoris : Touche pas à mon corps, La complainte de la mère parfaite, Mais où est donc Ornicar .

- -

En savoir +

Site officiel : http://agnes-bihl.fr

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Né en Allemagne à la fin des années 80, alors que l'ordre mondial était en plein bouleversement (et sa naissance n'y est sans doute pas pour rien), Loïc a eu très tôt le goût de faire tomber les murs. Aujourd’hui, c’est au sein de Discordance qu’il poursuit sa mission. Trop souvent adepte du « c’était mieux avant », passionné de cinéma, de littérature et de musique (tout un programme), c’est tout naturellement qu’il a choisi de prendre la tête de la rubrique Société : quelle meilleure tribune pour faire trembler les murs ? Vous pouvez à présent suivre ses élucubrations à la fois sur Twitter (http://twitter.com/JLMaverick) et sur son blog : http://johnleemaverick.wordpress.com.

4 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 26 février 2008
    Lola Amora a écrit :

    Je connais pas et la pochette me donne vraiment pas envie d’écouter! C’est terrible le pouvoir d’un visuel! ^^

  2. 2
    Loïc
    le Mercredi 27 février 2008
    Loïc a écrit :

    Tss tss, comme on dit « les apparences sont (parfois) trompeuses »! Je vais pas te supplier, je touche pas de pourcentage sur les ventes, mais bon quand même, ça vaut le coup :)

  3. 3
    Stedim
    le Mercredi 27 février 2008
    Stedim a écrit :

    Donc, si je comprends bien, Agnès Bihl serait de ces artistes dont le talent avéré (3 albums) mériterait vraiment d’être connu du plus grand nombre et ne l’est hélas pas du fait d’une sous-médiatisation inexplicable ?

    J’en connais hélas plusieurs autres dans cette triste situation… Je citerais, juste à titre d’exemple, Claire Diterzi (3 albums perso), Weepers Circus (5 albums, sauf erreur de ma part)…

    C’est… dingue.

  4. 4
    Loïc
    le Mercredi 27 février 2008
    Loïc a écrit :

    Effectivement Stedim, c’est bien ça. Je ne m’explique pas cette absence de médiatisation de certains artistes alors que leurs ventes de disques (et le nombre d’albums sortis) sont pourtant le reflet de l’appréciation générale…

    Sur cet album elle a pourtant travaillé avec Alexis HK, Aldebert,… Et faire la première partie d’Aznavour, c’est pas rien :) Il dit lui-même dans une interview qu’elle l’a conquis. Joli compliment venant de lui.

Réagissez à cet article