AaRON – Seeds of God

par |
La caméra tremble légèrement pour nous signifier qu'elle est portée à l'épaule, et dans une traînée de poussière Olivier, barbe d'une semaine, se fait snobber par une jeep alors qu'il fait du stop.

Bruit de la semelle contre l’aridité des grands espaces. Le soleil semble bloqué au crépuscule dans une photo polaroïd tant l’image tire sur le jaune d’or et AaRON se place dans le goût récent de la nostalgie, de tout ce qui peut faire pierre / papier / poussière dans l’imaginaire pop. Goldfrapp l’avait compris en 2007 lorsque sortait Seventh Tree: clip en Super 8 pour Clowns, jeune fille sur skate en chemise à carreaux pour Caravan Girl au milieu d’un soleil californien faisaient partie du lot. Et c’est de la pop britannique que semble découler Seeds of God: il en possède du moins cette faculté à rester en tête et à être écouté un gros casque sur les oreilles, marchant dans la rue d’un pas enjoué, les yeux tournés au ciel. Si les AaRON marquent un tournant plus mainstream de leur musique avec ce morceau, il n’en gardent pas moins leur identité en tant que groupe: leur côté « étoiles dans les yeux ». La fin un brin surréaliste du clip, dans l’ambiance surnaturelle dégagée par la lumière en témoigne. Bien moins mélancoliques mais toujours aussi envoûtants: la magnificence pop leur va si bien!

AaRON Seeds of God

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Originaire de Franche-Comté, Eymeric est étudiant dans les métiers du livre à Aix en Provence et prépare les concours des bibliothèques. Il aime le cinéma, pour lequel il préférera toujours l'esthétique au scénario et la littérature quand elle touche à l'intime et au quotidien. Côté musique ses goûts se portent vers la psyché-folk mais aussi vers le trip-hop, version des origines et vers le rock des vingt dernières années, du moment que les guitares sont saturées et qu'elles multiplient les effets. Il s'intéresse également aux médias, à la culture populaire et, avec du recul, à la politique. Blog: http://legendes-urbaines.over-blog.fr/

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article