Aaron – Montpellier

par L.Isia|
Dimanche 11 novembre, drôle de jour pour un concert… Me voici devant l’entrée du Rockstore à Montpellier, il est 18h et le concert ne commence que dans une heure, mais déjà une foule attend dans le froid l’ouverture des portes. La soirée se jouera à guichets fermés. Presque une habitude pour le groupe.

declan-de-barra11Pour ouvrir le set: le chanteur irlandais Declan de Barra . Il débutera son show par un morceau a capella devant les quelques 900 personnes réunies puis sera rejoint par une contrebassiste discrète. Les titres s’enchaînent et Declan ne cesse d’impressionner par sa performance vocale. De véritables textes chantés avec sincérité et émotion qui auront un réel impact sur un public très attentif. Mais le set, trop court à mon goût, ne durera que 30 petites minutes. Une belle découverte à suivre de plus près.

Le changement de plateau se fait assez rapidement mais malgré l’impatience de la foule, le groupe tarde à venir.

Vers 21h, les lumières s’éteignent et Aaron fait son entrée sur la scène du Rockstore. Maéva la contrebassiste entre la première et s’installe sur sa chaise, suivie d’ Olivier qui se dirige vers son piano pour jouer les première notes du Tunnel d’Or . C’est en sautillant qu’arrivera enfin Simon Buret, sous un tonnerre d’ applaudissements. D’emblée, je le sens beaucoup plus à l’aise avec le public que lorsque je l’avais vu à Arles cet été, n’hésitant pas à jouer avec lui. Les chansons s’enchaînent: Endless song, Blow, Angel Dust, Beautiful Scar.

Avant d’entamer Strange Fruit, la reprise de Billie Holliday, Simon nous parle de la peur de la différence. Le public approuve et c’est avec émotion que la musique démarre. Suit U Turn ( Lili ) puis Lost Highway, et le set se termine avec l’excellente reprise de Björk, Bachelorette sur laquelle Simon se lâchera complètement. La chanson finie, le groupe nous salue avant de s’éclipser dans les loges.

C’est sous les ovations que les musiciens reviennent pour un Mister K, absolument merveilleux, intimiste et très sensible. Après avoir demandé au public de se déchaîner et de sauter sur place, Simon débutera War Flag sous un énorme vacarme. Une chanson intense et une fin instrumentale étourdissante, sur laquelle le chanteur invite Maeva pour une danse à en perdre haleine jusqu’à la note ultime du piano d’ Olivier .

S’il n’y avait que deux choses à retenir de cette soirée, ce serait assurément le jeu de lumière qu’ Aaron a mis en place pour chacun des titres ainsi que l’aisance de Simon à mettre le public en confiance et qui nous a permis à tous de passer une énorme soirée en leur compagnie.

Le groupe terminera le concert avec un inédit en guise de cadeau. Simon de sa voix suave et roque nous transporte une dernière fois dans son univers. Un final tout en beauté…

Partager !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article