3:10 to Yuma

par |
3:10 pour Yuma est une sorte d'OVNI parmi les sorties cinématographiques de ces dernières semaines, tant par sa qualité que par le genre auquel il appartient.

yuma_affiche
Alors qu’en est-il de 3:10 to Yuma ? D’ores et déjà clarifions les choses : il s’agit bel et bien d’un western, aucun doute à ce sujet. Il s’agit en fait d’un remake du film éponyme sorti en 1957 et dans lequel Glenn Close tenait le rôle de Russel Crowe . Oui, vous avez bien lu : Russel Crowe, celui-là même qui s’est distingué dans Master and Commander, American Gangster et bien évidemment Gladiator pour ne citer que les plus connus. Il y joue le rôle de Ben Wade, un bandit qui terrorise la région avec sa bande de voleurs. Pour lui donner la réplique c’est Christian Bale ( American Psycho, Batman Begins ) qui a été choisi. Il incarne Dan Evans, un fermier blessé durant la guerre de Sécession et prêt à tout pour payer ses dettes et reconquérir l’estime de sa femme et de son fils ainé. Enfin arrêté dans la ville de Bisbee, Ben Wade doit être escorté jusqu’à Contention, à trois jours de cheval, afin de prendre le train de 3h10 devant l’amener à Yuma. Il y sera jugé par un tribunal fédéral pour ses nombreux crimes. Seulement cela ne sera pas chose facile. Tandis que ses hommes chercheront à le faire évader Wade mènera la vie dure aux hommes qui l’escorteront, Evans en tête.

Ben Foster ( Six feet under ) est parfait dans son interprétation du fidèle second de Wade, à tel point que James Mongold, le réalisateur, pense que c’est lui  » qui livre la meilleure prestation du film « . Chacune de ses apparitions glace le sang du spectateur. Et que dire de Russel Crowe si ce n’est qu’une fois de plus il excelle dans son rôle de bandit cynique et sûr de lui ? De même que les hommes qui l’accompagnent, le spectateur est tiraillé tout au long du film entre la répulsion et la sympathie que lui inspire ce voleur doublé d’un tueur sans scrupules. Dans ce film, James Mangold, réalisateur entre autres de Cop Land et Walk the line, laisse une grande place à la psychologie et à la relation ambiguë entre Wade et Evans . Crowe et Bale sont effectivement étonnants de sobriété et c’est bien ce qu’il fallait à ce film. Si vous vous attendiez à voir un blockbuster hollywoodien dans lequel la moitié du Far West est mise à feu et à sang, préparez-vous à être surpris. Tenu en haleine pendant plus de deux heures, le spectateur est totalement immergé dans une histoire beaucoup plus subtile qu’il n’y paraît de prime abord. La fin paraîtra certes un peu convenue à certains, mais on n’en changerait pourtant pas une seule seconde.

En seulement 54 jours de tournage, James Mangold a signé avec 3:10 to Yuma non seulement un véritable western mais aussi – et surtout – un film rare et beau. Si vous avez raté le premier train, ne manquez sous aucun prétexte l’édition DVD.

- -
En savoir +

Sortie nationale : 26 mars 2008
Site officiel : http://www.310toyumathefilm.com
Interview de James Mangold : http://www.dvdrama.com/news-25538-interview-james-mangold-3h10-pour-yuma-.php

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Né en Allemagne à la fin des années 80, alors que l'ordre mondial était en plein bouleversement (et sa naissance n'y est sans doute pas pour rien), Loïc a eu très tôt le goût de faire tomber les murs. Aujourd’hui, c’est au sein de Discordance qu’il poursuit sa mission. Trop souvent adepte du « c’était mieux avant », passionné de cinéma, de littérature et de musique (tout un programme), c’est tout naturellement qu’il a choisi de prendre la tête de la rubrique Société : quelle meilleure tribune pour faire trembler les murs ? Vous pouvez à présent suivre ses élucubrations à la fois sur Twitter (http://twitter.com/JLMaverick) et sur son blog : http://johnleemaverick.wordpress.com.

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Dimanche 22 juin 2008
    Vincent Bidule a écrit :

    Très bon western moderne et respectueux du genre.
    J’avoue que j’avais complètement oublié que Ben Foster avec joué dans Six feet Under. Je suis d’accord avec Mongold, la prestation de l’acteur est impressionnante.

Réagissez à cet article