20.000 Lieues sous les Mers

par |
Il est vivant ! Le professeur Aronnax a survécu au terrible monstre ! Venez assister à la conférence exceptionnelle de cet expert des grands fonds marins, professeur au Museum d'Histoire Naturelle de Paris, qui vous contera ses aventures au bord du mythique Nautilus.

Image de 20.000 Lieues sous les Mers À l’arrivée au théâtre, les guichetiers, en costume d’époque, donnent aux spectateurs une invitation pour la réception officielle en l’honneur du Professeur Aronnax, sous le haut patronage du ministre de la Marine et des Colonies, et de Mme la Conservatrice du Museum d’Histoire Naturelle. C’est Antoine Dumont d’Urville, l’assistant du Professeur, qui invitera les conviés à prendre place et à éteindre leurs télégraphes portables. Sans qu’on ne s’en rende compte, l’imaginaire s’est déjà installé. Arrive alors le professeur qui, après les introductions d’usage, va raconter son incroyable odyssée. Lui, que tout le monde croyait mort, a parcouru toutes les mers en compagnie de l’étrange Capitaine Némo, a chassé dans les forêts sous-marines, foulé de ses pieds la mythique Atlantide, combattu l’effroyable calamar géant… Il a retranscrit chaque détail dans son cahier de notes, pour narrer avec exactitude, à l’occasion de cette conférence, sa formidable épopée.

Le professeur Aronnax, alias Sydney Bernard, est le seul personnage parlant de cette pièce et quasiment seul sur scène (juste épaulé par son assistant), ce qui est assez déstabilisant de prime abord. On est en mesure de s’interroger. Comment un seul homme peut-il retranscrire la magie de l’univers du génial Jules Vernes ?

Pourtant, bien vite, on se laisse emporter, embarquer, la conférence devient récit d’aventures, le comédien devient conteur. La mise en scène, la bande-son et les jeux de lumière, remarquables, permettent une immersion totale. Le bureau de conférencier se transformera tour à tour en navire, en cabine, en sous-marin, le tout sans exubérance, laissant une grande liberté à l’imaginaire du spectateur.

De surcroît, cette adaptation, une des meilleures selon Jean Verne, arrière-petit-fils de l’écrivain, touche le spectateur de multiples manières. Tantôt par l’humour, avec les interventions comiques de l’assistant du professeur, tantôt par la poésie et la nostalgie, avec les réflexions du mystérieux Capitaine Némo. Autant de bonnes raisons de (re)lire ce chef-d’œuvre de la littérature française.

Le 20 000 lieues sous les Mers de Sydney Bernard est donc une franche réussite qui réjouira les petits et les grands, spectacle idéal pour les fêtes de fin d’année.

Partager !

En savoir +

20 000 lieues sous les mers, de Jules Verne avec : Sydney Bernard, Thierry le Gad
Mise en scène : Sydney Bernard

Jusqu’au 30 janvier à l’Alhambra
Relâche les 3, 10, 17 et 24 janvier 2011
Séances du 23 et du 30 janvier à 16 h

Ouverture des portes
à 20 h 30
Tarifs : de 26 à 29 euros / 15 euros pour les enfants de moins de 12 ans Tarifs du 31 décembre : entre 30 et 35 euros / 25 euros pour les enfants de moins de 12 ans.

Site officiel : http://www.alhambra-paris.com/

A propos de l'auteur

Image de : Martin Jeanjean est né en 1988 à Fontainebleau. Après être passé par le piano et la clarinette, il tombe amoureux de sa guitare, qu'il ne lâchera plus jamais, même après la Fin des Temps. Passionné d'art et de scène, il devient chroniqueur de théâtre pour Discordance, parce-que c'est franchement super cool. Egalement poète, il publie dans les revues "Borborygmes" et "Verso", et compte gratifier cette époque des poèmes qu'elle mérite; ce qui, croyez-le, n'est pas une mince affaire!

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article