10 bonnes raisons d’aimer les films niais

par grospèpère|
J'ai toujours eu un petit faible pour les comédie légères. Dévoreur de films en tous genres, cela m'a parfois amené par manque d'idée ou de choix à regarder des films que beaucoup qualifieraient de « minable », « inintéressant », et même de « pathétique ».

Je dois avouer que je suis parfois d’accord !

En effet comment justifier le fait de regarder de telles choses, à moitié affalé (quand ce n’est pas complètement) sur un canapé ? Cela relève de la gageure. Qui ne s’est pas retrouvé lors d’une soirée ou l’on discutait du dernier Kusturica, du film pour lequel Wim Wenders a été primé à Cannes ou plus simplement de la dernière prestation de Michel Bouquet qui a encore une fois été remarquable, lorsque l’un des participants parle du dernier film qui l’a retourné : American Pie ou son pendant français Sexy Boys .

Là, vous vous dites : «quel est l’idiot qui a sorti cette énormité ?», et bien la réponse, c’est qu’en général, c’est moi.

Pourquoi n’aurions nous pas le droit d’aimer ces films pour ados attardés, qui nous sont en grande majorité offerts comme des produits de consommation rapide ? On pourrait parler à l’instar des hamburgers que nous ont exportés nos cousins américains, non pas de fast-food mais plutôt de fast-movie. On a beau tous les critiquer, nous cédons tous parfois à l’appel d’un Big-Mac ou d’un Giant.

Aujourd’hui je revendique ma faiblesse face à l’appel de ces films souvent sans saveurs, rapidement consommés et tout aussi rapidement oubliés que sont la plupart des productions du genre.

Et pourtant il arrive parfois de tomber sur l’un d’entre eux qui va retenir notre attention, qui va remuer un petit quelque chose enfoui tout au fond de nous. Et quand ça arrive, on a envie de le partager !

Vous devez commencer à vous dire que c’est bien gentil tout ça mais qu’on n’a toujours pas parlé du moindre de ces films ! Et bien aujourd’hui je ne vais pas vous parler d’un film récent ni même forcement d’un grand succès. Je vais vous parler d’un film qui m’a énormément plut par la finesse de ses dialogues, le comique de certaines situations et par l’envie que l’on a parfois de s’identifier aux différents personnages que composent ces acteurs adolescents.

Ils sont tous là :

- la féministe écorché vive qui rejette tout ce qui peut avoir le moindre petit grain de masculinité mais qui rêve au fond d’elle de trouver « l’Homme » qui la fera chavirer et qui saura la respecter
- la jolie diva que tout le monde admire et qui n’a encore qu’une vision tronquée du monde réel et qui va s’éveiller au cynisme de celui-ci tout en gagnant en humanité
- le rebelle qui effraie tout le monde mais qui saura se faire dompter et révéler la grandeur de son âme
- le gentil adolescent timide et effacé qui ne pense qu’à se faire connaître de la diva et de lui donner tout son amour
- l’idole de l’école, le tombeur, beau et riche mais sans cervelle qui compte plus facilement ses succès auprès des filles que sur ses doigts
- le loser, celui qui n’arrive jamais à rien quoi qu’il entreprenne, l’éternel second du club d’échec
- l’inconnu que personne ne voit, celui qui cumule le mauvais goût vestimentaire avec l’humour le plus insipide que l’on puisse imaginer mais qui nous rappelle tant dans ses moments de solitude ceux que nous avons pu traverser

    Vous me direz que ces personnages sont caricaturaux, communs et qu’ils n’ont sûrement que peu d’intérêt. Et vous auriez sans doute raison s’ils ne se retrouvaient tous réunis dans un complot qui n’a pour objectif que de réunir deux d’entre eux et de nous faire rire. S’il réussi dans sa deuxième fonction avec succès il réservera bien des surprises concernant la première.

    Comme le tout est servi par des dialogues piquants et incisifs, par de jeunes acteurs en devenir qui font pour certains déjà beaucoup parler d’eux, ainsi que par des seconds rôles qui font plus que meubler d’éventuels temps morts, il ne nous est laissé que peu d’occasions de nous esquiver quelques instants pour attraper des chips ou un morceau de pizza.

    Ten things I hate about you est donc un Ovni dans le genre des films pour ados. Il fait en effet partie de ces petites perles que l’on n’oublie pas dans les 30 secondes qui suivent le générique de fin. Je vous recommande donc de découvrir sans attendre ce petit bijou. Ce n’est pas un diamant mais plutôt un joli petit objet fantaisie qui sans aucune prétention, arrive à nous éblouir.

    Pour le trouver vous aurez sans doute plus de facilité en cherchant par son titre français : Dix bonnes raisons de te larguer. Je ne peux cependant m’empêcher de vous conseiller de le regarder en version originale. Si vous maîtrisez la langue de Shakespeare, vous n’en apprécierez que plus les dialogues adaptés de sa mégère apprivoisée .

    La prochaine fois je vous parlerais peu-être d’un film qui va puiser dans tous les succès du genre pour nous livrer une parodie grossière mais hilarante : le bien nommé Not another teen movie.

    Partager !

    En savoir +

    Date de sortie: 19 juillet 2000
    Comédie de Gil Junger
    Avec: Julia Stiles, Heath Ledger

    AlloCiné: http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=25449.html
    IMDb: http://www.imdb.com/title/tt0147800/

    1 commentaire

    Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
    1. 1
      le Dimanche 21 février 2010
      Jeannot a écrit :

      Merci, j’adore ta façon d’écrire ^^

    Réagissez à cet article