10 000

par |
Après Godzilla, Le jour d’après ou Independance Day, Roland Emmerich revient en force avec 10 000, un récit préhistorique, dont le budget financerait une bonne centaine de films n’importe où dans le monde avec pour objectif avoué de nous reposer le cerveau en nous en mettant plein les mirettes. Objectif atteint ? Pas vraiment !

10000
Rien de neuf sous le soleil point de vue scénario, mais ce n’est pas la spécialité de ce bon vieux Roland, alors qu’en est-il du film en lui-même ? Premier point positif, les décors ; variés, de toute beauté, magnifiquement sauvages et démesurés, résultats d’un tournage réparti entre Nouvelle Zélande, Afrique du sud, Namibie, . et qui permettent une immersion réussie dans l’univers du film. Second point positif, les effets spéciaux ; qu’ils s’agissent des animaux ou des décors, ça a de la gueule, même si certains bestiaux sont moins convaincants que d’autres, mais bon. rien à redire.

Et puis . et puis c’est tout ! Le reste est assez décevant, peu réaliste et peu innovant. Les deux comédiens principaux jouent sans grande conviction, heureusement que Cliff Curtis redresse un peu la barre, la mise en scène est assez bof bof, les rebondissements sont très prévisibles et beaucoup de petits détails gâchent l’ensemble ; la barrière des langues entre tribus est vite franchie, la barbe du héro est taillée nickel chrome du début à la fin (il a un kit Mach 3 sur lui ?), tout le monde a un sourire émail diamant, des mammouths pour construire les pyramides (Ha bon !) . Bref, une légèreté et des libertés historiques qui font perdre toute crédibilité à cette aventure au fur et à mesure de l’histoire. Roland Emmerich sort sa casserole et mélange à feu doux un peu de La guerre du feu, d’ Apocalyptico et même du Seigneur des Anneaux sans la rigueur nécessaire à ce type de film. Et puis la voix du narrateur, Homar Sharif, est doublée par un inconnu en version française, ça en est presque vexant.

De plus, là où Mel Gibson ose la violence réaliste dans son Apocalyptico, Roland Emmerich préfère l’ellipse du sang, choix artistique ? Si on veut, mais sans être amateur de gore, un peu d’hémoglobine et de crasse aurait peut être évité de donner une apparence trop lisse à ce film qui semble sortir des studios Disney.

Un moment divertissant malgré tout mais bien loin de ce qu’il aurait pu être. Un film qui, à lui seul, relance le débat sur ces budgets colossaux confiés à des réalisateurs se comportant comme des gosses de riches, faisant passer leur plaisir avant celui du spectateur. Peut-être que l’échec de celui-ci permettra aux producteurs de mieux réfléchir avant de signer des chèques à 9 chiffres à des gars comme Emmerich ou Bay ?

On peut toujours rêver !

- –

En savoir +

Site officiel : www.10000bcmovie.com

Partager !

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Vendredi 28 mars 2008
    moi a écrit :

    tu vois je te l’avais dis que ce film était pas bien!! au moins j’ai économisé 8.30 euros à limoges
    +

  2. 2
    le Lundi 31 mars 2008
    Lolo a écrit :

    Vu ce we. C’est vraiment nawak ! Mais c’est divertissant.

Réagissez à cet article